Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 10:22
Tout d'abord, une petite babiole, comme si je n'en avais pas assez, trouvée sur le site d'enchères que tout le monde connait et que je ne citerai pas. Par ordre d'apparition; Pheidologeton diversus, Camponotus singularis, Camponotus japonicas. Mes fourmis vivantes n'ont pas à rougir, ma gyne Camponotus fellah est bien plus grande et mes Camponotus maculatus bien plus belles..

 
Plagiolepis pygmaea: je suis en train d'assècher le nid (jai vidé la réserve d'eau) ! Elles sont un peu bêtasses tout de même (non, je ne donnerai pas de noms), au lieu de monter dans les salles plus séches qui se trouvent en haut du nid, elles végètent dans la salle la plus humide...j'ai bien peur que les cocons soient déjà noyés dans la condensation. Cela commence mal de chez mal.
Camponotus cf nicobarensis: j'étais parti pour faire une photo de leurs larves, que je ne parvins d'ailleurs jamais à faire (récit à la David Vincent pour les anciens) quand soudainement, au détour d'un chemin du nid que vois-je ? Non pas des extra-terrestres avec l'auriculaire levé, mais ce qu'on nomme vulgairement un poisson d'argent à l'intérieur du nid. Il ne s'en mordra pas la cuticule de s'être mis dans un tel endroit mais mes nicobarensis pourraient bien s'en charger. Elles sont assez placides (de vrais Camponotus) mais excellentes chasseuses (là je vous garantie que ce n'est pas le cas pour toutes).
 
That's all folks !

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 09:59
Lasius flavus: deux jours dans le nouveau nid et déjà 2 ouvrières mortes engluées dans le miellat !!! Je n'ai pourtant rien fait de plus ou de moins que quand elles étaient en tube. Heureusement que j'ai eu des naissances et que j'ai des cocons...j'ai essayé de répéter 20 fois de suite "putain" histoire d'empêcher la malédiction flavus de revenir, on verra bien comment je m'en sors ! Si elles n'étaient pas aussi ravissantes avec leur couleur or, il y a belle lurette que j'aurais abandonné. Je me suis pourtant motivé avec une colonie polygyne !!! Quoi que...selon l'adage: "les cons insistent toujours, c'est même à cela qu'on les reconnait".
Formica lusatica: opération ménage de l'ADF ou la fable de la course poursuite entre le camion benne et la ménagère de moins de 50 ans: plus je vide le dépotoir (oui oui, le camion benne c'est moi, vous croyez quoi ?), plus elles le remplissent. Elles continuent leur destruction méthodique de la semelle absorbante et elles en mettent plein l'ADF. J'ai donc passé l'éponge, ce qu'elles détestent. Non pas tant à cause de l'invasion d'un corps étranger et humide (rappelez-vous, ce sont des filles faciles à la démographie galopante) mais sur la suppression des pistes odorantes. Mes Lasius emarginatus me font la même chose: elles fuient et attaquent (selon l'humeur) puis envahissent en grand nombre leur territoire histoire de le reconquérir chimiquement.
Cataglyphis velox: les espanges sont des cochonnes (vous en doutiez ?). Il faut voir comment elles explosent littéralement une mouche: les pattes, la tête, le thorax, le gastre, les ailes...on est loin de la chirurgie de précision. Et bien entendu, l'ADF devient vite maculée de toutes sortes de morceaux. Elles se constituent également un garde-manger. J'ai d'abord cru à un dépotoir propre au nid comme le font les Crematogaster mais non, elles se font bien des réserves de nourriture. La grappe d'oeufs est de bonne taille et est toujours entre les mandibules protectrices d'une ouvrière, je pense que c'est afin d'être protégée de la chaleur du sol du nid. J'ai hâte de voir les larves, elles sont assez mobiles du peu que j'ai pu voir sur un site de partage de vidéos.
Camponotus fellah: il me semblait bien qu'elles fourrageaient plus ! J'ai enfin deux larves. Je présume que les 30°C que nous avons eu dans la région ne sont pas étranger à cet état de fait. Pas de chance, il refait mauvais et plus froid. Il faudrait que je leur fasse partager la chaleur diffusée par la lampe de bureau de mes Cataglyphis...encore une installation à la mort-moi-le-noeud en prespective.
Ponera coarctata: rien de bon n'arrive...pas de ponte, pas de couvain et des ouvrières qui meurent de leur belle mort.  Et les fortes chaleurs de ces derniers temps n'ont rien arrangé. Pourtant elles fourragent, mangent mais cela s'arrête là. Je vais me prendre un bon rateau dans la face !!!!

Partager cet article

Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 10:16
De la fourmi bien de chez nous, alias Lasius flavus. Le déménagement est définitivement terminé.  Elles ont tout de même mis 36 heures pour passer de l'ADF au nid. C'est l'inconvénient de ce type de nid, l'ADF est tellement humide qu'elles peinent à se bouger le popotin. Je suis parti de 5 ouvrières si ma mémoire ne flenche pas, et il faut voir dans quelles conditions, il y en a maintenant 13 et j'ai 7 cocons. Il y a aussi des oeufs et des larves. Elles sont tout de même un peu particulière, hormis le fait d'être polygyne (ce qui n'est pas trop dans les habitudes des Lasius), elles fourragent de nuit (craintives à souhait) et ne consomment que du miellat artificiel que je dépose sur du papier absorbant (pour éviter les noyades) sur un papier d'aluminium. Je crois que je n'en aurais jamais autant chié avec une espèce endémique. Je ne suis pas mécontent de m'être débarassé du tube à essai; elles étaient cachées sous le coton et la réserve d'eau arrivait à expiration. Et puis, surement un élément fort important, je peux les mater !!!
Mes autres gynes Lasius flavus sont toujours dans leur module de fondation respectif. J'espère qu'elles iront jusqu'au bout avec leur couvain, crossed fingers...un petit creux est si vite arrivé ;o)
 
Camponotus fellah: il est clair que la soudaine montée de la température (30°C) leur convient mieux. Les ouvrières fourragent plus...j'ai pensé un instant que c'était parce que les oeufs étaient devenus larves mais je ne parviens pas trop à distinguer le couvain et je ne veux pas trop les déranger. A suivre donc...
Sorry So Short

Partager cet article

Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 00:18
Petit billet juste pour le plaisir des yeux
   
Des gros culs quand même, non ? En tous les cas, ce sont de vraies ogresses...

Partager cet article

Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:58
J'ai arrêté un choix sur le nid avec l'Antsbuilding plutôt que le Antsroom finalement, le gradient hygrométrique est plus sage que la sécheresse de l'Antsroom. En fait, cela a été de la récupération de A à Z. Même l'ADF a été récupéré; c'est la boite Ferr*ro que j'utilisais pour la réception et l'observation de mes espèces exotiques avec un système anti-évasion imparable (un grillage très fin siliconé), taille des bébête à 6 pattes oblige. J'ai juste eu à reboucher le trou où passait le tube à essai et en faire un autre pour faire communiquer le nid et l'Air De Fourragement. Ce qui donne ceci:
Avec la chaleur, le silicone a séché en un temps record et hier soir, quand les plus petits se débattent avec du gravier dans les yeux du marchand de sable et où les plus grands pensent à la douche Blanche Neige (Rhôôôôô) je me suis fait un déménagement (pouhaaaa), au pinceau s'il vous plait car elles ne semblaient pas pressées de passer de leur morceau d'essui-tout (elles aussi doivent bien aimer Blanche Neige !!) au nid. Elles sont vraiment rikiki et ne dépassent guère le millimètre, sauf la reine of course qui a un gros gastre en bonne mère pondeuse de base. Il y a une cinquantaine d'ouvrières et tout autant de cocons. Je suis en train de brasser du livre pour faire une fiche signalétique/d'élevage mais c'est une vraie galère tant il y a peu de choses sur elles. Les choupettes:
   
Comme d'hab', pour aller chercher bonheur, clique sur les petites vignettes pour en avoir de grosses, de photos !
En dernier lieu, il est vraisemblable que ce soient des pygmaea, donc je remplace le sp par un cf pygmaea. De toute manière, il n'y en a pas 50 milles, la plupart des autres sont un parasite de la première...

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 14:59
Certes, j'ai des espèces exotiques, voir tropicales, mais je conserve mes fourmis endémiques !
Temnothorax unifasciatus: j'ai toujours mes gynes en cours de fondation issues de ma colonie mature (de futurs dons). Sur les huit gynes dans leurs petits tubes, une m'a particulièrement impressionné avec une grappe d'une quinzaine d'oeufs. Cela me bluffe de voir une si petite fourmi pondre autant, surtout qu'elle ne s'alimente pas. Je présume que quelques oeufs vont passer à la trappe par la faim poussée. Une ambitieuse ?! ;-)
   
Tetramorium caespitum: le nid grouille sympathiquement ! Il y a grosso merdo 80 ouvrières qui dépècent une mouche en moins de temps qu'il ne faut pour la donner. On imagine difficilement qu'une si petite espèce puisse avoir des mandibules aussi "puissantes". Niveau découpe, seul Crematogaster leur arrive à la patte, et encore. Une photo au passage d'une partie de la colonie seulement, elles forment plusieurs grappes dans le nid, la gyne faisant des aller-retours entre les différents tas. J'ai pensé un instant que le couvain était "classé" par stade mais ce n'est pas tout à fait le cas. Tout juste distingue-t-on un tas de nymphes et deux tas avec des larves qu'il faut qu'elles nourrissent.
Messor barbarus: j'ai eu une naissance de major, une ouvrière avec donc une tête plus claire ! Dommage que cette différence de couleur entre la tête et le reste du corps ne persiste pas dans le temps. La colonie se développe plus vite depuis que j'ai quasiment arrêté d'humidifier le nid; un abreuvoir est à disposition dans l'ADF. Sur la deuxième photo, j'ai une larve "plate". Ou j'ai loupé un épisode et ce n'est le signe de rien du tout ou c'est un indicateur, mais lequel ?
Fine

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:46
Camponotus albosparsus: de vraies tropicales. Je les ai mises dans un cyclants et elles se sont installées dans les salles les plus proches de la réserve d'eau qui plus est, celles qui bénéficient du rayonnement de ma lampe rouge pour mes tortues de terre. Elles sont devenues soudainement très actives. Donc pour résumer:
  • 30°C, en tant que minimum...35°C doit être pas mal
  • 100% d'hygrométrie
Reste le problème du fourragement (pas une mince affaire). Un peu compliqué...heureusement que je les ai bien gavées avant la mise en nid, ce qui me laisse le temps de m'adapter; je vais donc "fermer" l'ADF afin que l'hygrométrie soit également élevée dans l'ADF, tout en permettant l'aération du nid. Un sacré challenge !!
Camponotus cf nicobarensis: beaucoup plus faciles, sans commune mesure ! De vraies goulues, elles en sont à leur deuxième mouche, ne dédaignent rien: pomme, miellat et ont de très fortes physogastries. Elles n'ont pour l'instant aucune larve (la grappe d'oeufs est sympa et conséquente tout de même) mais se comportent comme de vrais soutiens de famille ! Je continue à les observer afin de voir ce qui leur convient le mieux. Elles ont tout de même changé de place pour s'installer près de la réserve d'eau. Elles sont dans un nid plat de chez Fourmis.fr classique. A suivre...
 
Camponotus maculatus: c'est de la vraie folie !!! La démographie est galopante et il faut voir ce qu'elles engloutissent. Hier, sous l'effet de la chaleur, elles m'ont torché 3 abreuvoirs de miellat (je précise qu'elles ont de l'eau à disposition), quand je dis torché, l'abreuvoir était propre de chez nickel, je n'aurais pas fait mieux en le lavant !! Il y a désormais plus de mille ouvrières (j'abandonne tout comptage), une vraie réussite dont je ne suis pas peu fier ! C'est amusant car tout en ayant beaucoup de place, elles préfèrent (pour l'instant ?) rester dans le nid sur un seul plateau et pour se faire, les piles de cocons deviennent de plus en plus hautes histoire de gagner de la place, sont déplacés régulièrement. La gestion des odeurs est un peu particulier chez Camponotus. Si une ouvrière doit être nettoyée à l'eau (cela peut arriver qu'elle reste collée au miellat artificiel même si c'est très très rare) ou est trop en contact avec une proie qui utilise des phéromones répulsives, elle perd son odeur coloniale et est prise pour une étrangère et est attaquée par les autres membres. Je n'ai jamais observé un tel phénomène chez un autre genre. C'est d'ailleurs surement pour cela que les Camponotus sont des adeptes inconditionnels et perpétuels du toilettage entre membres peuplant une colonie. Il doit surement y avoir des publications scientifiques à ce propos mais l'observer et le constater de visu est assez intéressant.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 10:26
Ma commande d'Allemagne est arrivée aujourd'hui ! Toujours aussi professionnel Antskalytta.de, franchement rien à redire. Quand on compare à un autre site allemand soit disant discount (et c'est vrai que les prix sont plus attractifs - commander des fourmis pour qu'elles meurent est peu utile sinon à perdre du temps, de l'argent...), que je ne citerai pas , il n'y a vraimant pas photo selon la formule consacrée. Les deux tubes ont/avait un morceau d'essui-tout à l'intérieur (ingénieux): cela permet d'absorber les surplus d'humidité pour des espèces qui en demandent peu tout en amortissant les chocs du transport. Et peut être que pour les Camponotus cela absorbe d'éventuels lâchés d'acide formique. Donc deux espèces: Camponotus cf nicobarensis et Plagiolepis sp.
--------------------------------------------------------
Plagiolepis sp: pour l'instant je les laisse dans le tube par manque de temps mais dès demain ou ce soir en rentrant du boulot je m'en occupe...cela me laissera un peu de temps sur le choix du nid, j'en ai deux potentiels.
Camponotus cf nicobarensis: elles sont vraiment d'une zenitude à toute épreuve, des asiatiques, vraies de vraies. J'ai ouvert le tube et déposé le morceau de sopalin dans l'ADF du nid, croyez-vous que cela les aurait affolées ? Pas le moins du monde. J'en connais d'autres qui auraient couru dans tous les sens, elles non !!! Tranquilloutes, certaines sont allées explorer le nid, d'autres sont allées, sur le même rythme, se gaver de miellat. La gyne, guère plus farrouche, s'est installée dans le nid: elles sont actuellement dans la partie la moins humide, en bonnes fourmis lignicoles de base. Heureusement d'ailleurs qu'elles étaient tranquilles car ce n'est qu'une fois dans l'ADF que je me suis rendu compte que j'avais oublié l'anti-évasion !!!!! Il y a 14 ouvrières, 2 cocons et de nombreux oeufs. Que demande le peuple ?!!! Deux photos faites à l'arrache:
   
Camponotus truncatus: je leur ai déposé une mouche dans l'ADF hier soir (les nourrir le soir - important) sans grand espoir, me disant qu'au regard de la taille de la proie et de leur timidité, elles allaient surement l'ignorer. J'ai été étonné de voir, à minuit, qu'un bon nombre de minor entourait la dite mouche. Mais j'ai été encore plus surpris de voir que ce matin la proie étaient dans le nid et qu'elles étaient toujours dessus !!! Je sens que pour cette colonie, cela s'annonce sous de très bons hospices; pourvu que cela dure....
That's all folks

Partager cet article

Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 13:23
Cataglyphis velox: en les observant mieux, je me suis demandé ce que tenait une ouvrière entre ses mandibules (il faut s'approcher doucement et pas de trop près car elles ont une excellente vision et voient très bien l'humain que je suis) de blanc...une grappe d'oeufs bien sûr ! D'une part je n'espèrais pas une ponte au bout d'une semaine d'installation et d'autre part une telle quantité d'oeufs non plus, je ne vais pas me plaindre ! J'ai eu une ouvrière très assoiffée (photo n°1) qui a plongé la tête entière dans l'abreuvoir d'eau, un vrai régal pour les yeux.
 
C'est assez amusant de les voir moduler leur hauteur (pour les plus vieux d'entre vous, elles font penser à des DS avec leurs suspensions hydrauliques - la voiture à popa pour moi, à grand-papa pour d'autres) en fonction de leur besoin. La jointure de leurs pattes (leurs genoux pour être plus parlant) se ferme et leur corps traine au sol (les 1 cm de hauteur des salles du nid suffisent), par contre pour courir et prendre une posture agressive (ou dans leur milieu naturel pour s'éloigner le plus possible de la chaleur du sol) cette même jointure forme un angle de plus de 45° et elles décollent du sol d'un bon centimètre. Bref, des pontes, des physogastrie: TOUT VA BIEN :-)

Partager cet article

Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 09:56
Rien de tel qu'un jour férié pour se la couler douce et myrmexemant !
Ponera coarctata: pas grand chose à en dire, en même temps, elles ne m'ont jamais rien promis et encore moins le grand soir...elles fourragent, se nourrissent mais c'est bien tout ! Sans couvain, je ne vais pas aller bien loin :-(
Camponotus lateralis: le mâle a enfin déployé ses ailes, ce qui ne plait pas du tout aux ouvrières. Certes les Camponotus sont des lentes et c'est à prendre en considération mais le sans ailes doit bien aider pour passer inaperçu au sein de soeurs très "vaginocrates" !!! Ses heures sont comptées, malheureusement. Je me suis planté hier, il reste 5 cocons et j'ai un deuxième mâle...aaarrrrggggghhhhh...de là à croire qu'il faut un matyr de service ;o)
Cataglyphis velox: vraiment fascinantes. Au bout de deux jours de lampe, elles ont déjà pris des habitudes de climat aride avec surchauffe solaire dangereuse; elles fourragent le matin très tôt. Entre truncatus qu'il faut nourrir la nuit et elles qu'il faut nourrir le matin, chacune son rythme. Elles ont commencé à évacuer un cadavre d'ouvrière (il en reste encore deux) dans l'ADF, quelques restes de mouches et s'abreuvent. Quand la lampe "tape" par contre, elles restent au nid mais sont toutes émoustillées à l'intérieur: il ne manque plus que le couvain et le tableau serait idyllique.
Lasius emarginatus: ce n'est pas la grande évasion (doux Jésus merci) mais quelques ouvrières se font la malle. Je n'ai pas pensé que la chaleur qui augmente allait finir de sécher l'anti-évasion; elles parviennent donc à passer dessus, avec prudence mais elles passent tout de même. Ce n'est pas du mono couche garanti 10 ans ;o)
Camponotus albosparsus: mise en nid prévu cette après-midi ! Deux jours que le cyclants fait trempette, j'espère que cela ira, les Camponotus cf nicobarensis (je ne parviens toujours pas à retenir le nom) prendront un nid plat.
A suivre...

Partager cet article

Repost0