Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 12:58
On commence par la mite d'hier, celle qui, à la force des pattes, me lançait des chasseresses (mais pour qui Sont ceS chaSSereSSeS qui Siflent SouS ma tête) hors de mon ADF, chez mes Formica lusatica:


  Lasius emarginatus et un grillon qui font bonne ripaille dans un flou artistique dont j'ai le secret. Elles n'ont toujours pas fini de déménager et je ne les sens pas très pressées sur ce coup là.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 12:58
Lasius niger (DE): J'ai les plus stupides de France et Navarre même si elles n'en viennent pas, pourtant l'Allemagne est une valeur sure: @#!!&*!#@, ach mein Got. Hier, une s'est noyée dans le pseudo-miellat (repêchage, nettoyage à l'eau vive, séchage et retour au nid). Aujourd'hui, j'en ai une qui s'est engluée dans l'huile de paraffine et rebelote (récupération, nettoyage à l'eau vive, séchage et retour au nid). Mieux, niveau intelligence collective: si je leur mets une mouche, elles la boudent, si je coupe la mouche en deux avec accès direct à ses viscères, elles se ruent dessus comme le saint Graal et la consomment. De vraies blondes tout à fait brunes de chez brunes.
Formica lusatica: Pour cette fois, la blonde c'est meuhoua (chacun son tour) :-/ Je trouve une "mite" (ou papillon de nuit si vous préférez), de taille respectable (la grosseur d'une phalange de doigts - il y en a énormément cette année je trouve), je lui enlève ses ailes (beurk !) et la donne à mes Formica. Ce n'était pas une très bonne idée, la bestiole se défendait très bien surtout sur le dos et juste avec la puissance de ses pattes me projettait de la Formica hors de l'ADF : lancé de fourmis !! Et qui est le crétin sans nom qui récupérait à la volée parfois mes chéries ? @#!!&*!#@
Gyne Lasius emarginatus: Au regard de son gastre en forme d'accordéon fermé, je lui ai mis quelques granulés dans son tube. Elle s'en fout comme de l'an 40.
Lasius emarginatus: Grain de raison noir. Quelques ouvrières dessus mais pas la grande ruée comme avec une cerise.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 12:57
Camponotus maculatus: Elles sont toutes "jouailles" dans leur nouveau nid et elles ont bien mérité leur nom de "grand galop", les ouvrières gambadant de partout, ADF comprise. Elles s'étaient à l'originie installées dans la loge la plus proche de l'ADF, elles ont bougé en changeant de salle mais pas celle proche de la réserve d'eau. Et comment cela se passe pour changer de salle ? Un vrai cinoche en plusieurs étapes:
> une ouvrière décide de bouger le couvain, les autres ouvrières suivent le couvain
> la gyne est inquiéte quand il n'y a plus de couvain près d'elle, elle tourne un peu en rond
> solliciter un changement de lieu à la gyne en la poussant par l'arrière
> trophallaxies à gogo car je présume que sollicitation d'ouvrière = trophallaxie
Bref, il a fallu 1 heure pour que madame se décide à changer de lieu et toute seule.
-----------------------------------------------
C'est assez amusant les différentes techniques pour faire bouger une gyne en fonction de l'espèce (je n'énonce aucune vérité, juste des constatations):
- Formica: une ouvrière la chope par les mandibules et la tire.
- Lasius: une ouvrière dialogue frénétiquement par les antennes et lui montre le chemin (aller-retour) et répète l'opération autant qu'il est nécessaire
- Camponotus: je te prive du couvain et te pousse par l'arrière train.
- Messor: c'est la gyne qui décide, elle bouge, les ouvrières font suivre le couvain.
J'ai eu vu, il y a très longtemps, une ouvrière transporter la gyne sur son dos et faire office de pattes. C'était une petite colonie trouvée sous une pierre que j'avais aménagée dans un pot avec de la terre. Cela n'avait pas duré très longtemps :-( J'ai des excuses m'sieur 'dame, j'étais ado et n'y connaissais rien.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 12:56
Lasius cf fuliginosus: J'ai cru un instant que madame sa sérénissime majesté avait consommé ses oeufs, en effet, je ne les voyais plus. Que neni ma mie ! En les nourrissant ce matin, petit affolement (les bichettes !!!) j'ai constaté que, ô surprise, il y avait un oeuf (ou une larve, je n'ai pas bien vu et n'ai pas insisté non plus). Par contre, je leur ai enlevé les 3 cocons qui restaient de leur adoption: ils étaient devenus noirs, bosselés de partout.
--------------------------------------------
Rajout de deux liens: (quand la page n'est pas trop chargée en photos et qu'ils veulent bien apparaitre)
  • Tout d'abord un blog sur des colonies de Messor: Deineiveu
  • Ensuite, un site marchand "amateur": Ants@Home

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 12:56
L'ancien nid se vide petit à petit...cela ne saute pas aux yeux mais moi qui est l'habitude de le voir habité, je vous assure que c'est de plus en plus flagrant. J'ai hâte qu'elles de fassent la malle. Mes Crematogaster scutellaris attendent leur nouveau nid, du moins un nid douillet tout court car elles sont encore dans leur tube. Et puis franchement, il me tarde aussi de le nettoyer !


Partager cet article

Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 12:55
J'ai confectionné une fermeture amovible (avec grillage) sur le nouveau nid de mes Camponotus maculatus, en plus de l'anti-évasion (huile de paraffine) déjà présent.
 Pour l'instant et tant qu'elles sont peu nombreuses, cela le fera bien. Il sera temps de songer à quelque chose d'un peu plus solide plus tard.

Et pour finir ce billet Camponotus maculatus, un petite guirlande de photos:


Partager cet article

Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 12:54
Lasius emarginatus: Point grand chose de neuf de ce côté là :-(
Gyne et couvain demeure dans l'ancien nid. Pour l'instant, elles prennent le nouveau pour une annexe spacieuse !!! Le rez de chaussé ainsi fait est à leur goût puisqu'à peu près 500 ouvrières y ont élu domicile.
Les actions:
- nourriture uniquement dans l'ADF du nouveau nid (pas le plus déterminant mais autant mettre toutes les chances de mon côté - ça me motive à défaut de les décider !)
- asséchement de l'ancien nid (cela risque d'être long, surtout concernant emarginatus)
- patience, patience, patience....
J'ai bien essayé hier la lampe de bureau sur le nid (toute l'après-midi) et cela ne les a pas dérangé outre mesure.
Je propose, elles disposent...j'oubliais:
Nouveau nid: elles se sont déjà fait un dépotoir !
Ancien nid: elles se sont attaqué à un bouchon en silicone. Elles le découpent avec difficultés mais le découpe quand même.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 12:53
J'ai reçu mes deux nouveaux nids cette matine ! (facteur du matin, chagrin, car sommeil restreint - ce sera le dicton du jour).
Camponotus maculatus: Déménagement effectué ! Je suis toujours un peu brutal quand elles sont en tube, en 10 minutes chrono l'affaire était entendue. Il m'a fallu plus de temps pour récupérer les larves et oeufs au pinceau s'il vous plait !
Lasius emarginatus: Une autre paire de manche, et pas des moindres (doux Jésus auquel je ne crois pas, faites que cela soit le plus rapide possible). J'ai donc obscurci le nid récepteur en pausant l'ancien dessus, j'ai fait un pont reliant les deux ADF et j'attends...j'attends, j'attends...en espérant que cela ne soit pas une autre chanson style "j'attendrrrrrais toujourrrrs, le jourrrr et la nuit, j'attendrrrrrrrrais toujours, ton amourrrr" !
<- Le petit pont d'Avignon ! :D
Y a des choupettes qui m'ont fait rigoler; elles montaient sur le pont en papier avec des détritus et les lâchaient en hauteur. J'ai hésité à prendre du fil de fer souple que j'utilise pour ligaturer les branchouilles de mes bonzaïs, mais finalement, un simple papier fait très bien l'affaire. L'opération a débuté à 9h00, il est 10h30 et beaucoup d'ouvrières sont dans le nouveau nid (inspection générale je présume). En espérant qu'elles ne décident pas de faire une simple annexe ! je n'ai pas encore opté pour la lampe sur l'ancien nid version "dégage de là", je garde cela en guise de roue de secours si elles ne se décident pas.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 12:53
Elles aussi, comme mes Lasius emarginatus, elles forment des amas d'ouvrières dans le nid. Je présume que c'est une technique made in diapause. Sauf qu'il fait 24°C. Toujours est-il qu'il ne reste plus que des cocons, ni oeuf ni larve. Elles ont toujours un appétit du diable, sauf qu'en lieu et place de nourrir des larves, elles se constituent de solides réserves, les nombreuses physogastries en témoignent.

Ce sont elles que j'ai le plus de mal à photographier, le plexiglass étant particulièrement "opaque" ou de mauvaise qualité, je ne sais pas.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 12:52
Mes Messor suivent leur petit bonhomme de chemin. On commence par mes israëliennes. Je vais finir par m'y attacher à ses Messor ebeninus ! Elles sont très bien dans leur tube, il suffit de les y laisser tranquilloutes les louttes.



Et enfin mes Messor barbarus et leurs 2 futurs major, du moins un, c'est certain, l'autre on verra.
 
PS: A toutes fins utiles, je vous rappelle que les photos sont visibles en grand avec le clic de droit "afficher l'image" par le biais de Mozilla. Pour les utilisateurs de IE, tant pis pour vous ;oP

Partager cet article

Repost0