Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 16:01

Camponotus maculatus: ah les camponotes et leurs odeurs !! Pour la ch'tite histoire j'ai trouvé un major trempé dans l'abreuvoir à eau (le pépère ne se débattait pas de trop non plus), ni une ni deux, je le sors et là il s'est immédiatement fait mordre par une autre ouvrière qui ne lui lâchait plus la patte. Je les ai "décollés" et j'ai séché le major. Une fois que j'ai remis ce dernier avec ses soeurs, ce ne fut pas très simple; plusieurs ouvrières l'entouraient et manifestaient de l'interrogation (tâtonnement d'antennes, utilisation du goût - si si, je vous assure, elles goutent les autres) et en même temps de l'agressivité. Comme le major ne témoignait pas de mouvements hostiles, mieux il a demandé une trophallaxie (roule-moi un patin et dis-moi que tu m'aimes), elles se sont toutes mises à le lécher avec minutie. Tout ça pour dire que les Camponotus sont, à ma connaissance, les seuls à avoir ce genre de "souci" d'identification entre eux qui peut aller jusqu'au fratricide (je n'ai jamais observé de telles attitudes chez Lasius par exemple). Dans ma petite histoire, il aurait fallu qu'une seule des ouvrières qui entouraient le major lui dépose de l'acide gastrique sur la chitine et il était mort, toutes les autres auraient suivi le mouvement et l'aurait démembré. Je ne sais pas à quoi il faut attribuer ce genre de comportement: est-ce un désavantage de la grande taille ? Sont-elles plus pointilleuses ou méfiantes à l'égard de l'odeur coloniale ? Dans un tout autre registre, j'ai testé les capsules Régilait (lait concentré non sucré - avec du sucre, cela aurait été triché ou c'était gagné d'avance): grand succès, elles aiment ! Certes, je vous fais crédit (objection votre honneur - ton honneur toi-même d'abord !!) que c'est un liquide et qu'en bonne espèce de milieu désertique, elles courent après tout liquide, quel qu'il soit. Leurs gastres se colorent en blanc.  Si je voulais m'amuser, je pourrais faire toutes les couleurs de l'arc en ciel, observer dans quelles mesures les couleurs progressent, se mélangent ou pas au grès des trophallaxies.

----------------------------------------------------------------------------------

Solenopsis fugax: madame poursuit son chemin, j'ai plusieurs nymphes (j'en ai compté 5). Qu'il me tarde de voir la colonie se développer, vous n'avez même pas idée. Je continue à humidifier le coton qui bouche le tube (tous les 2/3 jours) afin de maintenir une forte hygrométrie. Tout est affaire de dosage, surtout avec la chaleur qui revient. Trop et de la condensation se forment dans le tube, ce qui, malgré l'attention très maternelle de la gyne, peut être dangereux. Pas assez, c'est la mort assurée de la fondation.

Solenopsisfff01.jpg Solenopsisfff02.jpg Solenopsisfff03.jpg Solenopsisfff04.jpg

Temnothorax unifasciatus: le génocide a commencé... j'ai une dizaine de cadavres de "gynes" dans le dépotoir (je n'ai pas pu faire la photo, panne de batterie de mes 2 APN - rage against the machine). J'ai plus de mâles que ce que je croyais, j'en ai dénombré 6 en tout. J'aimerai bien connaitre le secret qui les pousse à essaimer, cela me simplifierait un peu la tâche. J'ai essayé de les chauffer et éclairer avec une lampe, ce qui les met en effervescence; elles s'activent comme des malades sur le couvain pour qu'il soit au plus chaud (on se calme les choupette, ZEN) mais n'affecte pas du tout les sexués. En plus, cela provoque de la condensation, très dangereux pour les ailes des princesses. J'en ai d'ailleurs une de collées (no comment)... j'ai confectionné mes petites tubes à essai, on verra si j'ai autant de chance que l'an dernier et si je peux choper quelques gynes dans l'ADFet si, et si, et si. Vous connaissez l'histoire aussi bien que moi.

Temnothoraxxxx01.jpg Temnothoraxxxx02.jpg Temnothoraxxxx03.jpg Temnothoraxxxx04.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires