Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 17:56
messorFIN.jpgMessor barbarus: ben voilà, c'est la fin de l'aventure !!! Vraiment un truc con mais con... je me suis maudit sur plusieurs générations (je ne prends aucun risque ainsi !!). Généralement les accidents ne sont jamais bien intelligents, mais là... Donc, il se trouve que l'abreuvoir (rien d'extraordinaire, c'est un abreuvoir pour oiseaux avec un coton dans la partie accessible) a eu une fuite, rien de bien méchant, il a généré une flaque d'eau dans l'un des étages du nid. J'imagine qu'elles ont tiré sur le coton et que ce dernier a fait une sorte de gouttière. Mais là où s'est vraiment terrible, c'est que la colonie, 3 étages plus bas, est allée se noyer dans cette flaque, gyne comprise. J'ai ouvert le nid pour éponger. La gyne était raide (mais putain quelle blondasse !!), comme ce n'était que de l'eau, j'ai gardé une petite lueur d'espoir. Le lendemain, tout était rentré dans l'ordre puisque toute la colonie était retournée dans l'étage du bas, entourant la gyne, sauf que cette dernière était toujours raide morte.  Les ouvrières ne font pas vraiment le différence entre un cadavre de gyne ou une gyne vivante !!!! Elles l'ont quand même trimballée sur plusieurs étages. Se donner autant de mal à élever une colonie pour qu'elle finisse ainsi ?? J'ai les boules et pas de Noël ! Enfin (soupir)...je recommencerai, peut-être pas avec barbarus mais j'aurai une autre colonie de granivores, c'est certain.
------------------------------------------------------------------
Lasius emarginatus: du coup, j'ai sorti de diapause mes chérie-couttes et ma plus ancienne colonie de diapause. Surement histoire de me donner un peu de beaume au coeur et puis, je peux le dire, elles me manquaient. Elles étaient au frais sur mon balcon depuis le 16 octobre 2009. Elles ont encaissé sans mal des températures négatives. Leurs gastres sont, pour certaines, voir la plupart, encore de bonne taille !! C'est vraiment charmant de les voir groupées en tas compactes pour résister au froid (que ce soit entre ouvrières ou autour de la gyne ou sur le couvain - ce dernier est toujours aussi important); cela donne vraiment l'impression que le nid est vide ! J'ai trouvé une vingtaine de mortes dans l'ADF, que d'ailleurs je me suis empressé de nettoyer (pendant qu'elles font encore dodo...autant en profiter). Tout aussi charmant est le réveil: elles bougent d'abord toutes leurs antennes en une sorte de ballet. Ensuite quelques ouvrières partent fourrager et se gorgent du miellat que je leur ai confectionné. Même en passant de 3°C à plus de 20°C (température de mon intérieur), elles en ont pour une semaine avant de se réveiller complétement si j'ai bonne mémoire. En les matant de près, j'ai vraiment des différences de tailles chez les ouvrières et certaines sont vraiment balaises. Etant en captivité, je ne peux attribuer cette différence à la nourriture; il n'y a pas de période de vaches maigres ou de vaches grasses. Je n'ai pas de réponse mais plusieurs hypothèses:
  • cela correspond à une étape: une fois la colonie arrivée à un certain nombre d'ouvrières, elles prennent et soin et le temps de faire des ouvrières plus grandes; d'abord grandir le plus rapidement possible histoire de résister à une éventuelle attaque enemi puis consolider la colonie
  • c'est une effet "larves d'hiver": en effet chez Formica (même famille que Lasius) les larves hivernant donnent de grandes ouvrières (major), voir même des ouvrières pseudo-sexués. Il n'y a certes pas de castes chez Lasius mais peut-être un reliquat ou une tendance à ce comportement
Je peux toujours me gratter pour avoir une réponse à mon avis, Lasius n'étant pas un genre tant étudié que ça apparemment. Dommage, j'adore les espèces exotiques et d'ailleurs j'en élève, mais des textes plus complets (oserai-je dire scientifiques) sur nos petites fourmis de jardin seraient les bienvenus. Bref, les chérie chouttes sont de RETOUR, YES !!!!!
LasiusEMAR0001.jpg LasiusEMAR0003.jpg LasiusEMAR0004
LasiusEMAR0005.jpg
NidFlavus01.jpgLasius flavus: mon nid maison étant désormais sec de chez sec, j'ai rempli la réserve d'eau. L'avantage du plâtre est d'offrir une bonne visibilité sur l'humidité du nid et le sable un bon visuel sur la présence ou pas d'eau (tout bénéfice). Je vais être obligé de pratiquer une ouverture car fermé, il y a trop de condensation dedans; les parois sont couvertes de minuscules gouttelettes, ce qui pourrait représenter un danger pour les ouvrières. Il restera à faire déménager la colonie, mais c'est une autre histoire pour un autre billet.
Moins de billets mais plus longs

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 00:01
Messor barbarus: elles aussi commençaient à être à l'étroit dans leur ancien nid, j'ai donc procédé à un déménagement (chose promise, chose dûe) dans l'ancien nid, lavé, de mes maculatus. Là encore, quelle partie de plaisir; 1 heure à faire tomber les ch'tites fourmis dans l'ADFdu nouveau après avoir ouvert l'ancien, et au pinceau s'il vous plait. Par contre, elles ont été plus rapide à s'installer; passée la demi-heure de folie dans l'ADF,le gros des troupes s'est vite rassemblé au sein du nid, et tout aussi rapidement la gyne + le couvain avec la plupart des ouvrières sont allés prendre leurs pénates à côté du grenier que je leur ai fait (en plus je leur facilite le travail - à quand le machouillage des graines pour ne pas qu'elles se fatiguent ?). Chose un peu gore, en même temps ce sont des fourmis, on ne peut pas leur en vouloir, j'ai dû écrasser par inadvertence 3 ou 4 ouvrières (la vitre de l'ancien nid m'a échappé un instant), et bien comme Lavoisier l'affirmait, rien ne se perd, rien ne se gagne, tout se transforme, les fourmis presque "mourrutes" ont fait le régale de la colonie (beurk !!).
MessorBB0001.jpg MessorBB0002.jpg MessorBB0003.jpg <- Grenier
J'ai finalement opté pour la solution du fainéant à savoir l'absence de tout système d'humidification, comme pour leur ancien nid (on ne change pas une méthode qui gagne).
Temnothorax nylanderi: elles aussi j'ai dû les déménager puisqu'elles avaient élu domicile dans la mousse oasis de la réserve d'eau séche du nid à mes Messor. J'ai été très surpris de trouver de grosses larves. Elles sont désormais dans un tube à essai. Cette colonie m'encombre plus qu'autre chose et au printemps ce sera direction DON !!
---------------------------------------------------------------
Au final, il me reste un grand nid à confectionner pour mes Formica lusatica qui font leur diapause sur mon balcon (peuchères) !! C'est d'autant plus compliqué que je ne peux pas faire l'impasse sur un système d'humidification...j'ai loupé le tir chocolat de Nouyel, il me reste donc l'option chocolats de Pâques pour acheter de grandes boites de Ferr*ro (là, il va falloir que je voie GRAND). D'ici là, de l'eau aura couler sous les ponts mais franchement, aussi bien les rochers que les MonChéri me sortent par les trous de nez, en plus c'est plein de sucre. Ce sera une autre histoire pour un autre billet...

Partager cet article

Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 00:27
Messor barbarus: les moissonneuses m'ont fait toute une série de beaux major !! Et moi major j'adore :o) Il y en a un, à tête noir donc, un des tous premiers de la colonie auquel il ne reste plus qu'une seule antenne, je me demande encore ce qui a bien pu lui arriver. J'ai assisté à une scène fort sympathique pendant ma séance photos avec une autre fonction propre aux major: le déplacement de la gyne (photo n°1 que je me mords les doigts d'avoir ratée d'ailleurs). Le major saisi entre ses mandibules la tête de la gyne et la traine comme un vulgaire sac de pommes de terre, et elle se laisse faire sans trop broncher. Hormis ceci, il y a toujours trois salles avec du couvain:
  • une salle pour la friture ou les ouvrières de taille normale on va dire (de petites à moyennes)
  • une salle avec de grosses larves pour faire des major
  • une salle mixte: grosses larves et graines
Le nid commence à être bien rempli ! Donc l'an prochain, après une petite diapause (Messor peut se contenter de peu au final, d'autant plus qu'elles ne cessent jamais vraiment de s'activer au sein du nid, en bonnes méditerranéennes prévoyantes dotées d'un grenier bien garni), il y aura déménagement. Autre fait marquant, mes Temnothorax nylanderi ont déménagé dans la réserve d'eau de leur nid (fait chiiiiiiiiiiiiiier). J'ai donc disposé un tube avec réserve d'eau à proximité histoire qu'elles redéménagent et que je m'en "débarasse" (il va y avoir du don dans l'air). Cela risque d'être long je le sens. La poisse !!! Pour ce qui d'un comptage, grosso merdo, il y a 600 ouvrières, dont une dizaine de gros major, une dizaine de media. Le polymorphisme étant important, il est parfois compliqué de classifier avec exactitude.
Place aux photos:










Lieto fine   

Partager cet article

Repost0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 00:10
Je laisse pour un temps mes Lasius tranquilles !
Messor barbarus: elles n'ont jamais été aussi bien depuis que le nid est sec (oui, j'insiste lourdement sur ce fait car il me semble important), avec abreuvoir (j'insiste aussi). J'ai un couvain de malade et je n'ai plus ces décès à gogo d'ouvrières comme auparavent qui faisaient que, niveau effectif, la colonie stagnait un peu tout de même. Je rajouterai (impression, pas forcément vrai) qu'il me semble avoir beaucoup plus de major que de minor). C'est sympa mais cela veut aussi dire que le nid va finir par être complet. Je sens que ce Nouyel il va y avoir une descente de boite de rochers Ferr*ro; cela ne va pas être bon pour ma ligne, tant pis, je me sacrifierai stoïquement !! Pour en revenir à mes Messor, je vous mets quelques photos, rien que du très mais alors très extrêment classique. D'abord, par ordre d'apparition comme pour les génériques de films, l'alimentation avec leur grenier à graines (il y en a 3 en tout et pour tout; l'avantage d'un nid sec et de leur permettre d'augmenter le stockage). Ensuite, la fabrication de leur "pain" (pour les non-initiés: elles broyent et imprégnent de leur salive les graines qui sont en quelque sorte prédigérées avant de les consommer). Un major en cours de coloration sur la troisième photo, puis la salle du nid consacrée à la maturation des larves. Sur la deuxième ligne de cette histoire en images, de la mandibule et la nymphe d'un futur major. Pour conclure, une dernière photo avec la gyne où vous pouvez constater que sa tête est plus petite que celle d'une ouvrière major.
Temnothorax unifasciatus (gynes): suite à l'essaimage de ma colonie, j'avais récupéré 8 gynes que j'avais mises en tube. Au final, il me reste 1 seule gyne sans couvain, les autres sont mortes...je crois avoir été un peu trop optimiste sur les réserves d'eau...comprendre: une fondation à sec ne le fait pas du tout !!!! Rendez-vous l'an prochain puisque ma colonie étant mature, j'aurais de nouvelles opportunités en 2010 ! Ouep, c'est une histoire sans fin :-)
FIN

Partager cet article

Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 00:01
Messor barbarus: j'en parle somme toute assez peu, tellement il y a peu de choses à en dire (avis tout à fait personnel). Je ne sais pas si cela tient au fait d'avoir arrêté d'humidifier le nid (je précise tout de même qu'elles ont un abreuvoir dans l'ADF et qu'elles ne se gênent pas pour aller le visiter) mais elles ont un comportement plus organisé. Elles ont toujours deux salles distinctes pour le couvain (parfois, avec le temps, cela évolue, là niet):
  • une salle avec les nymphes et les oeufs (deux premières photos); ce que j'apelle la friture
  • une salle avec les grosses larves sur la troisième photo (j'espère que ce ne sont que des major et pas des envies de reproduction)
De mémoire d'éleveur (même si parfois elle bug), je n'ai jamais eu autant de couvain. Mon major à tête rouge garde sa coloration particulière ! Certes, la gyne a la tête rouge foncé (la pigmentation rouge est tellement concentrée que cela s'apparente à du noir) et le haut du gastre, les major ont également cette coloration spécifique rouge/noir. Mais ce major là...j'ai enfin trouvé ce qui pourrait s'apparenter à une explication sur cette différence de coloration. J'ai plein de documents (livres) et je n'ai même pas le réflexe de les consulter !!!!!! Donc, page 146 de Les Fourmis D'Europe Occidentale et Septentrionale de F. Bernard (et oui encore !!), je cite:
"Major à tête plus ou moins largement rougeâtre, d'un-rouge-orangé clair dans les stations ensoleillées de France, d'un rouge sombre dans les lieux humides et dans toute l'Afrique du Nord...Gyne: Soit entièrement noire, soit à tête rouge sombre (les deux colorations peuvent exister parmi les ailés du même nid)."
L'humidité serait le facteur déterminant dans la coloration de la tête chez les major et les sexués !!! En tous les cas, je conseille un nid sec pour cette espèce, elles se portent beaucoup mieux ainsi. 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 00:02
Camponotus lateralis: mon premier major est né: thorax développé et grosse tête ! YES ! Elles sont désormais au nombre de 16 ouvrières. Je dirais qu'elles sont plus polymorphes qu'avec des castes bien définies comme les autres Camponotus (minor, "media", major - je mets volontairement media entre guillemets car je ne suis vraiment pas convaincu par la présence de cette caste intermédiaire quasi inexistante chez mes Camponotus maculatus). Il y a un mâle, le deuxième, le premier étant passé à la casserole (tué et je présume mangé) dès le déploiement de ses ailes. Elles ont une stratégie assez particulière pour se nourrir: elles fourragent et se gavent jusqu'à l'explosion puis se la coule douce au sein du nid jusqu'à temps que les réserves soient épuisées. Il arrive que des imago fourragent, ce que je n'avais jamais observé sur d'autres espèces !
 
Messor barbarus: j'ai un nouveau major (c'est la saison) sauf qu'à la différence des autres, sa tête reste rouge !!!! C'est amusant, on dirait un OVNI (Objet Venant Non Identifié) au sein de la colonie et de ses soeurs toutes à têtes noires. Ne me demandez pas le pourquoi du comment de cette coloration différente, je n'en ai pas la moindre idée. Il me semble avoir lu l'hypothèse d'une larve ayant hivernée. Sauf qu'en ce qui concerne ma colonie, il n'y a aucun couvain avant la diapause. Peut-être que sa tête va prendre une couleur plus foncée avec le temps (ce qui me ferait assez ch*é car je l'aime bien ainsi). Sinon la colonie se porte bien, je dirais même qu'elle se porte beaucoup mieux depuis que j'ai arrêté d'humidifier le nid et que j'ai mis un abreuvoir: le couvain est plus important et j'ai moins d'ouvrières qui décèdent. Il y a deux greniers bien garnis, deux zones pour le couvain; une zone avec ce que j'appelle la friture (de petits éléments) et une zone pour les grosses larves.
   
      The end
 
PS: si comme moi, vous êtes miro ascendant aveugle des noeils, je vous rapelle qu'il suffit de cliquer sur les photos pour les voir dans le format originel, soit en plus grand tout de même !!!

Partager cet article

Repost0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 16:25
Messor barbarus: il y a deux choses, niveau alimentation s'entend, auxquelles elles ne résistent pas:
  • les graines de pissenlit (comme le chocolat chez moi: irrésistible)
  • les grillons juvéniles (les mouches sont parfois ignorées - question de taille ?)
Seul inconvénient des graines de pissenlit (que je récupère en ville sur la pelouse de ma copropriété), la difficulté de la récolte ! Non seulement elles sont petites mais leurs parachutes les rendent très volatiles, il suffit d'en récolter une fois pour réaliser que ce n'est pas forcément une partie de plaisir. Sauf que, la fleur du pissenlit a une particularité intéressante: elle se referme la nuit, y compris quand elle est en graines (pas longtemps non plus, le vent ayant vite fait de disperser les graines). j'ai donc décidé et avec succès, d'exploiter cette particularité. Le soir venu, je récolte les fleurs fermées mais en graines (photo n°1), avec des ciseaux je coupe d'un seul coup tous ces salop*ries de parachutes, et le tour est joué. Je dépose ensuite la fleur telle quelle dans l'ADC et c'est le festin. Mes ouvrières Messor se régalent à dépioter les graines, cela leur fait un peu de sport, moi, cela me fait une observation sympathique: c'est tout bénèf' pour tout le monde. Il leur arrive même de machouiller un bout de vert de la fleur, un peu de verdure pour une espèce majoritairement végétarienne ne peut pas leur faire de mal.
Fleurs pissenlit grenier n°1 grenier n°2 ADF Dépotoir
http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor20.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor21.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor22.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor23.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor24.jpg
Concernant le nourrissage des larves: le genre Messor ne pratique pas les trophallaxies, tout simplement parce que les individus ne savent utiliser leur jabot que dans un seul sens. Pour rappel, l'alimentation se fait en 3 temps:
  • le décorticage de la graine
  • la mastication via les mandibules du contenu de la graine
  • l'imprégnation de salive par les glandes labiales (situées dans le thorax)
Ce n'est qu'ensuite que cet élément pâteux , prédigéré par leur salive, que l'on qualifie de "pain", est absorbé par les fourmis. Pour les larves, les ouvrières "régurgitent" des éléments nutritifs via les glandes post-pharingiennes, qui jouent un peu le rôle de glandes mammaires et conçoivent ainsi un aliment déjà élaboré. D'où surement la taille importante de la tête, où sont située ces fameuses glandes post-pharingiennes, des ouvrières Messor (quelque soit la caste), contrairement à d'autres genres.
Ceci dit, la quasi totalité des reines de tous les genres en cours de fondation font de même, en nourrissant elles-mêmes leurs premières ouvrières via des sécrétions glandulaires. Les ouvrières des autres genres (Formica, Lasius etc) n'utilisent plus ce type de nourrissage pour leur couvain.
Pour conclure ce petit billet nourriture, je ne parlerai pas des déjections chez Messor n'ayant rien trouvé d'officiel là-dessus mais d'après mes observations et d'après ce qu'on sait des Tapinoma et de Dolichoderus quadripunctatus (qui pratiquent les échanges trophallactiques protocdéraux - pour faire simple, elles consomment leurs déjections), il y aussi surement une piste de ce côté là...
Quelques photos de ma colonie:
  Pain Pain Gyne Imago  
http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor25.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor27.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor26.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor28.jpg

Partager cet article

Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 00:05
Messor barbarus: il est vrai que je fais rarement un billet sur cette espèce, d'un autre côté, niveau activité, ce n'est pas Bizance et sa splendeur. Et puis il est vrai aussi que vous avez l'excellent blog de Bob dans les liens. J'ai enfin nettoyé leur ADF à fond les ballons, c'était vraiment immonde; entre leurs nombreuses traces blanchâtres (excréments) et les débris en tout genre, il y avait de quoi faire. L'opération a été plus loborieuse que difficile: j'ai bouché l'entrée avec un coton, enlevé les 2 media qui se baladaient pour les mettre dans un tube un instant, passé un grand coup d'aspirateur pour tout enlever et ensuite passé l'éponge, frotté et remis de l'huile de paraffine comme anti-évasion. Petit instant de blonditude, je pensais faire les photos avant/après et je n'ai fait que celle d'après, c'est bête hein ??!! Pour me récupérer, j'ai photographié un angle du nid: imaginez la même crasse mais sur tout le plexi du nid, cela donne une bonne idée. Aucun acarien en vue :o)
http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/menage10.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/menage11.jpg
Elles ont maintenant un petit tas de graines fraiches dans une ADF toute propre et comme je les aime bien quand même, elles ont eu droit à deux vers de farine dont un assez gros qui a permis à mes 2 major (la colonie en comporte 3) de faire un peu de sport.  La libération de l'entrée du nid (l'enlévement du coton si vous préférez et si vous suivez)  a permis une ruée d'ouvrières, pas vraiment contentes dans l'air de fourragement. J'ai fait quelques photos mais comme d'habitude, c'est un peu le massacre. On dit qu'en informatique 99% des soucis se situent entre le clavier et l'écran (je ne vous fais pas un dessin) il en va de même en photos. Je ne sais pas me servir de mon appareil en manuel, donc...nan puis j'ai un mot d'excuse signé; la chitine noire luisante des Messor n'est pas du goût de mon voleur d'images. Seule consolation, la gyne et quelques ouvrières devant le ramdam provoqué pour mon opération nettoyage, se sont massées en un tas compact et qu'il y avait-il à côté de la gyne ? Et bien les machoires ouvertes et menaçantes du troisième major (dernière photo). Je veux bien que le terme de soldat soit un abus de langage pour ce genre, mais il y a tout de même une part de vérité !!! Leur rôle défensif n'est pas négligeable. Pour un comptage, à vue de nez, elles doivent être dans les 150.
http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor14.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor11.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor13.jpg http://i64.servimg.com/u/f64/11/84/72/52/th/messor12.jpg
Dernière observation: concernant les décès, je trouve la plus forte mortalité chez les minor, je trouve leur durée de vie finalement assez courte. Cela restera à confirmer dans le temps...
Formica lemani: après une observation plus attentive, ce n'est pas une mais deux gynes handicapées que j'ai. En effet, hormis celle dont il manque une patte médiane, j'en ai également une dont il manque une patte avant. Pas très sympa entre elles les mémères !!! Je vais distribuer les cartes Cotorep lol. Une autre a déjà une ouvrière, celle qui est entière, donc elle a eu droit à une petite larme de miellat artificiel sur un papier d'aluminium. J'ai des pontes aussi...à suivre...

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 06:09
Lasius niger: les plus crados avec Messor. Je leur ai un peu montré comment s'y prendre aussi et je m'en mords les doigts. En effet, j'ai eu la mauvaise idée de leur mettre du sable très fin (un p'tit souvenir clandestin de République Dominicaine) histoire de voir ce qu'elles allaient faire avec. Au début c'est certes très sympa mais cela devient, avec la croissance de la colonie, très emmerdant. Elles n'ont de cesse de mettre du sable dans l'ADF avec des débris alimentaires. Et qui c'est-il qui, au coton tige humide (j'ai l'impression de manipuler une serpillère miniature dans une maison de poupée...cela énerve un peu) qui nettoit hein ? Ben c'est bibi, du moins moi !!! Encore, aujourd'hui j'ai eu de la chance, elles étaient bien sages. Mais quand vous voulez passer votre coup de serpillère et qu'une horde d'ouvrières pas contentes viennent manifester dans l'ADF (bande de gauchistes va !), ce n'est pas "coton" comme aventure. Car il y en a toujours une qui vient s'agripper au coton tige, le mord et n'en démord pas. Généralement, je bats en retraite et attend des jours plus cléments pour ce genre d'opération. Aujourd'hui, nickel chrome, elles ont attendu la fin du ménaCHe pour parcourir leur ADC en long et large: toutes les pistes odorantes ont été effacées, niark niark niark, et ça, elles n'aiment pas.
Messor barbarus: elles aussi, dans le genre salisseuses, elles tiennent le haut du pavé ! Pour tout dire, je n'ai jamais pu nettoyer complétement leur ADF. L'idéal serait qu'elles soient toutes dans le nid, que je ferme son entrée avec un coton et que j'y aille carrément à l'aspirateur (le vrai !!) et à l'éponge. L'anti-évasion est à refaire (heureusement qu'elles sont très mauvaises à l'escalade et chutent facilement) et j'ai des traces blanchâtres (déjections) un peu de partout. J'ai bien tenté d'ouspiller une ouvrière récalcitrante pour qu'elle retourne au nid et me permette une opération ADC propre; très mauvaise idée. Elle a chopé un poil du pinceau ouspilleur et pour l'en décrocher, makache la balayette :-( Et comme de bien entendu, une troupée de soeurs secoureuses est viendues ! GGGGGGRRRRRR ou plus communément: @!#$!!*¤%...Dois-je ranger le nettoyage de leur ADF dans les bonnes résolutions 2009 ? Si quelqu'un a une piste ou une idée, WELCOME !
FIN

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 13:57
Il en va de certain bons plats qui sont des valeurs sures comme de certaines entrées, il n'y a pas forcément grand chose à en attendre mais au moins, on est pas déçu. Je commence donc avec Tetramorium caespitum.
http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/tetra010.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/tetra011.jpg
C'est un peu étrange, le couvain est important, je vois (entrevois serait plus exacte au regard de leur petite taille) des imago reconnaissables à leur couleur clair mais je n'ai pas l'impression que la colonie compte plus d'individus et pourtant je n'ai pas de morts...je me demande si je n'aurais pas des ouvrières qui iraient fourrager hors du nid et qui ainsi disparaitraient. Il va y avoir de l'enquête dans l'air...en tous les cas, le brownie est tout à fait à leur goûts et les larves s'en régalent (moi aussi d'ailleurs). Maintenant que j'y pense, je n'ai jamais vu de mes yeux vu la moindre nymphe...y a un truc de bizarroïde...
Lasius niger: comme qu'elles me font grandement plaisir, j'ai l'impression de retrouver les débuts de ma colonie de Lasius emarginatus quand cela explosait dans tous les sens. J'ai vraiment pris du plaisir à voir des imago être sortis de cocon. Oui, j'avoue, j'ai un faible pour ces jeunes fourmis à peine colorées et très maladroites. Elles me font craquer !!! En faisant un peu de macro (rage against the machine sometimes), j'ai pu constater qu'elles étaient très poilues, de vraies petites portugaises (pardon !! mea culpa, mea maxima culpa) alors qu'elles sont allemandes de souche (Antstore.de si j'ai bonne mémoire) mais il est vrai que les fifilles de ce pays nordique ne sont pas très portées sur le rasage ou l'épilation (c'est un brin/cheveux dégueux mais chacun ses goûts). Je vous tire (hum) une salve de portraits:
http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl10.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl11.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl14.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl12.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl16.jpg
http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl13.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl17.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl18.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/nigerl15.jpg
Messor barbarus: autant dire qu'elles font un peu leur vie toutes seules comme des grandes ! J'ai vidé le dépotoir et trouvé par la même occasion 8 cadavres, j'ai rajouté des graines, surtout celles de gazon dont elles raffolent, sinon c'est le degré 0 de l'occupation, il n'y a rien à faire. Il y a des oeufs, un bon couvain, les ouvrières font du "pain" avec les graines et les gastres sont bien distendus ("j'ai bien mangé, j'ai bien bu, j'ai la peau du ventre bien tendu, merci petit jésus"). Une petite séance photos tout de même; il a bien fallu qu'elles apportent leur tribu à mes bonnes grâces de proprio généreux mais voyeur .
http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/messor20.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/messor17.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/messor19.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/messor18.jpg http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/72/52/th/messor16.jpg

Partager cet article

Repost0