Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 00:01
sole001.jpg sole002.jpg sole005.jpg sole004.jpg sole006.jpg

Solenopsis cf fugax: le titre pourrait être "tout ça pour ça ?!", mais quelle galère. Alors il me reste deux colonies, c'est quand même super maigrichon en comparaison du nombre de gynes que j'avais ramenées de Sicile. L'une des colonies n'est tout simplement pas observable pour la bonne et simple raison que les ouvrières ont creusés le coton de la réserve d'eau et y séjournent. Au départ il n'y avait que les ouvrières et le couvain, le gyne restant seul sur le coton. Maintenant, tout le monde a disparu dans le coton !!!!!! Je suis heureux et cache ma joie :-( Pour la deuxième colonie, celle que je présente en photos, si tant est qu'on peut appeler cela des photos (il faudrait un microscope pour faire quelque chose de convenable -quoi que de toute manière, le tube étant de plus en plus crados, cela devrait être vite réglé et calmer toute velléité photographique future)... c'est un assemblage de deux colonies dont une orpheline de gyne (décès inexpliqué). J'ai procédé le plus simplement du monde en collant les deux tubes avec un bout de scotch (si le ruban adhéssif n'est pas une invention formidable, je ne sais pas ce que c'est !!). Les deux couvains ont été assez rapidement rassemblés (24h on va dire), je craignais qu'un se fasse bouffer. Cela m'aurait ennuyé, pour le développement de la colonie, qu'il serve de provende (ce n'était pas le but) mais heureusement, cela n'a pas été le cas (hip hip hip, hourra). Pour ce qui est des ouvrières, c'est tout un cinéma comme vous pouvez le voir sur les deux dernières photos.

Il est très difficile d'interpréter le comportement:

  • cela ressemble parfois à de la bataille "toi je vais te crever"
  • il y a un quelque chose du "je te léchouille" pour que l'odeur coloniale soit une et indivisible
  • un rien de "dégage de là toi" et je vais te ramener d'où tu viens (portage pas très social)

Je présume, peut-être à tort, que si les ouvrières voulaient tuer les étrangères ou "nouvelles keupines", elles n'auraient pas de mal à le faire. L'espèce dispose d'un aiguillon, de mandibules bien dentées et sait se défendre. Je n'ai pas de cadavre dans les deux tubes reliés. Une seule chose est certaine, cela indiffère royalement sa sérénissime majesté ! Pas la moindre réaction de sa part hormis la "joie" d'avoir un si gros couvain; il faut la voir bichonner son tas de larves et nymphes. Bref, le temps dira de quoi il en retourne exactement. La seule chose de bien acquise est le nouveau couvain conséquent qui devrait bien booster la colonie. Un an pour obtenir une colonie d'à peine 10 ouvrières !!!!!!!

Partager cet article

Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 00:01

Solenopsis sp: une colonie avec ouvrières est partie vers d'autres cieux (Paris) et deux autres gynes sont toujours en cours de fondation. Une quatrième colonie a pour l'instant 11 ouvrières. Elles sont vraiment petites de chez pichtounes avec des yeux réduits à leur plus simple expression; deux points noirs. J'aime bien leur carrossage: tête assez volumineuse (plus que le gastre en tous les cas), carrée avec une échancrure au sommet et haut du gastre avec une coloration brune. Je ne parviens pas à les photographier correctement... j'ai testé un peu de miellat sur un morceau d'aluminium avec du coton (je n'avais pas envie de repêcher des noyées) mais cela ne les a pas intéressé plus que cela. Et pourtant la gyne, qui fait office de super major, est allée voir ce nouvel intrus métallique dans le tube. Je me tiens pour l'instant aux vers de farine (des bébés, c'est évident) que les ouvrières visitent. Le couvain est placé très proche du coton humide, presque caché d'ailleurs. L'estomac des larves est coloré, preuve que ces dernières sont alimentées. En espérant qu'elles garnissent la colonie d'ouvrières un peu plus solides. Je n'ai rien contre les premières générations mais c'est un peu du made in China; pas très robustes, vite décédés. Je n'ai pas encore une idée précise sur le nid que je vais leur fournir, il faut que je commence à y réfléchir la colonie croissant rapidement.

solenopsisssp004.jpg solenopsisssp006.jpg solenopsisssp007.jpg solenopsisssp009.jpg

Camponotus micans: cela devient un peu compliqué ! J'avais deux gynes: une achetée en Pologne (en cours de fondation) qui est partie aussi et une autre achetée en Allemagne avec quelques ouvrières. C'est sur cette dernière que le bas blesse un peu (celle que j'ai toujours en ma possession); les ouvrières sont probablement un boost (on n'est jamais certain de rien mais avec Antstore, il faut toujours s'attendre au pire). La larve qui s'était transformée en cocon s'est faite bouloté et sur les 4 ouvrières, 3 sont mortes !! Celle qui reste n'est guère en interaction avec la gyne. Cette dernière est donc en train de fonder, pour la première fois si j'ose dire, pas plus mal qu'il n'y ait plus d'ouvrières.

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 22:56
catapetitcocon.jpg solenopsissicileA111.jpg

Cataglyphis velox: elles m'ont fait le plus petit cocon de leur histoire !! A peine plus gros qu'un cocon de Lasius. Pourtant elles ont une nette préférence pour les major, les minor sont très largement minoritaires, quelques 2 ou 3% et encore (pour ce qui concerne MA colonie). D'ailleurs, ils n'ont aucune fonction particulière au sein de la colonie puisque les oeufs et les larves sont bichonnés par les grandes ouvrières sans le moindre souci. De là à penser que ce n'est qu'une adaptation aux ressources alimentaires... peut-être est-ce une larve qui a été beaucoup moins gâtée que les autres, un hasard ??

Solenopsis sp: ma deuxième gyne sicilienne a désormais des ouvrières ! La chaleur exceptionnelle de ce printemps m'a filé un sacré coup de pouce. Pour les deux colonies avec ouvrières, j'ai disposé un petit vers de farine à l'entrée du tube et pour les deux, c'est la gyne qui est allée chercher la proie au sein du couvain et c'est elle qui se gave grave ! On peut comprendre qu'après plusieurs mois de jeûne, la faim soit au rendez-vous. Les fifilles ne sont pas pour autant en reste et j'ai de belles physogastries

Partager cet article

Repost0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 00:39

Arriva ce qui devait arriver, une des 4 gynes Solenopsis que j'ai rémenée de Sicile a ses premières ouvrières (le couvain était et reste assez monstrueux). 6 mois pour une fondation, c'est raisonnable !!! J'aimerai tant que les Camponotus que j'ai ramenées de la même île en soit à ce niveau (c'est une autre histoire et une autre paire de manches). Il y en a 7 petites ouvrières, difficile à dire, j'ai sauté sur l'APN avant même de les compter. Bien que ce soit encore des imago (qui plus est de la première génération), les ouvrières s'activent déjà sur le couvain. Jusque là, je maitrise, ce n'est pas ma première fondation de Solenopsis ! C'est après que je m*rde généralement...

Partager cet article

Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 00:01

Harpegnathos venator: elles doivent partir et sont toujours chez moi ! Je prends mon courage à deux mains (un peu à réculons) et me décide à les remettre en tube. Impossible de faire autrement qu'en manuel, je ne sais pas comment je vais gérer le truc mais bon... je me lance, donc enlève le cache de dessus le nid et là, Ô surprise, la gyne a pondu de nouveau (fait chier tiens). 25 jolis oeufs oranges et 3 larves, la bonne blague. Enfin, cela ne change pas grand chose. Mon souci avec cette espèce doit venir de deux paramètres:

  • un nid trop humide (j'ai la main lourde sur la réserve)
  • un manque de chaleur (un bon 24°C est plus propice au développement du couvain)

Bref, comme vous pouvez le voir sur la photo, par transparence, on distingue que les oeufs sont proches de l'éclosion. Au pire des cas, cela fera de la nourriture pendant le transport. Je me vois quand même mieux déplacer des larves que des oeufs (c'est assez fragiles). En espérant que ceci est le dernier billet concernant cette espèce. Elles sont grandes et belles mais rien que le fait de les cacher à la lumière à cause de leur super vision suffit à ne pas me les faire apprécier. Ah oui, il reste la gyne et 8 ouvrières... cela commence à craindus un peu !

harpegnathos000001.jpg harpegnathos000002.jpg harpegnathos000003.jpg harpegnathos000005.jpg

Solenopsis sp: les choupettes de Sicile sont bien avancées maintenant, du moins pour deux d'entre elles (les chaleurs estivales que nous avons en ce moment ne doivent pas y être pour rien). Une particulièrement, a des nymphes en cours de coloration. Et le couvain n'est pas chétif, loin s'en faut pour l'une d'entre elles:

  • 5 nymphes colorées
  • 5 nymphes blanches
  • plusieurs larves à différents stades
  • une trentaine d'oeufs (elle prend de l'avance avec l'arrivée prochaine des ouvrières)

 

Ne vous frottez pas les yeux, je ne me suis pas trompé dans les chiffres, ça calme hein ?! Juste pour une seule gyne en fondation claustrale. Je comprends tout à fait que le genre Solenopsis soit invasif; petites mais très prolifiques !  En même temps, vue la différence importante de taille entre reine et ouvrière, elles n'ont pas trop de mal à faire dans le genre "abondance de naissances"; faire une ouvrière ne demande pas des ressources immenses. Sur les 4 fondations, une seule ne donne pas grand chose; je crois qu'elle boulote (bon appétit) sa progéniture pour des raisons inconnues. En espérant que sur les 3 gynes en bonne voie, aucune ne décède, ça aussi j'ai connu, la reine qui cane alors que la fondation est un succès et que les premières ouvrières sont là, cela met bien la mort ! Les photos sont celles d'une seule fondation, donc une même gyne. Une autre à le même couvain et une autre encore a un couvain moins abondant et moins avancé. Ceci dit, il faut bien plusieurs photos pour parvenir à faire à peu près un dénombrage des différentes composantes de la couvée d'une seule dame. Marrant (ou pas d'ailleurs), elles sont relativement peu craintives et s'accomodent des séances photos.

solenopsisfff0002.jpg solenopsisfff0003.jpg solenopsisfff0004.jpg solenopsisfff0005.jpg solenopsisfff0006.jpg

Partager cet article

Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 00:01

Solenopsis sp: les siciliennes se sont sacrément bien developpées ! Deux ont un couvain assez impresionnant et les nymphoses ne devraient pas tarder. J'ai même de nouveaux oeufs. Vu qu'il y a rien à faire hormis attendre, je n'irai pas plus avant dans les commentaires...

Solenopsisspsicilienne00001.jpg Solenopsisspsicilienne00002.jpg lateralis0010.jpg lateralis0011.jpg

Camponotus lateralis: elles ont commencé à avoir leurs premiers cocons (enfin !!! Elles sont à la bourre) qui donneront de petites ouvrières, assurément; voir des mâles comme l'an dernier (aller savoir). Mais je m'en fous, j'ai déjà des major et d'ailleurs, en parlant d'eux, celui qui n'avait pas fini sa coloration avant la diapause, ne l'a toujours pas fini et ne la finira vraisemblablement pas. C'est l'ouvrières extra-terrestre de la colonie. D'un autre côté, cela me permettra de suivre son espérance de vie. Il est né fin 2010; vivra-t-il 2 ou 3 ans ? Une chose m'intrigue, les larves ont des marques marrons (sortes de stries) sur les côtés... étrange, vous avez dit étrange ??!!

cruentatus0010.jpgCamponotus cruentatus: parmi les nombreux cocons, j'ai enfin une larve plus grosse que les autres en laquelle je fonde beaucoup d'espoir (je le veux mon major, dixit la pub "je l'aurais un jour, je l'aurais"). Je ne les chauffe pas donc je présume que ce sera plus lent que ce soit pour avoir de la bestiole de guerre (major) ou pour la nymphose. Ceci dit, je ne suis pas pressé le moins du monde et pour des Camponotus, elles se développent assez rapidement; toujours la mandibule ouverte pour ramener les asticots nombreux que je donne. D'ailleurs, elles ne les mangent pas tous (les ocelles plus grosses que le gastre - j'adapte hein) et j'en ai une dizaine qui groupissent au sein du nid (pas bien beau à voir) et il serait sympa que les cruelles fassent un peu de ménage. Cette heure viendra aussi, question de temps et de patience...

Partager cet article

Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 00:01

Solenopsis SP: j'ai fait subir à une des gynes une séance photos en enlevant le coton qui bouchait le tube ! J'espère qu'elle n'en profitera pas pour me bouloter les oeufs. Je les ai compter, cette mémère là en a pas moins de 35 ! Ca calme, hein ? Rassurez-vous, tous ne vont pas donner des ouvrières; c'est toute la stratégie Solenopsis: toujours dans l'excès (que ce soit pour les essaimage ou les pontes) mais au final, peu de résultats. Tout ça pour blablater et dire que je pense que la diapause leur a toute fait du bien, sauf une qui ne pond toujours pas (je ne vais pas me plaindre non plus, ce serait mal venu) et celles qui sont passées de vie à trépas.Comme les photos ne sont pas trop mal (je progresse - on pourrait compter le nombre de poils - de vraies portugaises), on voit que l'éclosion et le passage au stade larvaire est proche sur la quatrième photo (un zoom x35 aide bien, surtout quand on est pas emmerdé par l'intermédiaire d'un verre - et je ne parlerai même pas du plexiglas, c'est hors jeu). C'est une solenopsis, elle est donc restée relativement sage pendant les 10 minutes de mitraillages dans tous les sens. C'eut été une Lasius, ma parole, elle se serait déjà carapatée à mille lieux avant même que je saisisse l'APN.

SolenopsisSPsicile0001.jpg SolenopsisSPsicile0002.jpg SolenopsisSPsicile0003.jpg SolenopsisSPsicile0004.jpg SolenopsisSPsicile0005.jpg

CamponotusMicans00010.jpgCamponotus micans: ma deuxième gyne en cours de fondation, sauf que cette dernière est quand même bien avancée et que la colonie va sur sa deuxième génération d'ouvrières. Il n'y a qu'une larve qui a fait la diapause et 4 ouvrières. Au regard du gastre de la gyne, on peut penser qu'une ponte est proche (sous l'effet du travail des ovaires, l'abdomen se tend pas mal - ceci dit, cela doit bientôt faire deux mois que les ovaires de mes Camponotus siciliennes travaillent et ce n'est pas pour autant qu'ils lâchent les munitions - grossesse nerveuse ?). Sauf que, bien entendu, on est dans le genre casse-couilles (perso cela me les hâcherais presque menu) par excellence et qu'il y a encore du chemin à parcourir avant que l'histoire avance. La larve a grossi mais c'est loin d'être spectaculaire... Santa Madonna (non pas la chanteuse hein, l'autre pouffe qui est restée soit disant vierge) que c'est long et laborieux. Normalement, je murmure plutôt "putain de sa race" mais comme je suis un garçon bien élevé et de bonne famille, je sais me tenir en société et je ne vous écrirais point de jurons sur ce blog. Comment ça c'est ce que j'ai fesse ? Les fesses à qui ?

-----------------------------------------------------

Je m'excuse si ce sont toujours les mêmes mémères qui reviennent (j'ai l'impression quelque peu désagréable de tourner en rond petit patapon) mais l'actualité est maigre, surtout avec ses fainéasse de Camponotes !

Partager cet article

Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 00:01

Je crois que je commence seulement à maitriser mon APN ! Il serait grand temps.

Solenopsis sp: il me reste 4 gynes ramenées de Sicile (Italie - je précise pour ceux qui auraient du mal avec la géographie - j'y retournerai volontiers pour une bonne grosse dose de soleil et les charmes multiples de cette île). Sur ces 4 petites mémères, 2 ont un très gros couvain, 1 n'a rien (elle ne doit pas être fécondée) et une dernière a une grosse larve (troisième photo) avec quelques oeufs. Je suis sur la bonne route, surtout elle (ce n'est ni moins qui pond, ni moi qui donne sa pitance à cette descendance - Dieu m'en garde). Jusque là, je maitrise pour ce genre, j'ai déjà réussi des fondations, c'est ensuite que les choses vont se corser, mais ne brûlons point d'étapes.

Solenopsis0001.jpg Solenopsis0002.jpg Solenopsis0003.jpg Solenopsis0004.jpg Solenopsis0005.jpg

Elles passent le plus clair de leur temps arqueboutées sur le couvain (comme sur la deuxième photo) et je me tâterai presque pour un petit nourrissage histoire de les aider; cela me démange même si je sais qu'il ne faut pas le faire.

--------------------------------------------------------------

Lasiusbrunneus001.jpgLasius brunneus: c'est en regardant les photos que j'avais prises que je me suis rendu compte qu'elle avait trois petits oeufs ! Y a-t-il un espoir de la faire fonder et de récupérer une colonie ?? Je ne parierais pas un kopec dessus mais en même temps, je n'aurais pas parier sur une nouvelle ponte donc... pour celle-là, je ne vois pas comment faire l'impasse sur un nourrissage si je veux parvenir à quelque chose. Comme vous pouvez le voir, le gastre est assez rikiki minuscule. Encore faut-il qu'elle l'accepte et que ce ne soit pas une invitation à consommer le couvain...

 

Wait 'n' see !

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 16:22

J'ai passé une délicieuse semaine en Sicile ('tain ce que cela peut faire du bien) !!! La piscine d'eau thermale à 28°C où je barbottais pendant des heures me manque, l'odeur souffrée (oeuf pourri) un peu moins, mais on a rien sans rien. Bref, durant mon séjour, j'ai trouvé des gynes que je vous présente ici. Pour un petit reportage sur les différentes espèces rencontrées, il faudra attendre que je finisse de trier mes 1 000 photos.

-------------------------------------------------------------------

Il y eut tout d'abord un essaimage massif de ce que j'ai identifié comme étant des Solenopsis. J'ai trouvé des centaines de gynes et de mâles dans la piscine (normale celle-là) du club. C'était vraiment impressionnant et le filtre de la dite piscine a dû franchement morfler. J'ai repêché 30 gynes, toutes avec leurs ailes, que j'ai mises dans un seul tube à essai (j'ai bien fait d'économiser car ce n'était qu'un début). Sur les 30 gynes, la plupart ont enlevé leurs ailes. Au final:

  • 16 sont mortes dans le tube (certaines ce sont faites à moitié bouffer)
  • 14 sont encore en vie

J'ai, de retour en terre de France où, permettez-moi de le dire, il fait une temps de chien, préparé des tubes à essai pour des séparations. J'ai désormais:

  • 5 tubes avec une gyne seule dans chacun
  • 1 tube avec deux gynes (on va se faire une petite pléométrose)
  • 1 tube avec 7 gynes encore ailées

Place aux photos:

Solenopsis01.jpg Solenopsis02.jpg Solenopsis03.jpg

Comme vous pouvez le voir, ou pas d'ailleurs, j'ai mis du film alimentaire à la sortie des tube afin de maintenir une forte hygrométrie nécessaire à cette espèce ! J'ai fait un tout petit trou pour qu'il y ait tout de même un échange gazeux. Il ne reste plus qu'à attendre et être patient. Je ne sais pas si les gynes vont attendre une hypothètique diapause ou pas avant de pondre.

A SUIVRE...

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 00:01

Solenopsis fugax: la fondation compte trois ouvrières, deux nymphes sont en cours de coloration. Ce qui m'intrigue assez est la couleur des ouvrières; en effet, le premire tergite de leur gastre est noir (le sommet de la tête aussi mais plus légèrement). J'ai pensé dans un premier temps à une coloration de leurs estomacs mais en regardant les nymphes qui finissent de se colorer, on peut voir que ce n'est pas le cas et le premier segment de leurs abdomens a cette couleur particulière. Si ce n'était la forme de la tête très différente, on pourrait les prendre pour des Temnothorax. Depuis que les ouvrières sont apparues, la gyne a diamétralement changé de comportement: le couvain n'est vraiment plus son affaire et elle squatte désormais le coton situé à l'entrée du tube; en bon chien-chien, elle doit attendre que pOpa donne la pâtée !!!

fugax001.jpg fugax002.jpg fugax003.jpg

Lasius et Formica: j'ai effectué un nettoyage de leurs ADF respectives. Les asticots sont appréciés et bien pratiques pour nourrir de telles colonies, mais ils ont un défaut majeur; même morts et vidés de leurs contenus, ils fleurent bon la campagne (ça puire pas bon). Chaque mise de mes narines au-dessus de leurs ADF provoquait  une très désagréable sensation, c'est le moins qu'on puisse dire. Nettoyages faits, ce fut quasi agréable de retrouver une odeur d'acide dans les ADF plutôt que cette odeur de charogne. Si vider le dépotoir des Formica est rapide (même agrippées aux poils d'un pinceau, il est facile de les faire retourner dans le nid - secouer une ouvrière, elle tombe dans l'ADF en deux temps et trois mouvements), il en est tout autrement pour les Lasius et alors changer les abreuvoirs de miellat, n'en parlons pas !!! C'est la croix et la bannière... pour le plaisir et parce que ce sont les plus faciles à photographier, (nid plat et nid moins humide que pour Lasius niger) quelques clichés de mes Lasius emarginatus.

Lasiusemar0001.jpg Lasiusemar0003.jpg Lasiusemar0004.jpg Lasiusemar0005.jpg

PS: j'ai du grillon chanteur (pas coolos) et si je n'avais pas mes Harpegnathos venator, ils auraient tous finis sous les mandibules voraces de mes Camponotus maculatus. Je sens qu'il va y avoir un génocide de mâles !!! ;o)

Partager cet article

Repost0