Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 09:59
Camponotus maculatus: j'ai encore trouvé 2 mâles dans l'ADF de ma colonie ! Cela doit faire quatre au total si je ne m'abuse et si je sais compter. Grey va en hériter en plus de ceux dans l'alcool. Ils n'arriveront pas vivants mais je ne vois pas pourquoi je leur réserverai un meilleur sort que celui que leur destine une colonie constituée à 100% de femelles. Triste destinée, n'est-il pas ? La bourse ou la mort ! Et comme je n'ai pas de princesse... je ne sais pas trop comment se passe l'accouplement chez Camponotus (comme Formica ?) mais les crochets présents à l'arrière du gastre laisse supposer une étreinte fatale: genre il se retire et ses "petites affaires" restent dans les organes génitaux de madame; certes c'est barbare mais en même temps, pas meilleur moyen de s'assurer que personne d'autre viendra visiter l'amante de toute une courte vie (comme c'est bien dit). J'imagine bien: "chérie, tu me gardes mon truc, je reviens plus tard !". Là il s'agit d'une "ceinture de chasteté" entièrement dans la droite ligne du Grenelle de l'environnement; biodégradable à 100%. En tout cas, pour en avoir déjà eu (pas de raison qu'elles ne remettent pas le couvert cette année) je serais bien en "mâle" de faire la différence entre un mâle Camponotus et un mâle Formica.
Tant que j'y suis et que je cause de mes sacro-saintes maculatus: tout nourrissage se traduit par une forte émission d'acide formique, il suffit de se pencher au-dessus de l'aquarium qui leur sert de nid/ADF pour s'en prendre plein les narines; franchement cela arrache !!!
maleCmaculatus123.jpg maleCmaculatus124.jpg maleCmaculatus125.jpg
Et juste pour le decorum et histoire de meubler et rentabiliser mon investissement, une version loupe numérique et comme je suis généreux, une petite photo en prime de mes Plagiolepis pygmaea, cela ne mange pas de pain et parce qu'elles sont belles et le valent bien (surtout parce que la photo traine depuis une semaine dans mon dossier).
Plagiolepsisaaa1.jpg

Partager cet article

Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 10:30
Camponotus nicobarensis: un billet entièrement pour elles, c'est-il pas la classe ? La colonie est maintenant dans un nid tout propre; ce que j'aime ces anciens nids plats avec une vitre en verre amovible. Ils facilitent grandement l'observation, aident à faire de la photographie avec un vieil appareil comme le mien, pallient à deux mains gauches et une vue de merde (astigmate, hypermétrope et un peu myope aussi), sont faciles à démonter et à nettoyer !! Je sais, c'est un truc de vieux "avant c'était toujours mieux", mais là, c'est la vérité vraie. Bref, la colonie a 300 ouvrières et il me semble avoir des larves de sexués (vraissemblablement des mâles - cela commence toujours ainsi). Vous allez me dire, mais comment fait-il pour sexuer des larves. Hormis la taille qui différe des larves d'ouvrières (quoi qu'avec une caste de major, le distingo ne soit pas évident), ces larves ont des bords ourlés ou un côté plat, elles ont également une légère coloration brune. Peut-être que je me trompe (je ne suis pas à l'abri de me gourrer) mais, l'habitude aidant, cela m'étonnerait. Ce qui m'amène à en déduire deux caractéristiques sur cette espèce:
  • elles sont "nomades": le déménagement à générer une ponte de la gyne
  • les colonies ne doivent guère dépasser les 500 individus donc des discrètes (la maturité est proche)
Elles recommencent à me faire un dépotoir interne au nid (oui, fait chiiiiiiiiiiiiiiiiier) visible sur la photo n°4, première ligne. En lavant l'ancien nid tout "cacateux", je me suis rendu compte qu'il n'était pas si sale que ça. Certes il y a une couche de débris en tout genre (principalement des restes d'insectes mais aussi des fibres de coton synthètique) mais pas la moindre trace de pourriture ou de moisissure. Cela ferait presque une sorte de duvet (j'exagère un peu tout de même - BEURK est un avis tout humain).
Deux vidéos (je sais, ce n'est pas terrible). Sur celle avec la loupe numérique, il me semble que les choupette consomment une larve. Ce sont des Camponotus, le cannibalisme est commum chez le genre, elles n'y sont même pas poussées par la faim, vous pouvez constater par vous-même  le remplissage des gastres. J'en conviens, c'est dégueux mais ainsi. Sur la deuxième (avec appareil photo numérique classique), vous avez une vue d'ensemble.
Finalement, je n'ai pas tant galérer que cela pour déménager les 15 ouvrières qui restaient dans l'ancien nid. le plus difficile est de leur faire attraper le pinceau (moins elles sont nombreuses, moins elles sont agressives et plus elles sont fuyardes), une fois à cheval sur le pinceau, il suffit de les mettre à proximité de la nouvelle ADF et les odeurs aidant, elles vont de suite trouver refuge auprès de la colonie. Cela a été une vraie mélodie; manipuler le nouveau nid (du moins son ADF) à générer un tamporinage de gastres, facilement audible à l'oreille humaine, de beaucoup d'ouvrières. Il faut dire aussi qu'une aire de fourragement semi-fermée et en plexi a servi de caisse de résonnance.
Leur technique de chasse est un peu particulière. Après tout, elles sont quand même nombreuses et même de craintives Camponotus n'y font pas par 4 chemins lorsqu'il s'agit de s'approprier une mouche bien vivante qui gambade à proximité du nid. Elles commencent par fatiguer la proie, la cantonant à un espace relativement restreint, puis une fois bien affolée et fatiguée, la mouche est attrapée. Vous allez me dire (objection votre honneur - tant d'égards me flattent m'sieurs 'dames) que mes observations ne sont pas vraiment valables puisqu'il s'agit d'un milieu artificiel, que l'ADF est relativement petite. Certes, ce n'est pas faux, sauf que j'ai d'autres colonies, d'autres Camponotus dans le même cas de figure et que cela ne se passe pas du tout ainsi. Mes maculatus par exemple ne font pas dans la fioriture par exemple, elles foncent (6 000 têtes, pourquoi s'enquiquiner ?).
Quelques photos histoire de compléter ce billet spécial Camponotus nicobarensis !!!!
camponotusnicobarensis123a.jpg camponotusnicobarensis123c camponotusnicobarensis123f.jpg camponotusnicobarensis123d
camponotusnicobarensis123e camponotusnicobarensis123b.jpg camponotusnicobarensis123g.jpg That's all folks !
Si vous avez des questions ou de simples remarques, la page des commentaires vous est bien entendu ouverte !

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 15:54
Il n'y en a que pour les Camponotus ;o° En même temps, au regard du peu que j'ai à raconter, cela le fait bien !
Camponotus cruentatus: la petite fondation va bien, des physogastries en veux-tu en voilà ! Ce qui m'inquiète un peu c'est que les deux grosses larves qui ont hiverné avec la colonie se font une nymphose nue (pas de cocon). Sur certains genres, Lasius ou Formica, ce n'est pas vraiment un souci, mais je ne connais pas l'issue chez Camponotus. Je ne le sens pas trop; quand les ouvrières déplient les pattes d'une nymphe, c'est rarement bon signe. Une chose de certaine, le nid est trop humide pour cette espèce méditerranéenne. Au regard de la belle grappe d'oeufs que m'a pondue la gyne, ce n'est pas gravissime si ces deux nymphes finissent dans l'estomac des ouvrières mais quand même...
CruentatusCAMPO001.jpg CruentatusCAMPO002.jpg
Cataglyphis velox: il semblerait que ces dames veulent sortir de diapause ! Vous me direz qu'elles ne parlent pas (oui oui, je confirme, c'est à sens unique, c'est moi qui leur cause) mais elles ont aussi un langage du corps. Il y a comme de l'impatience dans leur comportement. Elles sont plus enclin à aller dans l'ADF, elles m'ont ramené une mouche au sein du nid alors qu'auparavant elles les snobaient...bref, comme une certaine impatience ! Elles pourraient faire la danse du soleil et un appel à la chaleur qu'elles le feraient. Pas de bol pour elles, mon ampoule de lampe de bureau, que j'utilise pour les chauffer, a grillé. Dès que j'aurais remédié à ce souci technique, ce sera retour à la chaleur donc l'activité. Cela tombe bien, le nid commence à être un peu trop humide à mon goût; j'ai parfois la main lourde sur la pipette d'eau.
Camponotus maculatus: j'ai fait quelques tentatives de photos mais c'est tellement misérable que je ne les mettrais pas. Plusieurs choses:
  • elles m'ont fait un beau dépotoir externe (vers de farine vides et carcasses de mouches)
  • elles ont aussi un dépotoir interne (enveloppe de cocons)
J'ai encore des évasions ! Il n'y a pas à tortiller du c*l pour chi*r droit, le plus efficace reste et demeure un plafond huilé, sans cela, j'ai bien peur d'être de la récupération d'ouvrières ad vitam aeternam; elles sont vraiment amusantes avec leurs sauts de puce pour partir de mes mains salvatrices qui les remettent en nid. N'empêche, elles ont vraiment un sens aiguisé, elles finissent toujours pas atteindre la salle de bain à la recherche d'eau. Leurs antennes sont des bâtons de sourcier infaillibles. En même temps, pour un espèce qui vit en milieu aride (pour les miennes j'entends), on ne saurait en attendre moins ! Elles font de belles pyramides de cocons; mélange d'ouvrières et de cocons. Je présume que ces pêle-mêles ont plusieurs fonctions:
  • assurer la défense du bien le plus précieux: les générations futures
  • être prêtes en cas de demande de sortie: les imago ne savent pas se libérer seuls
  • gain de place, les chambres du nid étant haute
  • conservation de la chaleur
Bref, si leur nouveau nid leur convient, cette ADF/aquariOum n'est pas vraiment adapté...il faudrait une ADF plus grande et surtout fermée, un autre aquarium. Si l'idée ne me dérange pas (après tout, j'ai une colonie de Formica à caser pour ce printemps), je ne vois vraiment pas où je pourrais caser un autre aquarium...je vire mes guppies et récupère mon 400 litres pour une future colonie de 10 000 fourmis ?
Wait 'n' see !

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 10:34
Camponotus maculatus: à tout seigneur, tout honneur, je commence donc par les stars incontestées de ce blog (des protestations ?!). L'abeuvoir à eau étant désormais gigantesque (rayon animalerie de n'importe quel hypermarché - grand modèle, dans les 50 cl) j'ai choisi le petit (celui acheté sur le site polonais) pour leur offrir du sucre "pur"; au choix, j'y mets soit du sirop d'érable soit du sirop de violette auquel j'additionne quelques gouttes d'eau pour faciliter son ingestion par mes choupettes. Je leur donne toujours du pseudo-miellat maison, cela fait aussi parti de mon plaisir de le confectionner. Disons que maintenant elles ont le choix, McDo ou restaurant; bouffe rapide ou gastronomie. Il n'y a pas vraiment de préférence, elles vont aux deux sans distinction. L'avantage du sirop dans l'abreuvoir est que le liquide ne sèche pas. Je pourrais presque (ne rêvez pas, je ne vais pas me casser la tête avec ça) tenir des stats sur la consommation de sucre par une colonie de Camponotus de 5 000 âmes ! Cela ne doit pas être si conséquent que cela.
A tout malheur, bonheur est bon (ouep, c'est la série des proverbes de roman de gare), j'ai eu une méga évasion que j'estime à 80 ouvrières (des minor, les major sont handicapés par leur poids et grimpent très difficilement les parois de l'aquariOum). Bien entendu:
  • c'est la galère de récupérer une par une des ouvrières par vraiement coopératives; la faire grimper sur la main, faire en sorte qu'elle y reste (elles sautent très bien comme dit dans un précédent billet: appuyée sur les pattes arrières, une ouvrière peut faire un bond de 5 cm) et la faire ensuite tomber dans l'ADF du nid; bonjour l'angoisse et c'est long (2 fois 1 heure sur 2 jours pour tout dire)
  • une fois les deux/trois premières attrappées selon ce super procédé, les autres sont plus faciles à choper; elles suivent ensuite les pistes chimiques tracées sur les mains...
Ceci dit, d'un point de vue de l'observation, c'est assez sympa. Deux attitudes distinctes:
  • les pattes dépliées à la verticale au maximum (corps à 0,50 cm du sol) gastre dressé en l'air (presque autant qu'un Crematogaster pour vous faire visualiser), l'ouvrière dessine une serie de mouvements répétitifs: avancées rapides en ligne droite puis arrêt et interrogation de l'air à l'aide des antennes
  • corps au sol, antennes au sol, avancée en zig-zag: je cherche mon chemin et une piste chimique à suivre
Grosso merdo, elles sont allé fourrager dans mon salon. Les ouvrières étaient par groupe de 4 ou 5. Elles sont allées jusque dans ma salle de bain et s'y sont désaltérée (tranquillos les filles, vous voulez la place ??).; un gastre translucide gorgée d'eau laisse peu de place au doute. D'ailleurs, j'ai retrouvé des mortes, surement de déshydratation. J'en conviens, des Camponotes dans la chambre, c'est moyen ! J'ai pris des mesures coercitives en batigeonnant de beurre les bords de leur ADF (l'huile coule et séche trop vite avec la chaleur du chauffage) et pour l'instant, c'est efficace. Aussi étrange que cela puisse paraitre, j'ai l'impression qu'elles enregistrent les limites de leur territoire et ne cherchent même plus à faire des conquêtes extra-muros.
Pour ce qui est de sa sérénissime majesté la gyne, elle s'est vraiment lâchée quelque chose de mignon. Nouveau nid plus grand = pontes. Franchement, cela fait quelques temps que je les élève, j'ai l'habitude des pontes de cette dame et à chaque fois je reste le c*l; cette fois elle a pondu en volume l'équivalent de 3 à 4 fois son gastre. Cela promet une nombreuse descendance. J'espère tout de même que rendues à 10 000 têtes, elles se calmeront. D'un autre côté, une ouvrière Camponotus vivant entre 2 et 3 ans, viendra le temps du renouvellement des effectifs !!!!! En attendant, je ne cracherais pas sur quelques princesses...après un petit mâle, ce serait sympa, non ?
The end

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 14:57
CAMmaculatus321.jpgCamponotus maculatus: j'ai continuer la finalisation du nid en rajoutant le couvercle que finalement j'ai troué (ciao la fermeture totale avec une grille d'aération - c'était bien la peine que je me casse la tête) et auquel j'ai rajouté une rampe d'accès (2 baguettes chinoises en bambou scotchées). La raison en est simple; il m'est beaucoup plus facile de les nourrir et de les abreuver (eau ET miellat) en déposant tout sur le couvercle du nid !!! Je tiens à avoir 7 salles. Il y a de moins en moins d'ouvrières sur le sol de l'ADF mais c'est long; l'organisation et la prise de marques de la colonie se fait vraiment doucement. Il n'y a pas encore vraiment de route entre la salle du sommet du nid et le sol de l'ADF !!! Il suffit de regarder la taille des gastres pour s'en convaincre. Je pensais vraiment que ce serait plus rapide mais elles prennent leur temps, tellement que je soupçonne des ouvrières d'être mortes de soif tout simplement !!! J'ai une dizaines de mortes au sol de l'aire de fourragement. Il reste encore à déplacer le nid et à revoir le système anti-évasion...bref, tout n'est pas finalisé !!!! Je n'avais jamais été confronté à cela mais les ouvrières (surtout celles qu'il m'arrive encore de récupérer dans mon salon - 1 à 2 par jour) sautent très bien en utilisant la détention de leurs pattes arrières. Je connaissais la technique de la fuite qui consiste à se laisser tomber (les Formica utilisent beaucoup) mais les sauts !!!!!!! Dire que j'adore mes maculatus serait un euphémisme.
nicobarensis12345.jpgCamponotus nicobarensis: comme mes maculatus en leur temps et aussi surprenant que cela puisse paraitre, le couvain (principalement des cocons) et une partie des ouvrières crèchent dans l'ADF, même avec un abreuvoir à eau sec !!! L'hygrométrie de mon appartement (chauffage au sol oblige) est pourtant basse: 20% et je ne remplis plus la réserve d'eau depuis un moment déjà. Ces exotiques m'étonneront toujours...et je m'interroge toujours sur l'interaction entre hygrométrie/température. Ce qui explique qu'il est parfois compliqué de les élever et de trouver les bonnes conditions. Même si faire des tests, y aller au feeling est une aventure passionnante, elle n'est pas dénuée de risques. Le moindre gros faux pas et c'est l'ensemble de la colonie qui va aux cieux. Dois-je envisager pour plus tard un nid sec comme pour mes maculatus ?? A ce rythme là, dans 6 à 8 mois il faudra que j'envisage un déménagement dans un nid plus grand...
oeufsCRUENTATUS.jpgCamponotus cruentatus: comme je vous l'avais dit, la gyne a pondu et le moins que l'on puisse dire, est qu'elle n'a pas chaumé (la crise, connait pas m'dame): pas moins de 11 oeufs ! J'aime quand les gynes sont ambitieuses :o) J'espère ne pas être étranger à ce comportement avec mes importantes rations de miellat et mes proies (mouches et vers de farine).


That's all folks !

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 21:47
Camponotus maculatus: arrivé ce qui devait arriver, le mâle s'est fait tué manu militari ! Une ouvrières le transportait, ses mandibules plantées dans le gastre (j'ai vraiment eu du bol de pouvoir le récupérer; eles n'ont pas encore de dépotoir et les déchets sont font le tour de l'ADF pour l'instant) ! Il ne fait pas être bon être un mâle au milieu de ces dames. J'espère que c'est un coup d'essai (les prémices seraient plus exacte) de la colonie en vue de futures réjouissances. Les mâles ne sont tout de même pas ce qu'il y a de plus spectaculaire.
Messor barbarus: elles font leur petite vie. Elles ont emménagé dans la dernière salle du nid (c'était prévisible, c'est la moins accessible, la plus éloignée de la sortie et surtout la moins éclairée) mais n'ont pas oublié le grenier; il y a maintenant 3 tas de graines:
  • celui que j'ai confectionné pour elles
  • un tas  dans la salle où elles logent toutes
  • un tas à égale distance entre les deux cités précédemment
Les fourmis ont aussi ceci de fascinant qu'elles oscillent toujours entre ordre et méthode et bordélisme !! On se demande souvent (raisonnement à l'appui) ce qui relève de l'acquis et de l'inée, du volontaire et du hasard.
Et parce qu'un billet sans photo ne serait pas un billet vraiment intéressant, surtout quand il n'y a rien de particulier à raconter, place aux images:
Cmac001.jpg Cmac002.jpg Cmac003.jpg

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:37
Camponotus maculatus: Juste pour le fun car la vidéo en elle-même n'était pas extra mais passée à la moulinette d'un Dailymotion, on n'y voit que de chie !! Mais comme cela m'amuse énormément et qu'après tout, tel est mon bon plaisir, je vous la mets quand même !! Cette vidéo a été prise pendant le déménagement; on y voit le dernier étage  (en fait le fond) de l'ancien nid posé sur le nouveau.


Sinon elles continuent leur petite installation, je n'ai quasiment plus d'évasion !! Il me tarde qu'elles soient quasiment toutes dans le nid que je puisse finir; je pense qu'elles en ont pour une semaine. L'appétit est conséquent, le déménagement a dû bien puisser dans leurs réserves. J'ai changé un peu (dépannage) avec de l'eau + sirop à la violette histoire qu'elles s'hydratent bien. Certes elles aiment, c'est plus rapidement absorbable que le pseudo-miellat mais c'est tout de même un peu de la mal-bouffe ou, pléonasme, du fast-food alimentaire ! Je vais peut-être changer mon fusil d'épaule (il n'y a que les c*ns qui ne changent pas d'avis); en effet, il est beaucoup plus facile de disposer la nourriture sur le sommet du nouveau nid qu'au sein de l'aquariOum en lui-même et je vais opter pour cette solution. Il faut donc que je modifie le sommet de mon nouveau nid plexi avec une entrée-sortie (cela fera 2 avec celle du bas).
-----------------------------------------------
Messor barbarus: je viens de nettoyer à l'eau savoneuse (produit à vaisselle dit vert ou biodégradable) l'ancien nid de mes maculatus; il est spacieux, pratique et a fait ses preuves, elles vont donc en hérité. Je l'aurais bien rentabilisé celui-là; les chocolats étaient bon et le nid sert sans fin. Je me tâte toujours pour l'adoption d'un système d'humidification. .. fera pas, fera pas... Autre petit souci, j'ai une colonie de Temnothorax dans la mousse oasis de la réserve d'eau de leur ancien nid et elles ne semblent pas vouloir déménager les s*lopes !! Il y a pourtant depuis des semaines un tube à essai avec réserve d'eau à proximité. Fais-je avoir droit à 2 déménagements (en fait, cela fera le troisième) coup sur coup, le 2 en 1 chers aux catalogues d'hypermarchés. Wait 'n' see.

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 10:17
Campontus cruentatus: vous ne pensiez pas que j'allais tout de go vous parler de mes maculatus ? Non mais !!! Comme prévu (j'adore quand elles suivent le programme tout écrit), la gyne a pondu !!! C'est-il pas qu'elles sont adorables de chez gentilles ? Des amours de fourmis. Ce nouveau couvain, comme l'ancien d'ailleurs, étant l'objet de toutes les attentions, et malgré l'assistance d'une grosse loupe, je serais bien en mal de le dénombrer. Au regard de la physogastrie assez démentielle de madame sa majesté sérénissime, je présume que ce n'est qu'un début. Mes cruentatus suivront-elles le même chemin que mes maculatus...j'en ai bien peur...(pas de photos, je les laisse tranquillos). Quand je pense qu'elles se sont pris des degrés en dessous de zéro pendant leur diapause sur mon balcon alors que c'est une espèce méditerranéenne, j'ai presque honte. En tous les cas, elles ne sont pas rancunières pour deux sous, tant mieux.
------------------------------------------------------------
Camponotus maculatus: vi vi, cela arrive !!! L'installation est un peu laborieuse. J'ai de moins en moins d'ouvrières dans la super ADF et donc de plus en plus dans le nid mais pas encore assez ou trop (un chiasme stylistique au passage) à mon goût. Je ne sais pas pourquoi, elles s'acharnent sur deux angles de l'aquariOum et veulent créer deux zones de passage. Résultat des courses, hier soir j'ai récupéré une dizaines d'évadées qui se promenaient tranquillement dans mon salon ("elles se croient où ?? On se calme les choupettes et on va rester bien sages comme il dit tonton Thierry" - je me cause plus que je ne leur parle, il va s'en dire). Elles n'ont pas visité l'ADF de mes Crematogaster; elles en auraient été pour leur frais, le tuyau qui mène au nid ne leur est pas accessible, question de taille. Certes Messor...cela aurait fait du grabuge !!! Mes autres ADF sont fermées (nicobarensis et cruentatus). Je pense qu'elles prennent petit à petit possession des lieux et testent les limitesdu territoire. Autre élément, pas à ma gloire, j'ai fait une connerie de mettre du sable puis le nid dessus. Certaines ouvrières (des blondasses, j'en suis sûr) creusent sous le nid, donc sont sous le nid et dans le sable.
Deux effets secondaires ou indésirables:
  • le nid penche désormais
  • quand il n'y aura plus assez de sable (la couche est fine) il va y avoir de l'écrassage dans le sol !!! Plantation de fourmis sans levée en perspective
  • le sable est très usité aussi pour passer à travers l'huile de paraffine (kilécon est mon deuxième prénom parfois)
Pour l'instant, je ne peux pas faire grand chose, surtout pas déplacer le nid !!! Enfin (soupir), quand elles voudront elles finiront de prendre place et je finirai mon installation.
Les sexués...donc j'avais bien remarqué que j'avais des cocons un peu petits; après la course au gigantisme des major, pourquoi pas. Et donc dans tout ce fracas du déménagement, j'ai vu un mâle, un  seul, et qui n'avait pas fini sa coloration, cela se fait trimballer comme un vulgaire fétu de paille, il faut voir ça. D'après l'expérience que j'ai avec mes Temnothorax (seule aventure sexués réelle), une colonie commence par faire seulement des mâles, puis ensuite se lance dans l'aventure complète mâles et femelles. Sauf que les Temnothorax ne sont pas des Camponotus...A voir si elles me font les deux et si ensuite il y a possibilité de faire quelque chose avec. En tous les cas, elles avaient grandement soif après cette aventure: l'abreuvoir à oiseau (taille XXL) a eu un grand succès et elles ne sont pas prêt es de le lâcher m'est avis, ce qui ne m'arrange pas vraiment entre nous soit dit car il manque toujours le sommet du nid ! Zen, on verra bien...
Aller place aux photos où vous allez pouvoir chercher avec vos petits yeux curieux la faible créature qu'est un mâle Camponotus maculatus (attention, il y a un piège ;oP ).
001maculatus.JPG
002maculatus.JPG
003maculatus
 005maculatus.JPG  004maculatus.JPG
That's all folks ! 

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 09:45
Pourtant je vous assure que je suis patient, mais là, j'ai craqué, je n'y tenais plus !!! D'ailleurs, je vous la fais à rebours.
Donc l'ancien nid vide:
Nidancien01.jpg Nidancien02.jpg Nidancien03.jpg Nidancien04.jpg
Vous le constaterez par vous-même, il est assez sale, il va falloir que je fasse fée du logis si je veux que mes Messor y soient bien. En première photo, l'espèce de concrétion qu'elles ont fabriqué avec des déchets. L'odeur n'est pas très sympa (surtout parce que cela sent l'acide formique), il n'y a ni moisissure, ni développement bactérien apparant. On dirait presque une sorte de compost. C'est cet espèce de gros tas qui me faisait dire qu'elles avaient créé leur propre "réserve d'eau" ou du moins leur système d'humidification pour le nid.
-------------------------------------------------------------
Aller le déménagement en soi ! Après l'application d'un ruban adhésif sur tout le tour de l'aquariOum (au final, cela limite à peine les coulures), j'ai appliqué de l'huile de paraffine. Ce n'est pas une assurance tout risque: en temps normal (fourragement classique, elles ne passent pas), en cas d'affolement général (c'est le cas pour un déménagement) elles ont tendance à passer à travers et là, 2 fois sur 3, l'ouvrière aventureuse tombe. Autre inconvénient de l'huile, ce n'est pas forcément le summum de l'esthétisme. Pour rassurer la colonie, que des éclaireuses connaissent un peu les lieux (je me fais des films à mon avis car j'ai bien peur que cela ne serve à rien) et m'assurer que l'huile était efficace (je n'avais pas envie de voir 5 000 Camponotus gambader dans mon appartement, même si je les adore), j'ai déposé une cinquantaine d'ouvrières dans l'aquarium. Au final, j'ai posé l'ancien nid dessus le nouveau en ouvrant plusieurs étages; le but était de créer ainsi un inconfort et de les pousser à chercher un nouveau nid; cela tombe bien, il y en avait un nouveau tout neuf et tout propre juste en dessous. Comme ce n'était pas vraiment très rapide et qu'elles n'étaient pas si stressées que cela (je vous assure qu'il y a de la zenitude chez Camponotus - à moins que cela ne soit de l'ordre et de la méthode, allez savoir), j'ai accéléré les choses. Je me suis inspiré de la récolte du miel par les apiculteurs. J'ai enlevé étage après étage de l'ancien nid, non sans, entre chaque enlèvement, avoir également enlevé toutes les ouvrières qui se trouvait dessus et n'avaient pas l'intention de bouger. C'est très long et fasditieux à faire, un travail d'une heure et demi, un travail de fourmi !!!!
Au final, il restait à 3 heures du matin le fond de l'ancien nid sur le nouveau rempli de tout le couvain (1 bon centimètre de cocons, larves) !!!!!!! En photo, ce sera peut-être plus parlant:
nouvonid01.jpg nouvonid02.jpg nouvonid03.jpg
Il va s'en dire que j'ai laissé les danseuses faire, autrement dit transvaser tout le couvain dans le nouveau nid (travail de nuit, heures majorées !!); avant tout par ce que c'est fragile et que le nombre d'ouvrières entourant/défendant le couvain était conséquent. La colonie doit encore finir de s'installer et il me reste le couvercle du nouveau nid à déposer ! Et puis il faut bien en laisser un peu pour un autre billet...car au milieu de tout ce couvain et de l'affolement, j'ai vu et photographié une surprise !!!!!!!! Je vous la fais en devinette ?? C'est petit ailé et moche !!!
Il y aura donc une troisième partie à cette épopée déménagement !! ;oP

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 11:49
Et bien voilà le post tant attendu par certains !!! Je commence par quoi ?? D'abord comme un dessin vaut mieux qu'un grand discours et que je suis une buse avec un stylo, quelques photos en préambule (si l'interface d'Overblog en la matière ne fait pas trop chi*r) ; c'est juste pour avoir la salive au bord de la lèvre...
nidMaculatus01.jpg nidMaculatus03.jpg nidMaculatus04.jpg nidMaculatus06.jpg
Photo n°1 Photo n°2 Photo n°3 Photo n°4
Photo n°1 : vous avez désormais l'habitude de mes self-made nids (sans sytème d'humidification) fait avec des boites de rochers Ferr*ro, en l'occurrence, ce sont des boites de MonCh*ri, mais ce sont les mêmes, avec les mêmes dimensions; 24 X 18 cm. Je ne vous refais donc pas la chanson et vous invite à consulter le tuto que j'avais fait en son temps sur le forum Myrmécofourmis: Tuto boites plexi; hormis de l'huile de coude, un cutter chauffé, un peu de scotch et de la colle Acrifix, c'est rapide et facile à faire, même si je déteste le bricolage. Il y en a que cela exalte ou qui sont contents d'eux une fois le travail fini (les veinards). Perso, cela me fait tout simplement chi*r LOL et je dois vraiment me faire violence, si je n'aimais pas autant mes maculatus...
Photo n°2 et n°3 : voici la bestiole, à savoir l'aquariOum, un cube de 32 X 32 cm. J'aurais pu prendre plus simple et moins cher (Botan*c n'est pas réputé pour ses prix discount, et c'est le moins qu'on le puisse dire quand on parcourt les rayons) mais je voulais quelque chose d'esthétique. L'occasion de parler de coût:
  • un aquarium à 70€ (69€90 exactement)
  • 7 boites de Ferr*ro soldées à 50%, soit 7 X 4€ = 28€
  • un sac de sable pour aquarium basique: 2€ de mémoire
Au final, mon super nid avec ADF aquarium me revient à 100€, pile poil dans le budget que je m'étais fixé. Si on rajoute que j'ai un néon avec support et une pompe à eau dont je ne sais que faire et que je pourrais revendre sur Eb*y, le prix est raisonnable.
Photo n°4: le nid installé pour la photo ! Ce sont exactement les mêmes boites que l'ancien nid de mes Camponotus maculatus mais il y en a plus, le HLM passera donc de 4 étages à un 7 étages, quasiment le double. Si elles font jouer leur mémoire visuelle, elles ne devraient pas se sentir mal à l'aise dans ce nouveau nid. L'espace pour l'ADF aussi est plus conséquent en ne comptant que les surfaces horizontales. Pour tout dire, il me reste le système anti-évasion à finaliser: je ne veux pas du téflon et je ne veux pas non plus de coulure d'huile de paraffine, je réfléchis donc à un ruban adhésif faisant le tour de l'aquarium...à voir donc...
nidMaculatus07 Voici l'aération supérieure que j'ai conçue pour le nid. Comme l'entrée se situe en bas du nouveau nid, j'ai pensé qu'une accumulation de baz carbonique (pas souhaitable) pourrait se produire dans le eau du nid (peut-être ai-je tord...aller savoir...). Il ne faut pas oublier que dans la nature, les nids naturels ne sont jamais étanches, alors que les nids artificiels que nous concevons, faits de plexi, peuvent rapidement l'être !!! J'ai confectionné cette aération avec un petit bout de grillage fin et du silicone de base. inconvénient de ce silicone, il est très long à sécher complétement et non sec, il peut dégager des substances chimiques non souhaitées. Il faut donc être assez patient !!!
En dernier lieu, je rajouterai que si j'ai collé les boites entre elles, elles-mêmes s'ouvrent toujours. Il va donc m'être possible de nettoyer et récupérer l'ancien nid de mes Camponotus maculatus pour en faire profiter une autre de mes colonies, surement mes Messor barbarus.
Il me restera à effectuer le déménagement...j'en bande pas d'avance, je vous le dis :-(
A suivre...

Partager cet article

Repost0