Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 00:01

Camponotus nicobarensis: elles ont enfin colonisé le deuxième module, pour la maturation des cocons surtout. Sinon aucun changement, elles restent des camponotes faciles comme tout, si l'on prend soin de fermer l'ADF (pas moyen sans). Je leur donne 4 ou 5 vers de farine par jour, je change une fois par mois la coupelle de gelée nutritive, toutes les deux semaines je mélange du miellat avec de l'eau dans un bouchon de bouteille. Hormis leurs belles robes dans le brun rougeâtre, elles n'ont rien de passionnant, limite chiantes ! En deuxième photo, le deuxième étage désormais habité.

nicobarensis000002.jpg nicobarensis000004.jpg

lusatica10000.jpgFormica lusatica: je ne vous apprends rien en vous répétant que le nid ne permet pas les prises de vues. Même en réel avec des vrais yeux (!!!) sur le nid, on ne voit pas grand chose (c'est bête, hein). Une chose parait acquise, ce sont ces grosses larves suralimentées et dont l'estomac n'est absulument pas coloré. Une larve bien nourrie laisse apparaitre à travers la transparence de son corps le contenu de son estomac; ces larves sont d'une blancheur limpide (extérieure ET intérieure). Je ne vais pas faire de plan sur la comète, même si j'avoue avoir un faible pour cet exercice, surtout en ce qui concerne mes colonies (c'est mon p'tit plaisir, imaginer, leur préter des intentions etc) mais il ne me semble pas que les mâles qu'elles m'avaient fait étaient ainsi. De là à songer qu'elles me font une armada de princesses, il n'y a qu'un pas. Je rappelle que la colonie possède deux gynes et une princesse (mini gyne non fécondée). Je pense que cette dernière fait encore partie de la colonie même si je serais bien en mal de le jurer faute de vision claire sur l'ensemble des membres. Cela fait forcément encore plus congiter et crée un certain suspens... les ouvrières ont-elles de façon délibérée garder une princesse afin d'avoir des oeufs non fécondés à donner en nourriture à des larves afin de concevoir de futures gynes ? Je laisse tout cela à votre imagination. La réponse se fera plus tard au fil de la lecture du blog. Vraiment intéressantes ces Formica...

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 00:01

Acariens: on commence par les sales bestioles. Les acariens de ma colonie de Camponotus cruentatus sont détritivores. Ils se mettent en grappes sur les cadavres d'asticots présents au sein du nid. A piori, rien à voir avec les acariens qui avaient détruits une partie de ma colonie de Myrmica en son temps. S'il n'y a rien à craindre concernant les fourmis, je serais moins rassurant concernant le couvain. Il va donc falloir que je m'en débarasse illico presto. Plus facile à dire qu'à faire malheureusement. Je ne vois pas d'autre solution qu'un asséchement du nid et un déménagement. Je ne sais pas encore comment je vais procéder exactement mais je vais me battre !!!!!!

acariens-asticot001.jpg acariens-asticot002.jpg acariens-asticot003.jpg acariens-asticot004.jpg

Comme vous pouvez le voir, ils sont quelque peu différents des acariens parasites qui s'en étaient pris à feu ma colonie de Myrmica rubra. Pour rappel: http://www.fourmix.net/article-29044228.html

------------------------------------------------------------------------------------

Camponotus cruentatus: on va se concentrer sur des choses plus réjouissantes ! En l'occurence, les nouvelles nées de la colonie. Elles sont vraiment de toute beauté ! Exist les ouvrières noires et welcome les ouvrières bicolores, l'ocre de la gyne faisant enfin son apparition sur ses filles (2 tergites du gastre et thorax). Par contre, au regard de leur jeune âge, elles sont beaucoup plus craintives que leurs soeurs. La tête aussi s'agrandit chez les p'tites nouvelles; on devrait s'acheminer petit à petit vers de jolis media (même si je n'aime pas trop le terme et réfute cette caste chez les Camponotus) voir quelques débuts de major (il me tarde). J'ai toujours ma grosse larve et je vous rajoute même en prime (ma seigneurerie est trop bonne) une trophallaxie (entre ancienne et nouvelle ouvrière); et je maudis la saleté de la vitre qui m'a fait rater ce qui aurait pu être un grand moment photographique (fait chier tiens) !! Surtout qu'elles n'ont pas pris la pause longtemps; ce qui peut se comprendre, imaginez-vous en train de vous roulez un patin et vous prendre soudainement les phares d'une voiture en pleine face. Normalement, cela surprend et déclenche un décollage dans les règles ;o)) mieux que l'eau froide chez les chiens, même si le collage n'est pas de même nature et pas avec la même finalité (ben quoi, c'est animal aussi)...

cruelles2002.jpg cruelles2003.jpg cruelles2001.jpg cruelles2000.jpg

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 00:01

Camponotus cruentatus: enfer et damnation, elles aussi ont des acariens :-( Putain de merde et tous les jurons de la création n'y suffiraient pas. Différence par rapport à nicobarensis, je peux leur rendre l'existence difficile en asséchant le nid avec abreuvoir d'eau dans l'ADF. Plusieurs choses:

  • je peux me consoler en me disant que ces acariens sont de simples détrivores et pas des suceurs de lymphe (il en existe plusieurs sortes après tout)
  • j'ai identifié la source: les asticots que je donne à mes colonies, sauf que toutes sont à ce régime !!!!

Celles qui ont le plus consommé d'asticots contaminés sont mes Camponotus maculatus, mais comme le nid est sec (sans sytème d'humidification), je ne me fais pas de souci. Bref, je vais en revenir au sujet initial à savoir mes cruelles. Pour un petit bilan: il y a 40 ouvrières (dont un imago avec le deuxième tergite du gastre qui devrait avoir ce délicieux ocre - il se cache sous les ouvrières, impossible à prendre en photo entièrement), 24 cocons (dont un de media), 3 larves dont une semble faire une nymphose nue (le nid doit être trop humide) et une petite grappe d'oeufs. Le bilan n'est ni modeste, ni extravagant pour des camponote, normal. Prometteur si ces saloperies de machins à 6 pattes ne viennent pas jouer les troubles fêtes. Vous voulez des visions d'horreur ?

acariens00014.jpg acariens00016.jpg Ccruentatus0001.jpg Ccruentatus0002.jpg

 Une petite séance ciné pour faire oublier les arachnides !!!

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 00:01

Camponotus nicobarensis: à la base, je n'avais pas grand chose à en dire; la colonie se développe bien, elle est populeuse et ne présente pas de difficulté particulière. Pour rapelle, elles utilisent 2 sons particuliers (pas de stridulation a priori, du moins pas que j'entende) en tapant le gastre contre le sol (tapage lui-même amplifié par le nid en plexi, un peu comme la caisse d'un tambour et tout à fait audible):

  • un son d'alerte face à un danger (manipulation du nid), les tapotements sont rapprochés
  • un son de ralliement quand il y a des proies à chasser à proximité, les tambourinages sont plus espacés 

Elles ont aussi la particularité d'avoir un dépotoir interne au nid; sorte de station de recyclage marronasse. Rien n'est amené dans l'ADF; ni déchets alimentaires, ni cadavres d'ouvrières. Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et je décide de faire une séance photos. Cela devait être trop beau pour durer, à la vision des photos, il s'avère qu'elles ont des acariens. La deuxième photo, celle de la trophallaxie accrobatique, est sans appel. On voit clairement une madibule plus que colonisée. Je suis dégouté dans les deux sens du terme: d'abord écoeuré parce que ce n'est pas très appétissant (les parasites n'ont rien de sympathique - rien que d'en parler, cela me gratte de partout), ensuite parce que je ne sais pas ce qu'il va advenir de cette colonie. Son futur est-il hypothéqué ?!

Et moi qui me tâtais pour un déménagement histoire de me débarasser du dépotoir interne...

nicobarensis0001.jpg nicobarensis0002.jpg nicobarensis0003.jpg

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 20:01

J'ai fait preuve d'un sursaut d'imagination pour le titre lol !

Camponotus lateralis: ce ne sont pas les plus ordonnées de mes colonies. Elles ont fait un pêle-mêle avec le couvain où l'on voit surtout les cocons (minor) et les larves qui restent et seront, si tout continue bien, des major. Cela trouble son éleveur tout de même car elles ont scindé le couvain en deux parties. Cela fait travailler l'imagination (font-elles un tri sélectif en fonction d'un nourrissage différencié ?) d'autant plus qu'un des deux tas (première photo) n'est constitué QUE de grosses larves, mais je ne pense pas qu'il y ait un sens particulier à chercher. En tous les cas, je n'en vois pas.

camponotelateralis1000.jpg camponotelateralis1001.jpg camponotelateralis10000.jpg camponotelateralis10003.jpg

Oui oui, mon major "albinos" est toujours aussi clair et c'est une petite merveille à mater (il m'éclate en fait). Pour la dernière photo, j'ai fait une tentative de super macro avec mon super APN supersonique qui m'a coûté un bras (tant que ce n'est pas la b***) mais comme toujours:

  • lumière insuffisante (l'artificiel ne remplacera jamais la vraie lumière ou alors il faut un matos de pro)
  • p*tain de sa r*ce de vitre de m*rde !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

emarginatus20.jpgLasius emarginatus: voyeur un jour, voyeur toujours ! J'ai légèrement modifier mon installation en surélevant un des modules du nid avec deux verres à pied (je fais avec ce que j'ai - finies les wine party !). Impossible de me passer de les regarder, de plus, cela crée une jolie descente et une belle montée dans le tuyau de connexion et j'adore les voir parcourir ce tuyau; non seulement elles se dandinent le trouffion pour circuler (il y a un peu de monde) mais en plus elles se déplacent comme des pupuces avec des arrêts; touchage d'antennes - t'es qui toi ? Ah c'est bon, t'es de chez moi - et redémarrage en trombe. Sérieux, elles me font délirer, il ne leur manque que la parole, oh pas grand chose, je ne leur demanderait pas de me sortir tout le dico mais quelques onomatopés seraient bienvenus pour agrémenter les images (dans un sens, pas grave, je les fais pour elles dans ma grande mansuétude et mes délires personnels). Pour en revenir à des choses plus "sérieuses", j'ai de plus en plus d'ouvrières dans la petite ADF et de moins en moins dans le nid. Cette dernière est clairement trop petite (j'ai dû renforcer les bords extérieur avec de la graisse pour éviter les évasions); elle est tellement remplie que tout nourrissage (surtout l'enlèvement et le remplissage des abreuvoirs à miellat) devient complexe !!! Il faut donc que j'en rajoute une, ce qui ferait un troisième module à l'ensemble; cela risque de ne pas être très stable tout ça et surtout accidentogène (j'ai deux bras gauche, n'oubliez pas)... à suivre donc...

Pour ce qui est du contenu annexe de la photo: à gauche les Camponotus maculatus, les deux cyclants sont ceux des Messor, une espèce par nid, et complétement à droite les Crematogaster scutellaris. Oui oui, le pinceau m'est très utile en cas d'égarement d'une ouvrière (comprendre évadées qu'il faut remettre dans le droit chemin ou plutôt le bon nid).

Partager cet article

Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 00:01

Camponotus lateralis: autant niveau insectes les ouvrières grignotent dans l'ADF (asticots, mouches, vers de farine...), autant il y a un met dont elles sont littéralement folles-dingos et auquel elles ne savent résister: l'araignée ! C'est ainsi que j'ai obtenu mes major l'an dernier, en "dopant" la colonie avec de petites araignées trouvées ici et là. Elles n'aménent aucune proie au sein du nid sauf les araignées (du moins en pièces détâchées). Sur la photo, vous voyez l'entrée du nid bouchée en partie avec de petits graviers.

lateralisaraignee0000.jpg lateralisaraignee0001.jpg lateralisaraignee0002.jpg lateralisaraignee0003.jpg

C'est en les regardant de plus près qu'on se rend compte qu'une espèce que l'on croyait plutôt imberbe (je ne suis pas certain qu'un tel mot est un sens pour parler de fourmis), ne l'est pas du tout et est couverte de poils. En fait de poils, je crois que le terme exacte et cils sensoriels. L'intégralité de leur corps en est pourvu, de quoi être très sensible à la moindre vibration ou modification du milieu extérieur. Pour ce qui est des araignées, je vais tâcher de faire de mon mieux.  Ce n'est pas vraiment la saison (même si nous avons eu des journées à quasiment 20°C - cela se calme avec pluie et froid) alors je chope celles de mon appartement: celle de la photo était dans mes toilettes, et j'en ai encore une autre dans ma salle de bain (sous la machine à laver); dès qu'elle aura des ambitions de chasse extérieure, je lui fais un sort, si j'y parviens. Déjà que je ne les aime pas trop mais en plus devoir les choper (c'est un sport, surtout quand cela dégoute et que vous craignez que la bestiole vous saute sur la main et vous morde) sans les écrasser (j'utilise une éponge humide, cela les sonne mais ne les écrasse pas), puis leur écrabouiller la tête pour que la proie de choix ne devienne pas une chasseuse hors paire et que la petite chaine alimentaire artificielle ne s'inverse pas, ce n'est pas fastoche...

La colonie poursuit paisaiblement sa croissance, du moins le couvain; le nombre de cocons augmente, la gyne pond régulièrement. Bref, du travail en perspective pour toutes les filles de sa sérénissime majesté.

To be continued...

Partager cet article

Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:44

Du Camponotus, encore et toujours...

Camponotus cruentatus: non seulement elles sont très actives, mais en plus elles engloutissent fort bien 3 asticots par jour. Plutôt rapides ces dames, surtout pour des Camponotus ! J'ai déjà 4 beaux cocons. Malheureusement des minor (fait chier). J'ai assisté à une scène qui m'a ravi. La gyne était entourée d'ouvrières en forme de cercle à l'écart du couvain, les fifilles étaient très excitées (ce qui m'a interpellé), léchouillant, tatônnant des antennes; et mOman a pondu ! Ce sont de bonnes sage-femmes : l'accouchement s'est bien passé.

camponotuscruelles0001.jpg camponotuscruelles0002.jpg camponotuslaterales0001.jpg

Camponotus micans: le petite fondation a enfin pris un petit vers de farine pour le ramener dans le tube à essai, j'allais finir par désespéré alors qu'il ne faut point, c'est juste très lent.

Camponotus lateralis:  elles sont actives (l'appetit va bien) mais le couvain se développe lentement. J'ai cru que j'allais avoir des cocons en observant des ouvrières triturant une larve à plusieurs, mais fausse alerte.

Partager cet article

Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 15:28

depotoirmaculatus.jpgCamponotus maculatus: cela faisait un petit moment que j'étais incommodé des narines chaque fois que je me penchais au dessus de l'aquarium de mes denseuses. J'ai enfin pris mon courage à deux mains (si j'avais pu en avoir 3 ou 4 histoire de virer plus rapidement les ouvrières vindicatives qui en profitaient pour me "monter dessus" - en tout bien tout honneur - cela n'aurait pas été de refus), et j'ai vidé le dépotoire malodorant. Ca bouffe pas mal et cela jette pas mal aussi. J'en ai profité aussi pour mettre des zestes de citron et beaucoup de sable pour qu'elles fassent leur boulot d'enfouissement, ce qui limite les dégagements puants. Pour tout dire, ce sont surtout les cadavres d'asticots qui sentent mauvais, ceux de vers de farine sont plutôt neutres. Le paquet de sucettes à cancer (c'est pas bien) est juste là pour vous donner une idée d'échelle (j'ai pris le premier truc qui me tombait entre les mains). Tant qu'à faire du mEUnache, j'ai nettoyé le dessus du nid (empilement de boites Ferrero) qui était devenu tout collant, j'ai changé l'eau du gros abreuvoir à oiseaux qui sert pour qu'elles se désaltèrent. Pour ce qui est de la colonie, elle se porte bien même si j'ai l'impression que la population stagne un peu; les nouveaux nées remplaçant les vieilles ouvrières qui décèdent.  Prochain boum démographique cet été je présume; quand l'arrêt du chauffage collectif va survenir, elles végéteront un petit peu, températures obligent. Il est toujours amusant de prendre une ouvrière dédiée à la "décharge" et de la mettre dans le nid; elle se fait chasser plutôt de façon peu sympathique.

------------------------------------------------------

Crematogaster scutellaris: elles aussi, ce qu'elles peuvent être crados !! C'est un billet visions d'horreur ou tout ce qu'on ne vous a jamais montré sur l'élevage des fourmis ;o)) Hormis un gros tas ordonné d'ouvrières mortes, elles ne se cassent pas la tête à faire un dépotoire; tout reste tel quel dans l'ADF ! L'inconvénient des naissances par vagues, c'est aussi des décès par vagues. Non content de cela, j'ai eu une évasion; le trou rebouché à la patafix a été creusé et elles se sont fait une bonne balade. Pareil, l'éleveur qui vous dit qu'il n'a jamais eu d'évasions est un menteur ou alors il n'a jamais eu de grosses colonies. Bref, je n'ai pas comptabilisé mais j'ai une baisse d'effectif et elles aussi, le prochain boum démographique est prévu pour cet été maintenant.

depotoirCrematogaster02.jpg depotoirCrematogaster01.jpg depotoirCrematogaster04.jpg

Partager cet article

Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 00:56

On continue avec les mêmes mais avec un autre épisode...

oeufscruentatus.jpg larveseulecruentatus.jpg oeufslateralis.jpg
doli0001.jpg

J'ai deux belles grappes d'oeufs chez mes Camponotus cruentatus et Camponotus lateralis ! YES ! La preuve en images, comme d'hab' ! Un nouveau chapitre avec la bonne croissance des larves (cela prend vite du volume ces petites bêtes) qui ont diapausé (le verbe n'existe pas mais ce n'est pas grave). J'avais supris dame lateralis tendre ses petites fesses et pondre mais pas la cruellissime. J'aime bien quand cela se passe ainsi ! Il me reste à attendre les premiers cocons qui seront vite là. Elles sont quand même vachement rapides. Autant la fondation chez Camponotus est une vraie galère, autant une fois que la colonie atteint une certaine taille (cela dépend des espèces), cela roule tout seul. Pour la photo de la larve, c'est tout simplement une rejetonne (va falloir que je me calme sur les néologismes) cruentatus qui est maintenue et nourrie à part. Le mobile m'échappe encore (les ch'tites cachotières). J'espère que ce n'est pas un sexué genre mâle... (le truc inutile par excellence)

Au final, je n'ai pu résister à l'envie de voir les Dolichoderus quadripunctatus s'activer (oui je sais, je suis faible de chez faible mais je les aime tant), je les ai donc sorties du frigo et installées dans ce qui sera leur futur nid; rien que du grand classique en ce qui me concerne: un ancien Antsbuilding (il faut bien qu'il serve) siliconé à une boite de ces fameux chocolats de la marque que vous connaissez. J'avais un post en son temps.

A la fin de la semaine, je sortirai les Plagiolepis sp; elles sont méditerranéennes après tout, pas besoin de les "torturer" inutilement avec une longue mise au froid.

The end !

Partager cet article

Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:12

Ouf, j'ai retrouvé mon petit soft, alias polyview (léger, rapide et craqué, c'est quand même mieux que photoshop). Et j'attends ma lentille Raynox adaptée pour mon nouveau Canon (livraison lundi normalement).

---------------------------------------------------------------------

Il fait beau et presque chaud, donc avec le chauffage de l'appart' en plus, elles sont en plein boum. Les Camponotus lateralis et les Camponotus cruentatus sont assez agressives, les asticots n'ont qu'à bien se tenir. Les premières les aspirent de l'intérieur dans l'ADF (j'ai vu un major s'attaquer à une bébête que j'avais mal escagassée, l'espèce est pourtant pépère craintive) alors que les deuxièmes les aménent au sein du nid. Chacune sa méthode. Je les ai sorties de diapause le 21 janvier 2011 et 15 jours après, les larves ont déjà pris du poids et ont bien grossi. La rapidité m'impressionne !

Untitled-6.jpg Untitled-7.jpg Untitled-9.jpg
Untitled-4-copie-1.jpg Untitled-5.jpg Untitled-2.jpg

La gyne lateralis a pondu son premier oeuf: c'était un rien émouvant et en même temps comique de la voir tendre son p'tit cul (allez-y, poussez madame !!) et d'attendre qu'une ouvrière fasse son job. Comme vous pouvez le voir de vos propres yeux vus, mon ouvrière (imago) qui n'avait pas terminé sa coloration est toujours de couleur claire. Je présume qu'elle va rester ainsi ad vitam aeternam. Elles sont vraiment surprenantes ces lateralis. Quant aux cruentatus, malheureusement, j'ai perdu mon "media" (je mets des guillemets car cette caste n'existe pas vraiment chez le genre Camponotus), il est allé se mourir tout seul comme un grand dans l'ADF, sniff sniff.

Untitled-8-copie-1.jpgCamponotus nicobarensis: j'en parle très peu car elles sont dans la routine. J'en reviendrai presque à regretter les espèces à diapause ou qui connaissent des galères. Au moins, cela donne des idées de posts ou du biscuit, là je ne vois pas trop ce que je pourrais en dire ! La colonie connait une bonne croissance: les ouvrières ont colonisé le plafond du nid. Il va vraissemblablement que je les déménage une nouvelle fois. La configuration actuelle du nid ne me permet pas de faire de photos à cause du deuxième étage qui d'ailleurs n'est pas du tout colonisé et ne sert donc à rien. Ma routine à moi que j'ai, consiste à leur mettre leur gelée sucrée à disposition quand elles n'en ont plus et à lâcher des asticots journalièrement.

Camponotus siciliennes: toujours rien !! C'est à désespérer. Leurs ventres vont finir par éclater tellement les jointures blanches sont tendues mais elles n'ont toujours pas pondu (les salopes LOL) !

Camponotus micans: elles me rappellent étrangement et cruellement mes cruelleissimes cruentatus à leurs débuts  à savoir que rien ne se passe ! Je présume qu'un jour elles vont se prendre un coup de speed ou se décider un jour ou l'autre et qu'elles avanceront mais pour l'instant, c'est l'absolu status quo. Ainsi soit-il !! Diapause trop courte ? Température pas assez élevée ?

Partager cet article

Repost0