Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 00:12

L'alimentation du blog va être plus difficile, les diapauses se préparant pour ne pas dire qu'elles ont un peu commencé chez certaines espèces. Les nuits sont fraiches (dans les 14°C) et mon salon est ouvert en permanence. C'est flagrant chez mes Formica lusatica dont d'ailleurs le nid après une saison d'activité est d'une saleté sans pareil; il va falloir que je trouve une solution. Déjà que la visibilité était mauvaise... Les Lasius sont encore entre deux eaux, si j'ose dire. Mes Temnothorax ne font déjà plus rien du tout; l'ADF est désertée.

------------------------------------------------------------

catavelox120020.jpgCataglyphis velox: voici une partie seulement des cocons de la colonie. Il y en a en tout 52 !!! Et j'ai encore des larves. Vue le peu de facilité avec laquelle je les élève, surtout je les laisse faire et, si c'était en mon pouvoir, je les encouragerais même à continuer sur cette lancée. En plus, les cocons sont assez balaises et laissent présager de bon gros major. Elles sont sympa à regarder; elles courent sur leurs longues jambes dans le nid alors qu'elles pourraient trottiner tranquillement mais c'est ainsi et assez amusant. Il n'y a que la gyne à rester placide. Je l'ai même vu "l'oeuf au cul" cette après-midi. Pondre au mois de septembre, est-ce bien raisonnable ?? En ce qui les concerne, la diapause est des plus simple: je stoppe le chauffage et elles entrent dans une période d'inactivité.

------------------------------------------------------------

Crematoscutell0120020.jpgCrematogaster scutellaris: une courte vue du nid pour clôturer ce court billet de fin de week-end. Elles occupent à peu près 50% du nid et comme la partie habité ne l'ai pas à 100%, cela me laisse encore ne marge importante. A leur décharge, ce ne sont pas de grandes fourmis aussi. On sent quand même un frissonnement saisonnier avec beaucoup moins d'ouvrières dans l'ADF à cause de la baisse des températures. Je n'ai pas encore arrêté de décision concernant une éventuelle diapause. Même si je ne leur en fait pas faire une (comme l'an dernier), l'activité sera quelque peu réduite. A voir...

 

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 00:01

Niark niark niark, je les ai prises en flagrant délit de déménagement du couvain dans l'ADF ! Cela ne leur a pas trop plu, pour le moins. La gyne est quand même franchement impressionnante en taille (je ne m'en lasse pas), je me demande même si elles n'est pas plus grande que ma gyne Camponotus maculatus. Quoi qu'en longueur ce n'est pas dit, mais en largeur, je la trouve plus solidement charpentée...

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 16:45

Vous avez été sages, vous avez droit à une image qui bouge !

PS: évitez de trop grossir la vidéo, mon APN ne fait que 4 MP, pas de miracles à en attendre !

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 00:01

male00000.jpgMâle: ce sera LA photo pourrie du mois (cela tombe bien, il ne devrait pas y en avoir beaucoup), promis, je ne récidiverai pas (quoi que !). En l'occurence un mâle que j'ai trouvé dans une toile d'araignée sur mon balcon. Pour ce qui est de déterminer l'espèce, je présume (restons prudent, je suis plutôt nul en identification) que c'est un mâle Tetramorium. Il y a une colonie dans le muret qui ceinture ma compropriété; j'ai même vu, il y a quelques mois, des princesses sortir en file indienne d'une fissure alors que je partais au boulot en pleine après-midi (rien ne les arrête ces pestouilles de Tetramorium). Je ne sais pas si le bellâtre a connu les affres ou les délices de l'accouplement (je le souhaite, ce serait dommage pour lui) mais assurément, la fin aura été plus tragique. Quoi que, il se sera fait bien sucer la substance (rhôôôô) par une araignée avant de mourir LOL ! Autant dire que c'est petit rikiki, dans les 3 à 4 mm à peine, un vrai sexe sur pattes, ou du moins, un sexe sous ailes. A force de le manipuler, je l'ai coupé en deux... je n'aurais aucun remord, il était déjà mort.

---------------------------------------------------------

Crematogaster scutellaris: le développement est vraiment impressionnant ! Elles sont un rien des pestes quand même. Non seulement une ouvrière cramponnée aux poils d'un pinceau ne lâche pas facilement, quitte à mourrir, elles mangent absolument de tout, faisant ainsi preuve d'un opportunisme digne des Tetramorium, leur gastre dégageant une hormone de recrutement est très efficace, et leur couvain ferait pâlir n'importe quelle espèce !!! Heureusement que ce n'est pas ma première colonie car entre le développement très lent au début, j'eusse désespéré, et leur développement de fou de maintenant, je serais effrayé. Je crois que j'ai autant de nymphes que d'ouvrières actives. La seule chose de rassurante est de savoir qu'un nid sec (avec abreuvoir à eau dans l'ADF) leur convient très bien; aussi grosse que devienne la colonie, je n'aurais aucun mal à les loger.

crematogasterscutellaris1200580.jpg crematogasterscutellaris1200581.jpg crematogasterscutellaris1200582.jpg

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 12:00

Miellat1236000.jpgMiellat: oh oh oh ! En ouvrant ma bouteille de miellat un bruit bizarre s'en suivait, un genre de pschitt façon limonade. J'avais également des sortes de "glaires" dans le mélange (désolé pour l'image peu appétissante - je ferais mieux la prochaine fois). Je me suis dit "ça n'a quand même pas fermenté ?". Puis vint le test imparable de l'odeur: le fumet de vinasse !!!!!!!!!!!! Boouuuuhhhhh ! Mes Camponotus maculatus n'ont pas trop apprécié le breuvage aigre/alcoolisé et me l'ont démontré  (elles sont très démonstratives) en vidant tout simplement les abreuvoir, tant qu'à faire  autant qu'elles fassent comme à la maison ! Lasius et Formica n'ont pas vraiment fait la différence. Je tiens à souligner que c'est un peu de ma très grande faute: je suis fainéant et au lieu de finir ma bouteille de miellat, j'en rajoutait et j'en rajoutait. Ceci doit expliquer cela. Je mets désormais ma bouteille du frugal breuvage au frigo, histoire de ne pas renouveller l'expéreince. Pour ce qui est de savoir ce que j'ai fait au juste (hydromel ?), cela restera un mystère. J'ai jetté de toute manière.

------------------------------------------------------------------------------------

cruelles1265005600.jpgCamponotus cruentatus: elles sont désormais 31 ouvrières !!! YES ! Certes, je n'ai qu'un seul media et que des minor mais la progression de la colonie me fait plaisir. Il ne faut pas oublier que ce sont des Camponotes, doucement est souvent vite assez ;o). Par contre, je ne comprends pas pourquoi la gyne a encore pondu alors que la diapause est sur le point d'arriver et qu'il n'est pas question que je leur épargne cette petite séance de froid qui leur fera du bien, à la rigueur je l'écourterai peut-être et leur éviterai les très grands froids de décembre. Ce sont des sudistes et même si j'en ai bavé, j'y tiens ! Rien de bien nouveau sinon, elles aménent souvent les cocons dans l'ADF; recherche de chaleur ou d'un milieu plus sec que le nid ? Les deux peut-être...

------------------------------------------------------------------------------------

Camponotus lateralis: elles ont pris possession de leur nid. D'abord elles ont bouché l'entrée avec les morceaux de quartz que j'avais mis à disposition (c'était prévu à cet effet; c'est tellement mieux que les cadavres de mouches utilisés dans l'ancien cyclants qui leur servait de logis). Ensuite, elles ont utilisé un peu de la semelle en plâtre (miettes) pour se sécuriser et éviter que l'air passe entre la plaque de plexi de dessus et celle des salles. Ce n'est pas très original, à peu près toutes les espèces agissent ainsi. Elles par contre, ont été contentes de retrouver du vrai miellat et non cette sorte d'eau sucrée alcoolisée. Les larves ne sont nourries que par trophallaxies, aucune proie n'est ramenée au nid. De vraies discrètes peureuses, des choupinettes à son pOpounet adoré quoi ;o) et je ne leur en tiens pas rigueur., bien au contraire. Mais comprenons-nous bien; tant qu'elles restent sages et se développent. Je suis fort satisfait (ralalala la tournure de phrase lol) de ma graisse mécanique en guise d'anti-évasion. Je ne voudrais pas non plus m'avancer mais je crois que j'en ai définitivement fini avec l'huile de paraffine, je n'y vois plus que des inconvénients. Ah j'oubliais (tttttttttttttttsssssss), la gyne a fait une petite ponte visible au milieu de la deuxième photo.

lateraliscmpnt00120.jpg lateraliscmpnt00121.jpg lateraliscmpnt00122.jpg lateraliscmpnt00123.jpg

See you later !

Partager cet article

Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 01:01

Beuhoua... non seulement je manque de temps (c'est de pire en pire), je suis fainéant aussi, il n'y a pas grand chose de neuf et pour couronner le tout, ça caille !!! L'automne approche mine de rien.

-----------------------------------------------------------

papillon0001.jpgUn nouveau gros papillon de nuit s'est introduit chez moi (c'est plus sympa que les araignées mais tout aussi impressionnant en taille !). Cette fois la robe est différente et n'arbore pas un beige-orangé mais un joli nuancier de gris (je ne parviens pas à l'identifier et il sera bouffé avant de toute manière). Qui s'est-il qui va encore se régaler avec une telle proie de choix ? Mes Camponotus maculatus bien entendu ! C'est gros, c'est bien gras, c'est forcément pour elles. Je ne vous dirais pas quel doigt j'ai utilisé pour vous donner une idée de la taille. Je suis un garçon de bonne famille bien élevé. Si vous êtes sage, je vous ferai une vision d'horreur avec une nouvelle araignée chopée dans ma cuisine hier: ré-pu-gnante absolument. Une "envergure"  de pattes assez pas mal grande dans le genre. J'ai beaucoup de mal à la photographier mais vous devriez être assez horrifier en la voyant. Rien de plus dégueux. C'est bien la peine d'être en ville pour se faire poursuivre par toute une kyrielle d'insectes qui entrent chez moi sans invitation et de façon impromptu !!!

-----------------------------------------------------------

Cataglyphis velox: je ne cherche même plus à comprendre mais elles sont en plein boom démographique. La gyne a même de nouveau pondu, donc je ne touche à rien et les laisse faire. Je n'ai pas souvenir que le couvain ait été aussi important et les cocons aussi gros ! J'adore voir les larves se nourrir seules comme des grandes et allonger leur longs cous voraces sur un morceau de mouche déposée par les ouvrières. Comme vous le voyez, le nid n'a rien d'extra et son chauffage encore moins. Ce serait quand même bien qu'elles prennent un peu leur envol après tant de galères !

CataglyphisVeloxxx123654800.jpg CataglyphisVeloxxx123654801.jpg CataglyphisVeloxxx123654802.jpg CataglyphisVeloxxx123654805.jpg
CataglyphisVeloxxx123654804.jpg CataglyphisVeloxxx123654806.jpg

That's all folks !

Partager cet article

Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 10:03

Temnothorax unifasciatus: la Temno family recomposée se porte bien ! Tout le monde est sur le couvain et la gyne a une belle physogastrie; elle a dû bien se faire gaver car je ne pense pas qu'elle ponde de nouveau en cette saison (la diapause approche quand même). Rien à voir avec la gyne d'origine qui, non seulement avait un gastre minuscule mais en plus se promenait dans le tube. Je serais quand plus rassuré de voir apparaitre les premières ouvrières de la gyne adoptée; je ne suis pas à l'abri d'une gyne non fécondée qui me ferait des mâles.

temnofamily001.jpg temnofamily002.jpg

J'ai eu un peu de mal à les photographier et cela se voit. Je rapelle aussi, qu'il ne faut pas booster une fondation avec un apport de couvain étranger. Le présent billet pourrait laisser entendre qu'il est facile de grossir une colonie, surtout lors de l'étape un peu longue et lente de la fondation. Ici, il ne s'est agit que de remplacer une reine morte (la colonie était de toute façon contamnée), il s'agit de Temnothorax (tous les espèces n'ont pas le même comportement).

Ces petites Temnothorax, pas toujours très palpitantes, auront été pour moi (et cela va continuer je l'espère) l'occasion de "tester" plein de choses différentes: de la reproduction en milieu artificiel, à l'adoption. Bref, une source d'intérêt !!!

---------------------------------------------------------

Messor minor hesperius: ce qu'elles peuvent bouloter comme graines, c'est assez impressionnant. Le rythme de croissance s'est franchement accéléré, sans pour autant voir l'effectif de la colonie exploser (pas encore). Les naissances compense aussi les ouvrières première génération dont la durée de vie est courte chez le genre. En tous les cas, je les trouve plus rapide que les barbarus qui vivotent un peu dans leur tube. Amusant parfois de les voir réagir de façon disproportionné (considération toute humaine, j'en conviens). J'ai mis une mouche morte dans l'ADF, ce qui a eu pour résultat l'obsturation avec des graines et la mouche en question de l'entrée du nid. Le lendemain, l'entrée était dégagée mais en plus, elles mangeaient la mouche !!!

MessorHESP120020.jpg MessorHESP120030.jpg MessorHESP120031.jpg MessorHESP120032.jpg

Partager cet article

Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 01:33

Temnothorax unifasciatus: mauvaise nouvelle, ma fondation avec ses trois ouvrières a perdu sa gyne !!! Je trouvais bien qu'elle avait un comportement bizarre vendredi 20 août. A force de passer du temps avec elles, on en arriverait presque à comprendre chaque battement d'antenne, ce n'est certes pas très rationnel et difficile à expliquer, mais on acquière presque une sorte de feeling. J'ai donc enlevé le cadavre de la gyne et j'ai laissé quelques jours ainsi avant de me décider pour une adoption. Je n'ai pas trop fait dans le sophistiqué, j'ai versé une de mes gynes en cours de fondation dans le tube de la p'tite colonie et j'ai déposé ses 10 oeufs à l'entrée du tube (bien avancés d'ailleurs, puisque par transparence on voit les larves à l'intérieur, avec une bonne loupe tout de même), comptant sur ce brave phénomène de la pléométrose pour que cette affaire fonctionne, ainsi que la placidité de ce genre.

Les deux ouvrières première génération étaient près du coton qui bouche le tube: orphelines cherchent mOman ? La première ouvrière à avoir pris contact avec la nouvelle gyne est la dernière née, la plus grande; aucune réelle agressivité, après s'être mutuellement senties à coups d'antennes, l'ouvrière a léché la nouvelle venue de la tête jusqu'au thorax avant d'effecter une belle trophallaxie. Quant aux deux autres lascardes, elles ont vite trouvé les oeufs toutes contentes et en ont fait un joli tas. Reste à savoir si la nouvelle gyne ne mangera pas les quelques larves qui ne lui sont pas apparentées. Même si, après tout, les gynes étant soeurs à l'origine, je ne fais pas le pari d'un échec. Crossed fingers !!! Cela fait quand même bien chier de perdre une gyne... en même temps, je teste l'adoption chez ce genre donc à tout malheur bonheur est bon. A suivre...

-----------------------------------------------------------

Lasius emarginatus: la gyne ailée trouvée (dernier post) ne détachant non seulement pas ses ailes mais restant de surcroit sur le coton de sortie, je l'ai relâchée cette nuit. Il ne reste plus qu'à lui souhaiter bonne chance.

-----------------------------------------------------------

Campontonus lateralis: j'ai effectué le déménagement d'un cyclants à un ancien nid plat. Comme d'habitude, je n'ai pas fait dans la dentelle en ouvrant l'ancien nid pour vider son contenu dans l'ADF du nouveau. Je pensais en baver plus que ça: en fait les ouvrières restaient scotchées aux parois de la roche reconstitué de l'ancien nid en paquet; il m'a suffit de les faire tomber avec un pinceaux en plusieurs vagues. Je n'ai eu que deux pertes ! Et c'est là que je me rends compte que le couvain est vraiment impressionnant. Il y a plus de larves que d'ouvrières. Elles n'ont pas spécialement été longues à s'installer. Par contre, ce qu'elles peuvent être craintives; elles sont passées de la salle la plus humide à la salle la plus éloignée de l'éclairage de la cuisine où elles créchent. En tout cas, le nouveau nid est un régal pour l'observation, rien à voir avec l'ancien, il n'y a pas photo comme on dit ;o)))

lateralis000012540.jpg lateralis000012542.jpg lateralis000012543.jpg

J'ai pris mon pied à les observer s'organiser. Il y a d'abord la phase de la découverte du nid, puis la sauvegarde du couvain qui est rentrée en plusieurs endroits du nid après un parcours frénétique via les antennes des ouvrières de l'ADF. Ensuite seulement, sa sérénissime majesté, entourée d'une solide escorte, est invitée à rentrer à son tour dans le nid. Pour finir, les ouvrières rassemblent toutes les larves en deux endroits du nid (photo n°2 et n°3). J'espère qu'elles ne me tiendront pas rigueur de ce petit déménagement de confort pour moi et mes yeux voyeurs !

Partager cet article

Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 00:04

- LASIUS EMARGINATUS -

Le moment de pause au boulot est toujours épique, aller vite faire pipi, manger un truc rapidos, ne pas oublier d'aller griller sa blonde (alias clopos) donc sortir dehors etc. Je fais un p'tit tour en salle de pause, ce qui est plutôt rare puisqu'on y a plus le droit de fumer et que vois-je sur le carrelage, ni plus ni moins qu'une pépette, les ailes hirsutes !!! Première gyne que je vois de l'année (c'est fortiche) et c'est dans une salle d'un habitat de plus de 15 000 m2. La rencontre était plus qu'improbable et elle c'est quand même faite. Si je visualise bien le lieu d'essaimage (il y a de gros projecteurs sur la façade près de la bais vitrée de la salle de pause, je me demande encore comment elle a fait pour pénétrer dans les locaux vu qu'il y a belle lurette que les petits wasistas sont condamnés.

Je ne ramasse pas les reines ailées (plus communément appelées princesses) car elles ne sont tout simplement pas fécondée et ne sont donc pas à même de fonder une colonie. Présentement, il n'y avait pas 50 solutions; soit je la ramassais (j'ai toujours un tube à essai sur moi), soit une collaboratrice horrifiée à la vue d'une fourmi ailées l'écrassait sans remord (tout le monde ne sait encore pas que selon l'adage maternel, qui n'est que vérité, les petites bêtes ne mangent pas les grosses), soit en dernier recours elle allait mourir dans un coin du bâtiment (il n'y a pas de sortie possible). Je verrais bien, si jamais elle ne donne rien, il sera toujours temps de la relâcher un soir à la fraiche.

C'est une mémère Lasius emarginatus, la couleur brique de son thorax ne laisse que peu de doute, l'espèce est très commune dans la région. Par contre, elle est vraiment balaise, 1 fois et demi plus grande et volumineuse que celle de ma grande colonie. Si ce elle n'avait cette morphologie typique de Lasius (proportion tête, thorax et gastre), on pourrait la prendre pour un Formica. Dans le tube de transport, peu humide, elle restait tranquille. Je l'ai mise dans un vrai tube avec réserve d'eau et la seule chose qui l'a intéressé est l'eau. D'abord pour faire une halte afin de se désaltérer. J'ai adoré mater sa tête enfoncée dans le coton et voir ses palpes labiaux boire tout simplement. Une fois cette tâche effectuée, elle s'est nettoyée le popotin et maintenant elle s'intéresse vraiment à ce coton humide qu'elle ne lâche plus. A priori, elle doit être fécondée. Quand une demoiselle fourmi ne l'est pas, elle cherche avec archarnement à sortir et s'attaque au coton qui ferme le tube. Wait 'n' see !

LasiusemarginatusGyne01250.jpg LasiusemarginatusGyne01254.jpg LasiusemarginatusGyne01252.jpg LasiusemarginatusGyne01253.jpg

Partager cet article

Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 01:28

Temnothorax unifasciatus: la fondation home made se porte bien ! J'ai désormais 3 ouvrières, dont deux de première génération, donc toute chétive et petites. La troisième, l'imago fraichement né, est de grande taille, cela se voit qu'il a été nourri non sur les réserves de la gyne mais par ses soeurs. Puisque je parle de cette dernière, à savoir la reine, elle a un comportement étrange parfois, se baladant dans le tube, comme si le couvain ne l'intéressait pas le moins du monde. Elle délègue le nourrissage des larves (rien d'extraordinaire) mais va également elle-même se nourrir directement sur le coton de miellat ou la mouche à disposition. Si cela lui fait plaisir... Pour conclure, j'ai deux grosses larves, deux petites et quelques oeufs qui ne sont pas très vieux. Je me demande quand même si les deux ouvrières première génération passeront la diapause. Ce ne sont même pas des choupettes mais de petites choupinettes hein.

Pour ce qui est des autres gynes en cours de fondation, c'est lent, mais d'une lenteur...

  • une est décédée (merdum cacadum)
  • trois ont un joli tas d'oeufs/larves (difficile de distinguer)
  • deux n'ont rien du tout (attente de la diapause ou absence de fécondation ?)

Je n'aime pas ce genre de décompte, pas coolos. Je ferais bien des tests de dons de nourriture pour voir ce que cela donne. Sauf qu'il y en a quand même une qui a pondu sur le coton de sortie de tube (elle n'a rien trouvé de mieux pour me faire chi*r celle-là). D'ailleurs, les tubes ont dangereusement épuisé leur réserve d'eau (pourquoi cela ne le fait pas comme JE veux - je veux et j'exige). C'est encore une autre histoire et ce sera pour un autre billet.

temnofondation001.jpg temnofondation002.jpg temnofondation003.jpg temnofondation004.jpg

Lasius flavus: elles semblent se "réveiller" un peu mais ce n'est pas follichon ! J'ai 30 ouvrières (je ne suis jamais allé aussi loin avec cette espèce - difficile de les compter les imago se cachant sous les jupons de mÔman), 10 nymphes et 10 larves. Un petit potentiel futur de 50 bébêtes. Comble du bonheur (surveillez le ciel, les vaches ont des ailes et cela va faire mal; un petit henné ?), la gyne a fait une petite ponte, elle ne s'est pas foulé un ovaire, 'tain, elle est vraiment chiche. Le nourrissage est un vrai calvaire, si elles n'ont pas le miellat sous les antennes, et je ne parlerais même pas des insectes morts, elles font ramadan :-( On peut toujours s'en remettre à une hypothétique bonté divine (sans moi - ni de ça, ni d'autre chose d'ailleurs) mais cela ne fait pas spécialement avancer l'effectif de la colonie. Le plâtre de mon home made de nid est tâché, une grosse tâche marronnasse et gluante à l'emplacement de la nourriture of course, sans compter qu'il est beaucoup trop grand, je me tâterai bien pour rajouter du sable, en même temps, si cela leur complique encore plus l'accès à la nourriture, est-ce vraiment une bonne idée ?? En baver autant avec des Lasius de jardin, en vérité je vous le dis, il faut vraiment en vouloir et avoir la foie, la foix, la fois et la foi !!!!!!

Lasiusflavussss00250.jpg

Lasiusflavussss00251.jpg

Lasiusflavussss00252.jpg

Camponotus maculatus: puisqu'on est dans la thématique des fourmis jaunes (bizarre d'ailleurs... cela alimentera un titre, justement je cherchais un truc à la c*n), juste pour signaler que j'ai acheté des citrons bio (filet de trois - ça douille un peu niveau prix quand même) et que j'ai mis quelques zestes dans le dépotoire. Non seulement je ne l'ai pas vidé à 100% lors de ma séance conchita mais il se remplit vite. Quel plaisir de se pencher au-dessus de leur nid et de sentir cette bonne odeur de citron plutôt qu'une odeur de vieille charogne faisandée d'il y a quelques siècles (momie, vous avez pensé momie ? Moi auchi) !! J'observerai si cette odeur étrangère les gêne, sa durée dans le temps (même si avec trois citrons, j'en ai pour longtemps) si ce n'est pas le cas, je renouvellerai l'opération.

That's all folks !

Partager cet article

Repost0