Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 00:05

temnothorax6600.jpgTemnothorax unifasciatus: bonnes filles, je leur pardonne très volontiers (je suis trop bon m'sieur 'dame) d'être plan-plan (elles commencent la diapause, plus ou moins) vu qu'elles m'ont fait un beau déménagement tranquilloutes. A leur décharge ou pour dire qu'elles n'ont vraiment aucun mérite, cela faisait déjà un p'tit moment qu'elles étaient sur la piste d'un nouveau logement. L'ancien nid était devenu une vraie porcherie (déchets, moisissures... je vais encore m'éclater pour le nettoyer, cela me ferait quand même plez de le récup') et de ce fait, était, je pense, devenu beaucoup trop humide pour elles (raison de la mort de la gyne ?). Avec ou sans mOman et présentement, elle fait défaut (si cela se trouve, ce sont elles qui l'ont trucidée), elles sont tout de même bien ordonnées. On parle souvent de l'anarchie d'une colonie orpheline, pour l'instant il n'en est rien, le comportement reste identique. Voilà une colonie qui devrait disparaitre des billets du présent blog jusqu'à l'an prochain, il ne s'y passera absolument rien avant le retour de diapause ! Elles sont comme ça les Temno; pas d'effort inutile et un queleque chose de la fainéasse tout de même. Pas toujours aussi placides qu'il semble y paraitre (faut voir une ouvrière courser, cela peut être très speed), pratiquant la technique de la morte si on les chatouille un peu, elles ne sont pas non plus d'un palpitant à toute épreuve.

piliili301Camponotus cf pilicornis: pili pili !!!! Bon et bien le nourrissage en tube n'a pas eu que du bon. Certes elles se sont bien nourries mais j'eusse dû ne pas leur laisser le petit papier d'aluminium avec le miellat. Elles en ont un peu tapisser le bas du tube et cela a même un chouïa englué 3 cocons (d'après ce que j'ai pu observer - fait chiiiiiiiiiiier tiens) qui ne devraient donc (sauf miracle) rien donner. Le "sol" collant du tube incommodait même la gyne qui, du coup, ne restait plus droite dans le tube. Aux grands maux, le petit remède, je les ai donc déménagées (manu militari - comprendre vidage du contenu du tube dans une ADF) dans un nid (ça c'est fait). Il y a désormais 5 ouvrières de tailles différentes. J'en avais une un rien crevarde dans le fond du tube (la plus grande en plus - "vous voulez me mettre les boulasses bande de chaouï" - ouep, je leur cause, comme d'hab'); elle était sur le dos les pattes recroquevillées. J'ai pensé à un avorton genre "fausse couche" dont ont le secret (à ne pas partager) les camponotes. Puis nope, elle va bien, je présume que ses flemmardes de soeurs n'avaient tout simplement pas fini de la sortir de la fin de sa nymphose (l'adage "doucement c'est vite assez" est leur). J'envisageais de faire de belles photos dans leur nouveau nid mais ayant humidifié comme un bon bourrin que je suis et le nid étant plus ou moins chauffé (pas directement, mais cela revient au même), j'ai de la condensation (c'est balo de chez balo). Je ferai donc une présentation dans les règles une next time.

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 00:01
Temnothoraxxxx0004.jpg Temnothoraxxxx0001.jpg Temnothoraxxxx0002.jpg Temnothoraxxxx0003.jpg Temnothoraxxxx0005

Temnothorax unifasciatus : les starlettes ont fait leur petit caprice et m'ont donné quelques sueurs froides. Après un p'tit coup d'oeil sur ma colonie, j'ai eu la très désagréable surprise de constater qu'il n'y avait quasiment plus d'ouvrières dans le nid (vade retro satanas) et quelle ne fut pas ma surprise de constater que la colonie était divisée en deux parties:

  • une petite partie dans le nid (normal)
  • une partie sous le papier d'aluminum où est disposé le miel pure

Après examen du nid, il s'avère qu'il devient de moins en moins viable pour une colonie de Temnothorax, les déchets divers ainsi que de nombreuses moisissures le rende trop humide (en même temps, elles ne peuvent s'en prendre qu'à elles-mêmes, ce n'est pas moins qui l'ait dégueulassé). J'ai donc connecté, en bon pOpa poule que je suis pour elles, comme pour les autres, un nouveau nid tout beau tout propre afin qu'elles déménagent. Il devrait présenter l'avantage d'être beaucoup moins humide avec un étage sans semelle absorbande. Si elles pouvaient changer de nid plutôt rapidement, cela m'arrangerait vraiment; j'ai observé quelques portages sociaux mais je ne voudrais pas me retrouver avec une colonie divisée en 3 parties. D'ailleurs l'ADF mériterait un bon coup de ménage. L'inconvénient des ADF fermée et que les carcasses d'insectes séchées dégagent une sacrée mauvaise odeur (cela fouette sous les nasaux de pas bon puage). Je ne parviens toujours pas à voir la gyne (pourtant j'ai des oeufs); où c'est qu'elle est cette saloupiote hein ?! On fait sa timide ? Je n'ai plus aucun mâle présent, pourtant la fournée était importante. La suite au prochain épisode !

La dernière photo est un délire perso, prise avec le falsh, elle n'a que l'avantage de m'amuser énormément :o)

Partager cet article

Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 02:01
Temnooo001.jpg Temnooo002.jpg Temnooo003.jpg Temnooo004.jpg Temnooo005.jpg

Temnothorax unifasciatus: toujours très planplan, les Temnothorax suivent leur petite bonhomme de chemin avec un changement cette année; pas de princesses à l'horizon mais que des mâles au niveau des sexués (cela me fera une pause ou des vacances - c'est galère à gérer). Il est logique de penser que la forte mortalité d'ouvrières les a conduit à ne pas gaspiller des réssources pour de futures gynes mais à se concentrer sur le repeuplement de la colonie. Quand une génération s'en va (je n'ai pas d'autres explications), cela fait un grand vide générationnel ! Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les mâles ne sont pas entièrement noirs, il faut regarder les imago pour s'en convaincre; ils ont, comme leurs demi-soeurs, des traits noirs sur leurs gastres. Par contre, ce sont de vrais moucherons en taille.

Sorry So Short !

Partager cet article

Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:01

Temnothorax unifasciatus: la frayeur de ma vie ;o) (j'exagère ? Moi ? Meuhoua qui suis la mesure même ? Taratata). Un petit coup d'oeil sur ma colonie et je constate avec horreur et damnation une hécatombe d'ouvrières dans mon ADF. Mon sang n'a fait qu'un tour (je ne sais pas lequel; pas à droite, c'est certain !). Toutes éparpillées au petit bonheur la chance. J'ai donc enlevé chaque ouvrière (cela ne faisait pas très propre et j'ai fait mon maniaque) avec un pinceau et j'ai procédé à un comptage: 196 cadavres !! AARRGGGHHHH ! Après l'émotion bien légitime (je les aime mes choupettes) place à la réflexion (et vérification de l'activité du nid); une génération s'en est allée. Des ouvrières bien élevées qui sont allées mourir dans l'ADF afin d'éviter à leurs soeurs le laborieux travail de ménage. Je vous rassure, la colonie se porte comme un charme avec un couvain tout simplement monstrueux; d'ailleurs, je me demande s'il n'y a pas plus de larves que d'ouvrières. On distingue très bien des différences de tailles entre les futures gynes  (forme ovale et applatie sur les côtés) et celles qui donneront de laborieuses fifilles toutes dévouées à l'activité de la colonie.

TemnothoraxUNI00104.jpg TemnothoraxUNI00103.jpg TemnothoraxUNI00102.jpg TemnothoraxUNI00101.jpg TemnothoraxUNI00100.jpg

Oui, je sais, j'ai abusé sur la fonction miniature ! Faites des clics pour les agrandir; pas de raison que vous ne fassiez pas vous aussi quelques efforts. Je dois me répéter (j'ai la sénilité qui commence parfois à me grignoter la mémoire - comble du bonheur, j'ai commencé jeune - une vraie mémoire de paramécie) mais le nid devient vraiment crados et même en "tortillant la luminosité" sous tous les angles, en me positionnant différemment, j'ai de plus en plus de mal à sortir des clichés dignes de ce nom. Puis impossible de les forcer à déménager, le nid ne s'ouvrant pas... à moins de les tenter avec un nid plus propice (ouep, c'est une idée). Dernière chose, comme vous pouvez le constater (la première photo est sans appel à ce niveau là), les Temnothorax sont très poilues. Les fourmis en général le sont, même celles qui paraissent très glabres; une multitude de cils sensoriels recouvrent leur chitine.

@pluche ! 

PS: demain c'est décidé, je ne me rase pas "chef, je ne me suis pas rasé car je voulais garder toute ma sensibilité sensorielle faciale intacte" ;o)) Bêtise mise à part (méfiate, cette figure de style en cache forcément une autre), la mutilation matinale m'a toujours fait très largement chier !!!! La misère que d'être né singe MDR ! Quand je mourRirai je me réincarnationnerai en fourmi, promis juré trophallaxé.

PS2: on se pèle et pas que le cul. On est passé d'un bon 25°C criard et vindicatif à un rikiki 10°C (températures extérieures, il va s'en dire) ! Vive le printemps ! J'en connais (je parle des fourmis hein) qui ne vont pas apprécier des masses.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 10:03

Temnothorax unifasciatus: bon an mal an (même si je n'ai pas trop à m'en plaindre, c'est avant tout que c'est très long) la fondation poursuit sa croissance. Hormis la gyne adoptée et les 4 ouvrières, il y a une nymphe (balaise d'ailleurs - j'ai limite cru que c'était une future princesse tant la taille est importante pour une ouvrière, pit'être qu'elles ont fait un dérapage dans cette direction avant de se raviser vu qu'elles ont déjà une mémère pondeuse) qui va entamer sa coloration, 2 larves de bonne taille et 10 oeufs (vivi, je les ai compté sur mes p'tits digitaux avec ma p'tite cervelle - il m'a fallu plusieurs photos pour trouver la bonne qui me permettrait un comptage, pas montrables car seuls les oeufs étaient nets). J'attends toujours confirmation de la fécondité de la reine donc d'avoir les premières ouvrières; pour l'instant ce n'est toujours pas sa lignée. Elle est quand même chanceuse cette dame; la bonne grâce divine que je représente (appelez-moi Dieu, mais pas trop fort, cela va faire des jaloux) lui a fourni des larbines dévouées pour sa fondation !!!

temnouni1000.jpg temnouni1001.jpg temnouni1002.jpg

Sur les 3 gynes en fondation qu'il me reste, une est morte, sniff sniff. Hormis si comme moi vous avez les mathématiques en horreur, vous devriez arriver à un compte de deux gynes restantes ! Is that right ? Je me pose la question de l'opportunité de petits tubes (le choix que j'ai fait pour permettre aux jeunes gynes se se sentir confinées, donc sécurisées lors de la périlleuse opération de fondation); les réserves d'eau s'épuisent très (trop ?) rapidement et j'en suis déjà à mon deuxième remplissage par le biais de ma longue aiguille (fort pratique d'ailleurs). Je crois que cette année, je tente la fondation à plusieurs gynes dans un gros tube, elles se démerderont.

Pour ce qui est de ma grosse colonie mère, c'est le status quo absolu: aucune fourrageuse ! Quand elles vont se décider, cela va être la ruée vers l'or sur la première proie dans l'ADF; elles vont être sur les mandibules !!! Elles sont plus que soutien de famille avec un couvain pharaonique (leurs gastres et donc leurs réserves ne le sont pas moins). Rien de bien anormal pour une colonie mature et de Temnothorax. Les Plagiolepis ne les visitent plus, elles devraient se sentir peinardes. C'est un acquis, il faut que j'éloigne les deux nids, cela ne le fait pas du tout.

Have a nice day !

Partager cet article

Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 00:01

Temnothorax unifasciatus: elles ne sont toujours pas actives, certes elles se sont "réveillées" mais je n'ai aucune ouvrière dans l'ADF. Elles restent bien sagement dans le nid, prennent soin du couvain et basta. Peut-être sont-elles plus concentrées sur le réveil des larves que sur leur nourrissage (elles ont aussi des réserves - je ne les ai pas envoyées en diapause le gastre vide, loin s'en faut). Autre  fait qui pourrait expliquer leur absence de fourragement, la crainte. Je m'explique of course. Leur nid est juste à côté des Plagiolepis et ces dernières trouvent toujours le moyen d'aller voir ailleurs, donc de sortir de leur ADF, je me suis fait une raison (elles sont tellement petites). Elles ont trouvé le moyen d'aller dans l'ADF des Temnothorax et ont zigouilé une ouvrière de sortie. Pour l'instant, côté Plagiolepis, c'est le statut quo, elles ne vont plus chez les Temnothorax mais je surveille. Peut-être que mettre les nids côte à côte n'est pas une bonne idée.

Temnothoraxunifasciatus0010.jpg Temnothoraxunifasciatus0011.jpg

Désolé pour la qualité des photos mais le plexi n'a plus grand chose de transparent et qui plus est les ouvrières squattent les 6 faces du nid. Je crois pouvoir dire que j'ai plus de larves que d'ouvrières, elles sont vraiment impressionnantes à ce niveau là.

Lasius flavus: je les laisse toujours dehors. Je n'ai pas dit mon dernier mot, je m'accroche mais c'est une épouvantable galère ! Hormis la gyne (maigrichonne), il reste 10 ouvrières (dodues curieusement) et j'ai une vingtaine de larves. Pas évident à voir sur les photos mais elles sont quasiment aveugles; leurs ocelles sont réduites au maximum (longue évolution d'une vie toute souterraine). Je leur ai chopé des pucerons, qui étaient sur mes violettes, histoire qu'elles s'alimentent. J'attends que le lierre de leur nouveau nid (j'ai présenté le "truc" dans un post précédent) soit bien accroché au plâtre avant de refaire une tentative d'implantation de pucerons (le premier essai a été un échec, les pucerons fuyant et gambadant partout sauf sur le lierre); autre souci, je n'ai pour l'instant aucun puceron sur le lierre de mon balcon (dire que l'an dernière, ô damnation, il en était clafi). A moins que j'opte pour l'achat d'un élevage parallèle de bestioles microscopiques d'un certain site en ligne; sauf que si cela peut résoudre l'alimentation en protéines, restera le souci de l'apport en sucre. Une demi solution en bref...

Lasiusflavus0002.jpg Lasiusflavus0003.jpg Lasiusflavus0004.jpg Lasiusflavus0005.jpg Lasiusflavus0006.jpg

Partager cet article

Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 00:01

TemnothoraxUnifasciatus001.jpgTemnothorax unifasciatus: on peut dire que j'ai galéré mais la récompence semble au bout ! Pour la petite histoire, j'avais récupéré une gyne de ma colonie mère. Cette dame, sans ailes, avait fondé puis était morte. J'avais donc pris une autre gyne en cours de fondation histoire de ne pas laisser cette jeune fondation avec ouvrières orpheline (je sais, c'est un peu compliqué - je tiens à préciser que je n'ai eu aucune difficulté pour faire l'adoption, j'ai mis en contact les protagonistes et sans la moindre agressivité, tout un chacun s'est accepté). Après une diapause dans le bac à légumes de mon frigo (8°C), j'ai ramené tout le monde dans son tube dans mon salon (22°C). Aujourd'hui, j'ai l'agréable suprise de trouver 5 oeufs tout fraichement pondu par la nouvelle maitresse des lieux !!!! Je les nourris tranquillement au bout du tube à essai: mouche (une fois par semaine suffit au regard de la taille modeste de la fondation) et un petit bout d'aluminium avec un coton (pour éviter les noyades ou les engluées) avec du pseudo-miellat. Il me restera à m'assurer que les oeufs pondus donnent effectivement des ouvrières afin d'être certain que la colonie peut être pérenne, car l'ancien couvain provient de l'ancienne gyne. Compliqué de récupérer des gynes issues d'une colonie élevée en captivité; la mortalité est très importante. 

 

Pour cette colonie:

  • 4 ouvrières
  • 2 grosses larves
  • 2 petites larves
  • 5 oeufs

Il me reste encore 3 gynes (essaimage 2010 home made) en cours de fondation... fonderont-elles ou pas... cela reste une affaire un peu compliquée tout cela. Entre les gynes que l'on retrouve sans ailes dans l'ADF, celles qui ne perdent jamais leurs ailes et parcourent l'ADF en vue d'essaimer et celles, nombreuses, que l'ont retrouve assassinées par les ouvrières de la colonie. Allez y comprendre quelque chose !

On va meubler avec les stars de saison, les Camponotus. Par ordre d'apparition: cruentatus, lateralis, micans (celle sans ouvrière) et l'une de deux Camponotus ramenée de Sicile.

CamponotusCruelles00001.jpg camponotusLateralis00001.jpg CamponotuslMicans00001.jpg CamponotusSiciliennes00001.jpg

La seule vraie actualité en ce qui concerne ces belles, ce sont les 16 cocons présents dans la colonies de "cruelles". Chose amusante, elles ont fait un petit tour dans l'ADF pour y entreposer le couvain (au sec je présume) puis finalement se sont ravisées et tout a été ramené au sein du protecteur nid. Je ne sais pas quand les lateralis se décideront pour lancer la fournée de cocons et cela va être une sacrée importante cargaison de futures ouvrières. Sans compter les nouvelles pontes de la gyne.

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 00:01
temnothoraxmaison00001.jpg temnothoraxmaison00002.jpg temnothoraxmaison00003.jpg temnothoraxmaison00004.jpg

Temnothorax unifasciatus: au dernier billet la petite famille recomposée avait 3 ouvrières, une nymphe, 3 grosses larves et des oeufs. Elle a désormais 4 ouvrières mais les grosses larves n'ont toujours pas évoluées. Il va me falloir attendre l'an prochain pour savoir si la gyne est fécondée, puisque ce n'est pas la mOman des ouvrières actuelles et tant que je n'aurais pas de naissance de fifilles, impossible de savoir de quoi il en retourne exactement. Je progresse mais c'est tout de même une sacrée galère de faire des colonies à partir d'un essaimage "artificiel" d'une colonie maintenue en captivité. Enfin bref, cette petite fondation va en diapause (longue en ce qui concerne ce genre - même si je tenterai d'accèlérer un peu les choses avant un nouvelle essaimage de ma colonie mère) sur mon balcon !!!

-----------------------------------------------------------------------

crematoOoOoCrematogaster scutellaris: ça m'énerve !!! le miellat fermente donc crée des gaz qui poussent le liquide en dehors de l'abreuvoir et c'est vite la cata' ! J'en ai sauvé quelques unes mais j'ai quand même eu 23 mortes ainsi. J'ai eu une fois le phénomène avec mes maculatus (généralement elles consomment le doux breuvage sucré bien avant qu'il ne fermente) mais sinon c'est plutôt rare. Cela fait la deuxième fois que cela arrive avec mes Crematogaster, j'opte donc pour une capsule de gelée protéinée et sucrée.

Messor barbarus: changement d'avis, je les ai mises sur mon balcon dehors afin qu'elles fassent une diapause. Elles ne sont pas très actives dans leur tube; j'espère que cela relancera cette colonie qui,  peu ou prou et malgré la température de mon appart' ( jusqu'à 22°C) font tout de même une diapause.

 

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 00:01

Temnothorax unifasciatus: rien que pour elles, parce qu'elles le "veau" bien ;o)

------------------------------------------------------------

Les fondations: elles sont au nombre de trois (rappel). Le nourrissage (grillon et miellat) a été bénéfique pour deux d'entre elles, les gynes ayant de bonnes physogastries. Je doute que la troisième passe l'hiver avec un gastre aussi minuscule et comme de succroit elle n'a pas pondu, je ne donne pas cher de sa chitine. Une des gynes a même pondu un petit rabbio d'oeufs (elle est présente sur les deux premières photos), qui feront un bon repos hivernal avec mOman, au pire, cela lui fera un repas; repos ou repas, that is the question. Chez cette espèce, les oeufs diapausent sans souci ou du moins, il est commun que la gyne ponde avant la diapause. Sans vouloir les offenser, elles sont quand même un ch'tit peu à la bourre...

fondationTemno1265000.jpg fondationTemno1265002.jpg fondationTemno1265001.jpg

La petite colonie: elles se portent bien pour une famille recomposée. Pour rappel, la gyne d'origine avait cassé sa pipe et j'avais donc rajouté une de mes gynes en cours de fondation histoire de ne pas tout perdre. Il y a 3 ouvrières, une nymphe et trois larves (toutes issues de l'ancienne gyne). La gyne actuelle, qui avait déjà quelques oeufs a refait une p'tite ponte, mais la température devrait être insuffisante pour leur développement, ils devraient donc hiverner. Ce qui m'ennuie un peu car tant que je ne sais pas si ces oeufs donnent des ouvrières, je n'ai aucune certitude sur la fécondité de cette gyne. Si quelqu'un avait un doute sur le fait que la myrmécophilie est l'école de la patience, c'est maintenant chose faite. Cela ne va jamais assez vite...

pepettetemno002300.jpg pepettetemno002301.jpg pepettetemno002302.jpg

mèretemnoLa colonie mère: j'ai commencé le billet à l'envers car tout part de celles-ci ! Alors que mes petites fondations prennent du retard, les choupettes de ma grosse colonie elles, ne chôment pas (même si elles bullent honteusement en attendant le froid pour se la couler encore plus douce) et elles préparent sans aucun doute, une nouvelle fournée de sexués pour l'an prochain !!!!!!!! Je me demande si je vais réussir à suivre tout ça. Finalement, je serais presque content d'avoir aussi peu réussi la fournée 2010. Ce n'est pas que, mais cela peut vite faire beaucoup du monde tout ça, surtout du boulot; surveiller et récupérer les gynes désailées dans l'ADF (souvent elles étaient tout de même ailées), les mettre en tube... et encore, il ne faut pas que je me plaigne, l'an dernier, je n'avais réussi aucune fondation. Petit à petit, je vais gagner mes lettres de noblesse ès et Temnothorax ;o) Je n'ai pas grand mérite (chut, il ne faut pas le dire), elles sont faciles, pas forcément passionnantes (plus placides, impossible... quoi que, cela soit plus le truc "mine de rien") mais si charmantes au final ! Disons que cela ne bouge pas autant que du Lasius.

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:27

Lasius brunneus: c'est pire qu'un four !!!! La quasi totalité des ouvrières de la colonie est morte, ça calme. Depuis le temps que j'élève des Lasius (quelques unes sont passées entre mes mains non expertes), c'est bien la première fois que je connais une hécatombe pareille. Au final, il me reste la gyne et son début de physogastrie (tout de même - j'en ai bavé pour l'obtenir), une seule ouvrière qui se cache sous la gastre à mOman, une nymphe et deux larves. Pour ce qui est d'identifier la cause d'une telle mortalité... ne connaissant pas cette espèce (je découvre aussi), je me garderai bien de toute conclusion. Bizarre quand même. Cela pourrait être un boost qui tourne mal; la gyne décidant de mettre à mort ces étrangères, cela pourrait être une espèce très sensible et mes conditions ne conviennent pas. Quant à un empoissonnement alimentaire, étant donné que toutes mes colonies mangent à la même cantine, cela ne colle pas.

brunneusLLL001.jpg brunneusLLL002.jpg brunneusLLL003.jpg

Fondation Temnothorax: il me reste 3 gynes en cours de fondation (je ne parle pas de celle qui a des ouvrières bien entendu) dont je n'attends plus grand chose, pour cette année du moins.  Si j'ai bonne mémoire, il y en avais 9 au départ. J'ai donc opté pour le nourrisage. D'abord un micro-gillon chacune (sauf une qui a eu une autre gyne décédée - rien ne se perd, rien ne se gagne, tout se transforme), histoire que leurs gastres reprennent un peu de volume. Ensuite, une petite ration de miellat sur du coton. Une fois bien gavées, elles feront une diapause tout ce qu'il y a de plus classique en espérant qu'un retour à la chaleur les fera fonder. Une gyne n'a rien, quant aux deux autres, elles ont un oeuf mais sans plus.

fondationTemno0001.jpg fondationTemno0002.jpg fondationTemno0003.jpg

Partager cet article

Repost0