Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 00:01

Plagiolepis sp: tatatatata (soupir) ! Ce sont vraiment des pestouilles. La colonie a connu une croissance exponantielle, j'en suis encore tout impressionné (pourtant, je ne suis pas si impressionnable que cela). Je ne sais pas combien elles sont là-bas dedans mais, il doit facilement y avoir 3 zéros au bas mot. Et comme elles squatent toutes les faces du nid entièrement en plexi qu'elles habitent, toute photo relève de la mission impossible (surement pour cela que je leur consacre peu de billets - un billet sans photo c'est comme... à votre libre imagination pour la comparaison); exemple avec la première:

  • éclairage du sujet difficile (des zones d'ombres en veux-tu en voilà)
  • des flous dûs aux ouvrières qui sont devant l'objectif

Je ne vais pas vous faire la complainte du blogueur mauvais photographe (en fait, je crois que je viens de le faire) mais c'est une vraie galère, la taille des pestouilles n'arrangeant rien (la mise au point du mode automatique est compliqué). Pour le reste, ce sont les championnes incontestées de l'évasion, bien que l'ADF soit fermée (les gynes ne peuvent pas déménager ou être déménagées, j'ai au moins cela d'acquis et de rassurant): j'en retrouve régulièrement qui fourragent sur mon étagère à fourmis (voir plus loin si affinités). Comme mon appartement n'est pas très humide, elles font des pauses dans la réserve d'eau du nid de ma colonie de Camponotus lateralis (y a qu'à !!). Sudistes certes, mais très très portées sur l'humidité. On en revient toujours à la même chose, au regard de leur taille, je conçois que la chaleur ou la sécheresse leur soit vite mortelle. Peut-être que les jointures du gastre qui leur octroient une capacité à faire des réserves importantes de nourriture via d'impressionnantes physogastries est aussi un point faible et leur donne une faible résistance à la sécheresse (hypothèse).

Plagiolepiiiisss1000.jpg Plagiolepiiiisss1001.jpg Plagiolepiiiisss1002.jpg Plagiolepiiiisss1003.jpg

Camponotus cruentatus: toujours le status quo (m'évervent tiens !!). J'ai cru un instant à un rebond de l'activité quand j'ai vu deux ouvrières squater l'ADF (ça y est, on se réveille les filles ? <- vous savez bien que je leur cause). Je me suis donc dit (parce qu'en plus je raisonne, plus souvent cela résonne mais bon, faut point le dire) qu'une petite provende carnée serait bienvenue. Ayant acheté quelques grillons histoire de varier un chouïa l'ordinaire des choupettes (vue l'odeur, je ne vais pas les garder longtemps et cela va être ORGIE alimentaire de grillons petit-déjeuner, déjeuner et diner compris - pire qu'un dépotoir de plusieurs mois de Camponotus maculatus), j'en ai escagassé un pour leurs beaux ocelles (je suis d'accord, cela sonne bizarroïde à l'oreille au masculin). J'étais plein d'espoir, me disant que les oeufs étaient enfin devenus larves et qu'elles avaient faim. Makache que dalle ! Je me suis pris un vent dans la face; les fourrageuses ont pris leur ration de miellat et m'ont snobé le grillon. Mieux, elles ont fini par le mettre dans l'abreuvoir à miellat comme un vulgaire détritus (détriment comme disent les autres nioufs à la téloche - merci au zapping pour ce morceau d'anthologie, pas demain la veille que je regarde TF1). Elle n'est pas belle la vie ? Les spices di counasses ! Je m'interroge sur ce manque d'activité. Pour shématiser cela, je dirais qu'il y a une, sorte de conflit (je vous verbalise cela à la vulgaire de mon jargon de myrmécophile amateur):

  • le programme stipule qu'un début de fondation est lent avec des objectifs de croissance difficiles à atteindre
  • les conditions d'élevage sont très (trop ?) favorables: nourriture à volonté et absence de prédation

Moralité: elles suivent le programme avec prudence et ne s'en éloignent pas, contre vents et marées, une fois les objectifs atteints, elles s'en satisfont !

Voili voilou !

Partager cet article

Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 00:01

De la plus grande à la plus petite !

Camponotus cruentatus: ah les belles cruelles à mon coeur qui en quelques mouvements ravissent quelques chavirements d'affection (j'écris nimportawak LOL) ! En ce moment, je ne sais quelle mouche les à piquer (puis il n'y a pas intérêt à ce que la moindre mouchecaille les approche) mais c'est une vraie meute de loups. Je ne crois pas les avoir jamais observées aussi actives de toute leur petite existence (si seulement les autres pouvaient en prendre de la graine). Elles recommencent à entreposer les cocons dans l'ADF (je les laisse faire - elles gérent et savent ce qui est bon pour le couvain) et dès que je dépose de la nourriture, une excitation de dingue les prends (elles se sont Lasiusifiées ou Formica-isées - c'est au choix): elles saisissent les asticots fraichement déposés (j'avoue, je les aide un peu en donnant de sérieux coups de pince dans les parties vitales des dites proies préalablement), elles se ruent sur le miellat. Pourtant, elles sont loin d'être affamées mais n'empêche qu'elles sont d'une réactivité qui est un enchantement. Pensez donc, de grosses fourmis mais en plus complétement dans les starting blocks; welcome les choupettes, surtout ne vous arrêtez pas en si bon chemin (quoi ? Vous ne leur causez pas vous ? Allez, avouez...). Ce n'est que du plaisir !! Elles ont désormais 21 cocons, ce qui devrait bien booster l'effectif de la colonie. D'ici la fin de l'année, je pense que le nid sera plein...

--------------------------------------------------------

Plagiolepis SP: alors elles, elles m'en bouchent un coin ! J'étais tout content de découvrir en soirée quelques oeufs collés contre une des parois du nid. Je me disais, ben mes salopes, vous n'avez pas tardez à pondre. Et effectivement, les gynes (au nombre de deux, je le rappelle) ont de belles physogastrie, même si elles ne sont pas encore au maximum de ce qu'elles peuvent atteindre. Le genre est spectaculaire dans cet exercice particulier, je ne vous apprends rien de chez niente/nada. Je prends mon APN histoire d'immortaliser cet instant (j'ai hésité, me disant que cela pouvait bien attendre demain - pourquoi faire le jour même ce que l'on peut remettre, je vous le demande). Je fais quelques clichés (une vraie galère, elels sont aussi petites que rapides); franchement à vue d'oeil (à vue de pied, c'est plus compliqué), c'est quasiment impossible de distinguer quoi que ce soit tellement elles sont petiotes. Et là, Ô suprise, Ô le choc, Ô Dieu des fourmis, par Toutatis et tous les saints de la terre (plus le panthéon tibétain - tant qu'à faire), que vois-je (faut bien faire durer un peu) ? De sacrées grosses larves !!!! Je peux donc annoncer, sans trop de risques de me tromper, que j'aurais des sexués cette année avec un essaimage (mode Temnothorax on - je commence à prendre l'habitRude). Sauf qu'à la différence de mes Temnothorax unifasciatus qui me font maintenant annuellement le même cinoche, je suis avec une espèce polygyne. Quid ? Les gynes rejoindront-elles la colonie afin de grossir les rangs des pondeuses ou chercheront-elles à aller fonder ailleurs ? Les deux ?

J'ai une autre interrogation de taille, mais où étaient donc toutes ses larves qui ont diapauser avec la colonie ?!  Je n'ai rien vu malgré des photos et même une vidéo (!!!). J'ai un doute, ou plutôt une piste que je vais vous donner (à prendre avec des pincettes - je peux toujours me trompationner, j'ai l'imagination fertile aussi): les ouvrières les avaient protéger avec des débris de cocons. Cela peut paraitre fou, d'ordinaire les colonies utilisent la bonne vieille méthode du "rester groupir" ou du tas afin de protéger gyne et couvain, se servant de leurs propres corps afin de prémunir les éléments fragiles (couvain) et primordiales (gynes) des morsures du froid. Une petite énigme à résoudre...

Sinon, plus trivialement, je leur ai filé un vers de farine à moitié escagasser (tête écrassée pour être plus franco de port linguistiquement parlant), autant dire une proie de choix de part la taille, histoire qu'elles aient une nourriture bien fraiche: petites mes costaudes. De vraies hyènes affamées et avec une jolie piste de l'entrée du nid jusqu'à la larve de ténébrions; la délicieuse file indienne que les ouvrières suivaient très disciplinées. Il y a des jours comme ça où une colonie ou deux gâte son éleveur et je vous assure que vous vous retrouvez sur un petit nuage le sourire aux lèvres. Avec la taille conséquente des larves et leur nombre, je comprends mieux cette frénésie du jabot social.

Petite truc amusant mais non fondamentale, les ouvrières commencent à se colorer par la tête, pas toutes, la colonie va rester bicolore avec des ouvrières brunes comme leurs mères et d'autres dorées comme de véritables petites pépites d'or (une autre caractéristique du genre qui ne les rend pas moins sympathique). Tous mes autres imago, quelque soit l'espèce, commencent à avoir un gastre plus foncé et un thorax plus clair. Présentement, le programme est autre.Quand je vous dis que ce n'est QUE du bonheur. Vraiment une espèce fascinante !

PlagiolepisPYG0001.jpg PlagiolepisPYG0002.jpg PlagiolepisPYG0003.jpg PlagiolepisPYG0004.jpg PlagiolepisPYG0005.jpg PlagiolepisPYG0007.jpg

PS: j'ai un peu abusé sur la taille des vignettes (de vrais timbres postes) mais vous savez utiliser le clic de votre mulot, le suprise sera d'autant plus sympathique :oP et puis je vous rappelle que ces fourmis dépassent rarement le millimètre, c'est donc histoire de vous mettre à leur échelle !

Partager cet article

Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 00:21

Plagiolepis sp: chose promise, chose dûe, j'ai sorti la colonie du frigo et de son bac à légumes (8°C quand même) et tout le monde se porte à merveille, aussi bien les deux gynas que les ouvrièras (je parle l'espange de trottoir - vu mon niveau et qu'elles sont espagnoles). J'ai toute une kyrielle d'ouvrières blanches transparentes (on pourrait les prendre pour des termites) qui sont en fait sorties de cocons juste avant la diapause (y aurait-il coloration ou pas ?). Par contre, si elles ont oublié de s'habiller et restent pâles, elles n'ont pas oublié la légendaire physogastrie astraunomique de cette espèce, cela m'impressionnera toujours, un quelque chose des fourmis pots de miel.

La fonction vidéo HD de mon nouvel APN m'impressionne toujours autant, c'est bluffant quand on sait que les fourmis font 1 voir 1,5 millimètre. Chez moi la vidéo est impeccable, par contre tutube me la massacre un peu (chuis vert en fait). Vous excuserez la tremblote et les quelques erreurs de mise au point. J'aimerai en dire autant des photos, je galère toujours autant, même s'il y a un peu du mieux (positivons).

Je ne connais pas le nombre exacte d'ouvrières au sein de la colonie mais le cheptel est sympathique ! A strictement dire, le Antsbuilding est plein (quoi qu'il reste les 4 faces latérales du nid à coloniser - cela ne va pas être le pied pour la visibilité, c'est le moins qu'on puisse dire). Sur les 3 étages:

  • celui du haut sert à la maturation des cocons (chaleur et faible hygrométrie oblige)
  • celui du milieu est la "pièce de vie" où crèche la colonie
  • celui du bas ne sert pas (trop humide je présume)

La première photo (bonjour la lumière) témoigne du mieux que je peux de la population globale - grosso merdo. Pour les autres, c'est vraiment histoire de meubler.

Plagiolepis0009.jpg Plagiolepis0005.jpg Plagiolepis0007.jpg

Dolichoderus quadripunctatus: fin de l'aventure ! Je n'ai pas trouvé la reine et je pense sincèrement qu'il n'y en avait tout simplement pas (couvain nul aussi). J'ai vidé la colonie dans l'ADF et peu d'ouvrières ont trouvé le nid; il n'y avait pas d'organisation. J'ai toujours vu dans ce genre d'action les ouvrières s'amasser en protection rapprochée autour de la gyne. Là, que dalle ! Bref, je n'épiloguerai pas.

FIN

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 01:15

formica005489630.jpgFormica lusatica: il y a exactement 7 larves de sexués dont elles prennent grand soin. Désolé pour la photo mais je ne peux pas faire mieux. Déjà une chance que j'ai pu parvenir à faire un p'tit cliché avec un positionnement des dites larves le permettant. C'est comme les accouchements avant le temps des échographies: alors, filles ou garçons ? Mon petit doigt me dit que... bref, je ne sens pas des fifilles sur ce coup là. Hormis ceci, le nid est quand même assez sale, franchement, je m'attendais à mieux de leur part, à leur décharge (c'est le cas de le dire), le nid est surement trop grand pour la colonie. J'ai pris un peu d'avance, surtout qu'elles ne sont vraiment pas faciles à déménager. Je remarque que les ouvrières sont vraiment plus grandes. Après le stade du developpement tout azimut, elles sont au stade de consolidation de la colonie avec des fourrageuses mieux charpentées et plus robustes. Je tente d'imaginer un nid dans un futur proche (surement pour 2012) et rien ne me vient. Prendre un aquarium avec des plaques de BC collées aux vitres ne me branche pas, un nid avec boites de Ferrero n'est pas des plus pratiques. et ne permet pas une bonne visibilité (ce ne sont pas de géantes Camponotus maculatus).. wait 'n' see.

------------------------------------------------------------------------

Temnothorax unifasciatus: ma grande colonie commence son estivation, prémice à la diapause !  Pourtant, on ne peut pas dire que les températures soient élevées. Elles sont vraiment réglées comme une horloge suisse. Il ne se passera donc plus rien avant l'an prochain. Elles ne fourragent quasiment plus hormis un peu de miel, les insectes ne les intéressant déjà plus. Et elles vont faire trainer un imposant couvain en vue de la "fabrication" de nouveaux sexués. Là je me dis qu'elles vont peut-être commencé à devenir très chiantes ;o)))) Restera toujours le challenge de la récupération de gynes fécondées en vu de faire des fondations...

------------------------------------------------------------------------

Plagiolepis pygmaea: elles par contre, il ne faut pas la leur raconter ! Elles sont toujours en plein BOUM. La colonie a au moins doublé sa population. A croissance importante, installation est prise de possession du nid. Le gros de la colonie a migré au deuxième étage, elles devaient en avoir marre du rez de chaussée. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien. Je présume seulement que c'est à cause des cocons et dû au fait que j'ai rempli la réserve d'eau à fond les ballons. Car mine de rien, elles affectionnent vraiment l'humidité. C'est le paradoxe de cette espèce sudiste, quoi qu'en est-ce vraiment un ?! Je n'ai pas encore arrêté de choix concernant la diapause; en faire une ou pas et de combien de temps ?? Bref... quelques vues pour agrémenter le blog (comme d'hab' quoi):

PlagiolepisPYG1265871.jpg PlagiolepisPYG1265872.jpg PlagiolepisPYG1265873.jpg PlagiolepisPYG1265874.jpg

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 00:01

Plagiolepis pygmaea: je ne me ferai jamais au nom de l'espèce !! Autant je galère avec ma petite fondation (celle donnée par gey) puisqu'elle a regressé, autant ma grosse colonie espagnole se porte très bien. J'ai un couvain de fou, je n'en reviens toujours pas:

  • environ 150 cocons, pit'être plus !!!!! (une centaine sont visibles sur la première photo)
  • des oeufs à gogo, les gynes ayant recommencé un cycle de pontes

Je ne pensais pas qu'elles étaient aussi rapidos et j'en suis encore impressionné ! Si un imago (adulte tout juste sorti de son cocon) à un quelque chose d'attendrissant, autant dire que là, avec leur couleur blanche, ils sont adorablement choux de chez choux. Les ouvrières ont une méthode bien particulière pour les déplacer; point de portage social comme chez Camponotus ou Formica, c'est beaucoup plus cavalièrement qu'elles les tirent par les antennes !! Pas tendres les filles. Je ne suis pas mécontent de mon ADF fermée, je ne pense pas qu'il soit possible de faire autrement avec des ouvrières aussi petites. A la moindre faille, elles se font la malle !

plagiolepissss001.jpg plagiolepissss002.jpg plagiolepissss003.jpg plagiolepissss004.jpg

A petite espèce, petites photos ;o))) J'ai essayé de faire différentes vues à l'intérieur du nid mais c'est très difficile ! Il faudrait que je me penche sur la conception d'un nid plat (il n'y a pas mieux pour faire de la photo) avec système d'humidification (elles affectionnent l'humidité) d'une taille raisonnable (pas trop grand).

---------------------------------------------------------------------------------------

Alimentation: je me suis amusé à faire un petit mélange pour mes Messor. J'ai fait relativement simple en cherchant l'inspiration dans le nouveau rayon bio de mon hypermarché.

  • des grains de couscous (un fond de placard, j'avoue)
  • des graines de Quinao
  • des graines de pavot
  • un mélange de céréales

Si je vois que la consommation n'est pas au rendez-vous et que tout mon mélange est boudé, c'est aussi possible, je rajouterai des graines pour oiseaux exotiques. J'aime bien leur faire la popote, cela me détend ;o))) Et comme d'hab', j'ai vu trop grand, d'ici à ce que ma colonie de Messor minor mange tout ça, il aura coulé plus que de l'eau sous les ponts.

boufmessor001.jpg boufmessor002.jpg  The end - Lieto fine - Fin

Partager cet article

Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 00:02
Temnothorax unifasciatus: les larves de sexués (princesses) commencent à se nymphoser. C'est facilement identifiable à la coloration: la larve passe d'un blanc translucide, qui permet de voir l'estomac et son contenu (la totale), à une blanc laiteux et donc opaque. Le moins que l'on puisse dire est que le couvain est imposant, je comprends leur apétit d'ogre alors qu'elles sont toutes petites. Je les ai d'ailleurs gratifié d'un oeuf dure; non seulement elles adorent mais en plus cela dure quelques jours. Tant qu'à faire un oeuf dure, autant en donner à toutes mes colonies et c'est en voyant le résultat que je me suis soudainement souvenu - triple buse que je suis - pourquoi je n'en donnais pas plus souvent: Lasius et Formica prennent un malin plaisir à faire des bouletles qu'elles étalent partout dans les ADF, un vrai massacre (il faut absolument que j'imprime cela quelque part dans ma petite tête !!) mais en plus, elles se servent  des dites boulettes pour faire une sorte de mèche et drainer le miellat des abreuvoirs: miettes d'oeuf + miellat = bonheur pour moi, bande de salopes va LOL. Rien de cela chez Temnothorax. Elles n'ont pas à loisir de gaspiller; que ce soit le miel ou les protéines, tout fait gastre et c'est un ballet non stop pour nourrir les voraces larves de la colonie. Vous avez en prime et en photos, Ginette, la pondeuse !!! Elle a bien voulu se montrer, mais pas trop et surtout pas longtemps ce qui ne permet pas de matraquer... de toute manière, vue la saleté du plexi, il est de plus en plus difficile de faire des photos nickel chrome, je m'en excuse par avance. Sur la dernière, une petite anomalie avec une ouvrière qui possède une tâche noire là où il n'y a pas lieu d'être...
TemnothoraxUNI6587a.jpg TemnothoraxUNI6587b.jpg TemnothoraxUNI6587c.jpg
TemnothoraxUNI6587e.jpg TemnothoraxUNI6587f.jpg TemnothoraxUNI6587d.jpg TemnothoraxUNI6587g.jpg
Plagiolepis pygmaea: (cette fois, je l'ai écrit correctement - MIRACLE) Je m'interrogeais il y a peu sur l'adéquation des températures chez moi pour un développement correcte des larves. Nous ne sommes point à Perpignan (là je suis le premier à le regretter) et encore moins en Espagne (ce qui serait plus juste puisque c'est leur pays d'origine - du moins en ce qui concerne cette colonie), elles m'ont donné la réponse avec de très belles larves que je n'avais jusqu'alors point vu. J'ai une circonstance atténuante, cette espèce est la plus petite trouvable "naturellement" en Europe. Paradoxe; ce sont les plus petites mais aussi celles qui ont les plus grosses physogastries !! Là encore, les gynes sont des pichtounes et de maxi pondeuses, "wooooo fan de chichoune" ( = putain façon sud de la France). J'en ai vu des tas de larves mais là, j'en suis encore sur le cul !!!! En tous les cas, tout va bien !!!!
Pour ce qui est de la colonie donnée par Grey (ma deuxième de cette espèce), je ne peux pas en dire grand chose, je ne vois rien dans le tube. Tout ce que j'aperçois est la physogastrie de la gyne...
plagiolepisPYG1258a.jpg
plagiolepisPYG1258c.jpg plagiolepisPYG1258d.jpg plagiolepisPYG1258e.jpg
Saluti da Lyon !

Partager cet article

Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 00:02
Plagiolepis pygmaea: j'ai re-récidivé et il n'y a pas eu la moindre âme charitable pour me dire que je m'étais planté dans l'écriture du nom de l'espèce dans mes anciens billets !!! C'est la colonie que j'ai eu avec Anthouse !! Divine surprise en les installant cette après-midi, il y a deux gynes, c'est-il pas que c'est foUrmidable :o) La première colonie que j'avais achetée, l'avais été sur Antskalytta. Malheureusement, je les avais perdues; boulette de ma part, bref. J'ai eu une autre colonie par Grey. Je l'ai toujours d'ailleurs, il y a même une photo sur le billet du 10 février. Et voilà maintenant cette colonie polygyne et déjà bien peuplée. C'est clair qu'elles sont difficiles de part leur taille (la plus petite fourmi européenne il me semble) à observer: de vraies miniatures, mais elles ont un de ces charmes. Il y a des ouvrières de toutes les tailles et aussi de toutes les couleurs, même s'il y a plus d'ouvrières de couleur claire (jaune) que les anciennes que j'avais. Elles étaient dans un petit recipient sans réserve d'eau mais néanmoins humide. Il y avait un trou sur le bouchon afin qu'elles puissent respirer et d'ailleurs, elles ne faisaient pas que ça puisque les plus petites passaient pour aller fourrager. Elles étaient tout de même affamées; quand on connait les physogastries dont elles sont capables (là encore, c'est assez impressionnant), il n'y a pas de doute à avoir. Et d'ailleurs, elles se sont précipitées sur le miel que je leur ai offert. Comme elles sont petites (j'insiste au cas où vous ne l'auriez pas compris lol) et afin d'éviter qu'il y ait de pauvres innocentes victimes qui s'engluent, j'utilise le même procédé qu'avec mes Temnothorax. Je fais une sorte de galette: je prends une goutte de miel et je la recouvre de sable, les grains tombent. Au fil du temps, elles peuvent même marcher "sur" le miel. Autre avantage, il est facile de voir quand le miel est épuisé; la galette change de couleur.
NidPlagiolepsis001.jpg
<- LE NID ->

Comment recycler un ancien nid de chez Fourmis.fr ? L'ADF est tout de même beaucoup mieux que celle qui était vendue...

NidPlagiolepsis002.jpg
L'ADF est, bien entendu, fermée. Je ne pense pas qu'il soit possible de faire autrement. Je vais d'ailleurs finir par être fan de ce genre d'anti-évasion au final assez "naturel" et sans danger pour les ouvrières, même si cela ne rend pas forcément le nourrissage très facile.
Quelques vues, dont deux aériennes, de la colonie. Ce n'est pas de la première qualité mais je fais ce que je peux !!
plagiolepsis00123b.jpg plagiolepsis00123a.jpg plagiolepsis00123c.jpg

Partager cet article

Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 14:10
Plagiolepis pygmea: la gyne, comme vous pouvez le voir sur la photo, a une physogastrie assez importante (elle ne fait pas semblant). Le tube est très sale et il m'est quasiment impossible de faire un bilan des larves et oeufs qui composent la colonie. Il y a quelques larves de très bonne taille, pour le reste, mystère. En attendant un déménagement (c'est prévu sous peu) je vais devoir me contenter de ça. Pas cool, n'est-il pas ?? A leur décharge ou à la mienne, c'est aussi la plus petite fourmi de France et de Navarre, ceci explique cela...
Plagiolepsis001.jpg Plagiolepsis002.jpg
Aphaenogaster dulcineae: ma colonie deux de tension !!! Pouhaaaaaaa... 9 ouvrières et 8 grosses larves. J'en ai vu défiler des colonies tout de même en bientôt 3 ans de myrmécophilie, mais là, c'est le pompon ou j'ai tiré le gros lot. Le jour où j'ai commandé des Aphaenogaster senilis, j'eusse mieux fait de me casser une jambe, surtout pour recevoir celles-là !! Je suis plutôt patient, elles ne me gênent pas plus que cela mais bon... Comme vous pouvez le voir sur la photo, elles se sont fabriquées une séparation avec des fibres de coton entre la partie du tube qui leur sert de nid et la partie du tube qui leur sert d'ADF. C'est ce qu'on appelle du fait-maison toutes seules comme des grandes.
AphaenogasterDUL001
Camponotus fellah: FIN !!! Oui je sais, c'est très triste. La petite colonie que j'avais n'a jamais rien fait hormis dépérir petit à petit, et la gyne, qui a fini seule, n'a fait que s'affaiblir. Je me demande encore ce que je suis allé faire dans cette galère !!! Il n'y a pas que des réussites dans ce bas monde, là c'est quand même le méga rateau.

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 11:28
Dure de revenir dans le billet journalier, d'autant que la plupart de mes colonies sont en diapause !!!!
Restes avec moi (bien au chaud dans mon appartement): Camponotus maculatus, Crematogaster scutellaris, Camponotus fellah, Camponotus nicobarensis. Pour les autres, j'attends encore un peu.
----------------------------------------------------------------------
Hormis ce manque d'actualité, j'ai une nouvelle espèce (cas de récidive en ce qui me concerne) avec une petite fondation de Plagiolepis (merci Grey) composée d'une gyne et de 10 ouvrières, ainsi que d'une gyne parasite de cette espèce, que d'ailleurs je ne parviens pas du tout à identifier !!! Il y a également un petit couvain (larves uniquement). Elles sont dans un tube à essai et je pense, sans trop m'avancer, qu'elles vont y rester quelques temps (il y a en effet de la place por un régiment). C'est certainement la plus petite espèce de fourmi d'Europe (1 à 2 millimètres seulement), ceci explique cela. Les ouvrières se distinguent de la gyne, hormis la taille il va s'en dire, par une couleur dorée.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:58
J'ai arrêté un choix sur le nid avec l'Antsbuilding plutôt que le Antsroom finalement, le gradient hygrométrique est plus sage que la sécheresse de l'Antsroom. En fait, cela a été de la récupération de A à Z. Même l'ADF a été récupéré; c'est la boite Ferr*ro que j'utilisais pour la réception et l'observation de mes espèces exotiques avec un système anti-évasion imparable (un grillage très fin siliconé), taille des bébête à 6 pattes oblige. J'ai juste eu à reboucher le trou où passait le tube à essai et en faire un autre pour faire communiquer le nid et l'Air De Fourragement. Ce qui donne ceci:
Avec la chaleur, le silicone a séché en un temps record et hier soir, quand les plus petits se débattent avec du gravier dans les yeux du marchand de sable et où les plus grands pensent à la douche Blanche Neige (Rhôôôôô) je me suis fait un déménagement (pouhaaaa), au pinceau s'il vous plait car elles ne semblaient pas pressées de passer de leur morceau d'essui-tout (elles aussi doivent bien aimer Blanche Neige !!) au nid. Elles sont vraiment rikiki et ne dépassent guère le millimètre, sauf la reine of course qui a un gros gastre en bonne mère pondeuse de base. Il y a une cinquantaine d'ouvrières et tout autant de cocons. Je suis en train de brasser du livre pour faire une fiche signalétique/d'élevage mais c'est une vraie galère tant il y a peu de choses sur elles. Les choupettes:
   
Comme d'hab', pour aller chercher bonheur, clique sur les petites vignettes pour en avoir de grosses, de photos !
En dernier lieu, il est vraisemblable que ce soient des pygmaea, donc je remplace le sp par un cf pygmaea. De toute manière, il n'y en a pas 50 milles, la plupart des autres sont un parasite de la première...

Partager cet article

Repost0