Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 20:55
Camponotus cf nicobarensis: la colonie suit son cours pour ne pas dire qu'elles sont en pleine bourre, mine de rien; les deux cocons que possédaient ces belles quand je les ai reçues ont donné deux beaux imago. Ils sont de couleur grise et se cachent sous le gastre de la gyne, comment ne pas succomber sous le charme d'un tel comportement. Mais ces naissances étaient acquises, plus sympathique est le couvain composé de nombreuses oeufs et larves, ainsi que de 7 nouveaux cocons. Elles sont plus carnivores que branchées par le miellat. Timides et discrètes, ces fourmis arboricoles n'en oublient pas pour autant de croitre !!!!
 
Camponotus maculatus: rien de bien particulier sinon quelques vues
   

Partager cet article

Repost0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 22:26
Camponotus maculatus: des photos valent parfois mieux qu'un grand ou long discours !
TOUT VA BIEN et la colonie croît de façon assez vertigineuse, je pense que la chaleur estivale qui arrive n'y est pas étrangère. Les dépotoirs, qui sont un étage en dessous, ne sont plus accompagnés de quelques ouvrières, mais de tout un groupe de la colonie bien installé désormais. Déménageront-elles ces mêmes dépotoirs histoire d'être tranquilles comme elles l'avaient fait auparavant ? Je suis assez content de mon nid qui leur offre l'espace nécessaire à leur expansion démographique. Il faut vraiment que je fasse le même (mais avec un système d'humidification) pour mes Formica lusatica qui parviennent désormais à passer l'anti-évasion et se promènent parfois en dehors de leur ADF.
Lasius emarginatus: la petite (quoi que petite, je n'en sais rien après tout) colonie qui a élu domicile toute seule comme une grande sur mon balcon a déménagé; j'ai assité à quelques transports de cocons le long du mur de ma loggia. Des choupettes se sont même aventurées dans mon salon (ouep, c'est moins cool, surtout quand vous êtes en train de passer l'aspirateur - heureusement que quelques années de mymécophile m'ont octroyé une adresse hors pair avec un pinceau, ce qui m'a permis un retour maison d'une quinzaine d'aventureuses ou sans-gênes). J'ai d'abord cru à un évasion de ma colonie mais c'étaient bien des sauvageonnes; elles sont beaucoup plus petites et frêles que de la fourmi d'élevage !! ;o)
The end
PS: j'attends une nouvelle colonie, je m'étais pourtant juré qu'on ne m'y reprendrait plus...

Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 10:11
Camponotus cf nicobarensis: des filles faciles comme je les aime ! Les oeufs sont devenus des larves et ces dernières ont grossi en peu de temps finalement, ce qui est une bonne surprise. Je fonde de bons espoirs sur cette colonie qui devrait croitre et croitre et encore croitre. Elles ne sont pas très exigentes: température ambiante et humidité assez classique, comme pour une espèce endémique à vrai dire. Je salive d'avance à l'idée d'avoir des major, cela doit être quelque chose tout de même. Le nid a toujours son hôte invité surprise à savoir un poisson d'argent et il y en a même un nouveau en la personne d'une petite Temnothorax unifasciatus (vraiment me faz caga). Je pense qu'en ce qui concerne ces dernières, je vais être obligé de revenir à la bonne vieille huile de paraffine.
J'aime bien ces Camponotes exotiques, leur trip "mine de rien": placides elles paraissent, tout en faisant leur bout de chemin. Niveau comportement et exigences de maintien, elles sont très proches de mes Camponotus maculatus (à part peut-être pour l'humidité nécessaire). Pour mes Camponotus albosparsus, c'est une autre paire de manche, mais une autre histoire aussi.
Camponotus truncatus: finalement le fait d'avoir soulevé le papier d'aluminium les a poussé à déménager et à retourner dans le nid. J'ai fait une petite pic de leur couvain et comme vous pouvez le voir, il est de bonne taille et sa couleur jaunâtre est marquée. Je voulais vider la réserve d'eau mais vu son niveau je vais éviter de les stresser et je vais laisser les choses se faire pépère tranquillou. Il ne reste plus qu'à attendre...

That's all folks

Partager cet article

Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 10:22
Tout d'abord, une petite babiole, comme si je n'en avais pas assez, trouvée sur le site d'enchères que tout le monde connait et que je ne citerai pas. Par ordre d'apparition; Pheidologeton diversus, Camponotus singularis, Camponotus japonicas. Mes fourmis vivantes n'ont pas à rougir, ma gyne Camponotus fellah est bien plus grande et mes Camponotus maculatus bien plus belles..

 
Plagiolepis pygmaea: je suis en train d'assècher le nid (jai vidé la réserve d'eau) ! Elles sont un peu bêtasses tout de même (non, je ne donnerai pas de noms), au lieu de monter dans les salles plus séches qui se trouvent en haut du nid, elles végètent dans la salle la plus humide...j'ai bien peur que les cocons soient déjà noyés dans la condensation. Cela commence mal de chez mal.
Camponotus cf nicobarensis: j'étais parti pour faire une photo de leurs larves, que je ne parvins d'ailleurs jamais à faire (récit à la David Vincent pour les anciens) quand soudainement, au détour d'un chemin du nid que vois-je ? Non pas des extra-terrestres avec l'auriculaire levé, mais ce qu'on nomme vulgairement un poisson d'argent à l'intérieur du nid. Il ne s'en mordra pas la cuticule de s'être mis dans un tel endroit mais mes nicobarensis pourraient bien s'en charger. Elles sont assez placides (de vrais Camponotus) mais excellentes chasseuses (là je vous garantie que ce n'est pas le cas pour toutes).
 
That's all folks !

Partager cet article

Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 00:18
Petit billet juste pour le plaisir des yeux
   
Des gros culs quand même, non ? En tous les cas, ce sont de vraies ogresses...

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:46
Camponotus albosparsus: de vraies tropicales. Je les ai mises dans un cyclants et elles se sont installées dans les salles les plus proches de la réserve d'eau qui plus est, celles qui bénéficient du rayonnement de ma lampe rouge pour mes tortues de terre. Elles sont devenues soudainement très actives. Donc pour résumer:
  • 30°C, en tant que minimum...35°C doit être pas mal
  • 100% d'hygrométrie
Reste le problème du fourragement (pas une mince affaire). Un peu compliqué...heureusement que je les ai bien gavées avant la mise en nid, ce qui me laisse le temps de m'adapter; je vais donc "fermer" l'ADF afin que l'hygrométrie soit également élevée dans l'ADF, tout en permettant l'aération du nid. Un sacré challenge !!
Camponotus cf nicobarensis: beaucoup plus faciles, sans commune mesure ! De vraies goulues, elles en sont à leur deuxième mouche, ne dédaignent rien: pomme, miellat et ont de très fortes physogastries. Elles n'ont pour l'instant aucune larve (la grappe d'oeufs est sympa et conséquente tout de même) mais se comportent comme de vrais soutiens de famille ! Je continue à les observer afin de voir ce qui leur convient le mieux. Elles ont tout de même changé de place pour s'installer près de la réserve d'eau. Elles sont dans un nid plat de chez Fourmis.fr classique. A suivre...
 
Camponotus maculatus: c'est de la vraie folie !!! La démographie est galopante et il faut voir ce qu'elles engloutissent. Hier, sous l'effet de la chaleur, elles m'ont torché 3 abreuvoirs de miellat (je précise qu'elles ont de l'eau à disposition), quand je dis torché, l'abreuvoir était propre de chez nickel, je n'aurais pas fait mieux en le lavant !! Il y a désormais plus de mille ouvrières (j'abandonne tout comptage), une vraie réussite dont je ne suis pas peu fier ! C'est amusant car tout en ayant beaucoup de place, elles préfèrent (pour l'instant ?) rester dans le nid sur un seul plateau et pour se faire, les piles de cocons deviennent de plus en plus hautes histoire de gagner de la place, sont déplacés régulièrement. La gestion des odeurs est un peu particulier chez Camponotus. Si une ouvrière doit être nettoyée à l'eau (cela peut arriver qu'elle reste collée au miellat artificiel même si c'est très très rare) ou est trop en contact avec une proie qui utilise des phéromones répulsives, elle perd son odeur coloniale et est prise pour une étrangère et est attaquée par les autres membres. Je n'ai jamais observé un tel phénomène chez un autre genre. C'est d'ailleurs surement pour cela que les Camponotus sont des adeptes inconditionnels et perpétuels du toilettage entre membres peuplant une colonie. Il doit surement y avoir des publications scientifiques à ce propos mais l'observer et le constater de visu est assez intéressant.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 10:26
Ma commande d'Allemagne est arrivée aujourd'hui ! Toujours aussi professionnel Antskalytta.de, franchement rien à redire. Quand on compare à un autre site allemand soit disant discount (et c'est vrai que les prix sont plus attractifs - commander des fourmis pour qu'elles meurent est peu utile sinon à perdre du temps, de l'argent...), que je ne citerai pas , il n'y a vraimant pas photo selon la formule consacrée. Les deux tubes ont/avait un morceau d'essui-tout à l'intérieur (ingénieux): cela permet d'absorber les surplus d'humidité pour des espèces qui en demandent peu tout en amortissant les chocs du transport. Et peut être que pour les Camponotus cela absorbe d'éventuels lâchés d'acide formique. Donc deux espèces: Camponotus cf nicobarensis et Plagiolepis sp.
--------------------------------------------------------
Plagiolepis sp: pour l'instant je les laisse dans le tube par manque de temps mais dès demain ou ce soir en rentrant du boulot je m'en occupe...cela me laissera un peu de temps sur le choix du nid, j'en ai deux potentiels.
Camponotus cf nicobarensis: elles sont vraiment d'une zenitude à toute épreuve, des asiatiques, vraies de vraies. J'ai ouvert le tube et déposé le morceau de sopalin dans l'ADF du nid, croyez-vous que cela les aurait affolées ? Pas le moins du monde. J'en connais d'autres qui auraient couru dans tous les sens, elles non !!! Tranquilloutes, certaines sont allées explorer le nid, d'autres sont allées, sur le même rythme, se gaver de miellat. La gyne, guère plus farrouche, s'est installée dans le nid: elles sont actuellement dans la partie la moins humide, en bonnes fourmis lignicoles de base. Heureusement d'ailleurs qu'elles étaient tranquilles car ce n'est qu'une fois dans l'ADF que je me suis rendu compte que j'avais oublié l'anti-évasion !!!!! Il y a 14 ouvrières, 2 cocons et de nombreux oeufs. Que demande le peuple ?!!! Deux photos faites à l'arrache:
   
Camponotus truncatus: je leur ai déposé une mouche dans l'ADF hier soir (les nourrir le soir - important) sans grand espoir, me disant qu'au regard de la taille de la proie et de leur timidité, elles allaient surement l'ignorer. J'ai été étonné de voir, à minuit, qu'un bon nombre de minor entourait la dite mouche. Mais j'ai été encore plus surpris de voir que ce matin la proie étaient dans le nid et qu'elles étaient toujours dessus !!! Je sens que pour cette colonie, cela s'annonce sous de très bons hospices; pourvu que cela dure....
That's all folks

Partager cet article

Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 07:07
Camponotus truncatus: ces dames ont des moeurs très nocturnes. Inutile de les nourrir la journée, cela ne sert à rien, d'autant plus que le miellat sèche vite. Sortant s'alimenter la nuit, je les nourris donc le soir et très tard je m'assure, à l'aide d'une torche qu'elles s'alimentent, ce qu'elles font, l'ADF se peuplant. Aux regards des physogastries de ouf qu'elles ont, surtout les major qui ressemblent plus à des reines termites avec les anneaux de leurs gastres distendus au maximum qu'à des fourmis, elles mangent bien ! Pour ce qui est des aliments, elles ont eu du miellat of course ainsi qu'un grillon juvénile et un morceau de pêche. Je ne sais pas trop pour la pêche, il m'arrive de dormir la nuit tout de même, mais pour le grillon ce n'est pas la folie. L'organisation de la colonie est un peu étrange ou atypique pour des fourmis: une partie que je qualifierai de sensible (gyne + ouvrières) est dans son trou, l'autre partie est chargée de la surveillance des alentours et du fourragement. Autre inconvénient du cyclants, la surface cylindrique ne facilite pas la prise de photos, mais je ne discuterai pas du degré de loupabilité, un peu plus ou un peu moins au fond LOL:
 
Camponotus albosparsus: pas grand chose à en dire pour l'instant. Il ne fait pas très chaud non plus pour elles, surtout la nuit (20°C c'est frisquet) et je n'ai pas encore trouvé les paramètres adéquates. La tapis chauffant semblait leur convenir mais il mettait mes Cataglyphis dans un tel état d'affolement que je l'ai arrêté. Un major a creusé un trou dans le sable humide et s'est fait un  coin stratégique de défense il semblerait. Toutes ont de fortes physogastrie mais l'activité de la colonie n'est pas au RDV même si cela n'a rien à voir avec l'inertie de feu mes Camponotus sp Malaysia. D'un autre côté, ce sont des Camponotus, il ne faut pas s'attendre à un feu d'artifice continuel.
Camponotus maculatus: elles par contre, c'est le feu d'artifice permanent !!!  La démographie est galopante et toujours aussi impressionnante. Elles doivent faire un concours avec mes Formica lusatica !! Rien qu'hier soir, toujours à la lampe torche (je suis espion à mes heures), j'ai eu pas moins de 10 naissances. La salle sous le nid principal et où sont situés les dépotoirs se peuplent petit à petit. C'est même dans cet endroit qu'elles aménent de préférence les proies pour les déguster. La gyne aussi a changé de place; d'ordinaire ne bougeant guère des cocons (qui sont à l'endroit le plus éloigné de l'entrée/sortie), elle s'intéresse désormais aux larves; une aventure de 10 cm tout au plus, mais une grande distance pour une gyne !!!
The end

Partager cet article

Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 15:08
Camponotus truncatus: là franchement, elles m'ont épaté et en même temps agacé !!!!! Ce matin je vais les mater et je découvre qu'il n'y a quasiment plus aucune fourmi dans le nid. Forcément, elles se sont fait  leur propre nid au sein du nid en creusant  dedans. En une nuit cela a été plié ! Je présume qu'il y avait des bulles d'air dans le mélange et qu'elles ont profité de cette opportunité pour creuser. Comment font-elles ? Elles tapotent sur la paroi pour savoir si c'est creux ou pas ?? Dixit l'explication du marchand: "Les galeries formées dans la pierre reconstituée sont bien entendu blindées et aucunes mandibules ne peuvent l'attaquer"...la preuve que non !!!!! Il y a un autre trou dans le nid mais apparemment aucune fourmi à l'intérieur; l'endroit ne devait finalement pas convenir. Je vais les laisser ainsi, même si c'est frustrant car je ne vais pas pouvoir les observer, c'est frustrant ! En fait, ce n'est pas tant le nourrissage lors de l'élevage de cette espèce qui est compliqué mais l'habitat adéquat à fournir. Elles aiment être serrées les unes aux autres dans des espaces très restreints. Si elles se débrouillent toutes seules comme des grandes, qu'elles se débrouillent.
Temnothorax unifasciatus: j'ai encore trouvé une gyne sans ailes dans ma cuisine en ouvrant le placard à provisions. Encore une des gynes que j'avais lâchées il y a quelques temps qui est revenue me rendre visite. Un jour je vais me retrouver avec une colonie dans mes meubles en bois LOL !!! Une de plus en tube de fondation, cela n'en fera jamais que 8 !!!! Si cela continue, je vais passer à l'élevage intensif !!!!!!
Camponotus albosparsus: elles se sont installées en vidant le tube des différents débris et de deux ouvrières mortes. Je les laisse encore un peu dans leur installation histoire d'observer que tout se passe bien et elles passeront ensuite en nid. Il me reste potentiellement 3 colonies à recevoir et 2 vrais nids; des arbitrages à faire !!!
Cataglyphis velox: il est clair que la température actuelle est insuffisante, ou il pèle sur Lyon: 20°C !!! Le soir et la nuit elles sont en tas, comme des Formica qui feraient une diapause et en début d'après-midi elles commencent à s'activer un peu avec la montée en température. J'ai des ajustages et arbitrages à faire donc...quel meilleur moyen pour les chauffer ? J'hésite encore...
Tschüss !

Partager cet article

Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 00:02
Camponotus fellah: la grappe d'oeufs a grossit, j'ai maintenant 15 futures naissances, contre 10 auparavant ! C'est-il pas qu'elles sont grandement ambitieuses ?! La grappe est située dans la partie la plus chaude du nid. La gyne va dans une salle le plus éloignée possible le jour et rejoint les oeufs la nuit. Car la salle du couvain est aussi la salle la plus proche !! Et comme cette dame a une fort bonne vision...serait-il qu'elle n'aime pas me voir ou que je lui fait peur ? Quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?!;o)
Temnothorax nylanderi: voici la réalisation d'hier, simple, basique et efficace ! j'ai toujours les ADF qui étaient vendues avec ce type de nid mais elles sont plus que "merdiques" (trop petites, trop étroites et le sable collé au fond garde bien toute sorte de saloperies) donc je ne les utilise pas: Ferr*ro fait tellement mieux. J'ai trouvé aussi un système pour qu'il n'y ait pas de victime collé au miel que je leur donne; la galette de sable. Un mélange tout simple de miel et de sable. Ceci dit, il ne faut pas confondre les ouvrières qui restent collées et les cadavres que les ouvrières aiment bien mettre sur le miel (ne me demandez pas pourquoi).
Camponotus albosparsus:
on voit rapidement que c'est une vraie colonie et non un "truc rassemblé" (comprendre quelques ouvrières auxquelles on fait adopter une gyne - comme en vend un site allemand Antst*re et comme l'était ma colonie de Camponotus que j'avais baptisés sp Malaysia): les trophallaxies entre gyne/ouvrières sont nombreuses. J'ai fait une petite installation provisoire (voir photo du bas). Si la mouche n'a sucité aucun intérêt hormis quelques sauts et interrogations d'antennes, le miellat artificiel a fait son effet. Les ouvrières se sont jetées dessus, mais la gyne est aussi sortie du tube pour aller boire le dit breuvage, là, cela m'a un peu surpris, quelle témérité de la part d'une reine, ou alors elle était vraiment affamée. Les minor aussi sont assez fun; trois se sont lancés dans le miellat, j'avais un air effaré (genre: "mais quelle bande de buses ! Qu'est-ce qu'elles ont besoin d'aller s'engluer là ?  Tu ne vois pas spice di counnasse que tu vas rester collée ?" - si si, je leur parle mais ne le répétez à personne hein !). Et bien non, elles n'ont eu aucune difficulté à se sortir du miellat. Franchement, cela m'a bluffé ! Par contre, elles ne sont pas du tout douée pour la grimpette sur le plexi, le nombre de fois où elles grimpaient et se ramassaient était impressionnant: tourtes de chez gourdasses les filles là. Finalement, elles sont bien sympa et je crois (euphémisme) que j'aurais du mal à me séparer de ces indiennes :-)) Tout ça pour dire qu'elles sont adoptées désormais. Ma mauvaise expérience avec mes Camponotus sp Malaysia, complétement amorphes et sans vie, a influencé un jugement hâtif.
See ya later 

Partager cet article

Repost0