Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 00:01

The Messiah

Chose promise, chose due (pas de chance hein ?!). Quelques extraits de l'oratorio majeur de Haendel, en tout cas, il manquera sacrément son époque et les suivantes aussi, à l'image du Miserere d'Allegri. Surement le coffret CD que j'ai le plus usé avec Jules César du même compositeur. Un puissant hymne à la gloire du Christ ! Il n'y a pas de version définitive de cette oeuvre: Haendel a révisé et adapté plusieurs versions en fonction des circonstances et des chanteurs dont il pouvait disposer. Même Mozart remaniera la partition pour une réprésentation. Finalement à l'image de la chrétienté, il n'y a pas UN messie, mais plusieurs (comme l'histoire et l'Histoire sont ironniques, Dieu si tu me lis, merci pour ces clins d'oeil !). Les textes en anglais (de l'époque , il va sans dire) sont largement inspirés de la Bible (un vrai piochi-piocha des textes). La prépondérance des choeurs est importante; illumination collective ;o)))

-----------------------------------------------------------------------

Par ordre d'apparition, comme d'habitude !

Comfort Ye, My People : (suivi de Ev'ry Valley Shall Be Exalted mais on s'en fout) people est à prendre au sens originel "peuple" et non "gens". Merci aux normands d'avoir tant marqués la langue de la Grande Bretagne (une extanction territoriale, ni plus, ni moins lol). Quant à com-fort (latin cum = avec, donc fort avec) Pour ténor léger, un ténor lyrique serait une abérration mais on trouve quand même !!!

For Unto Us A Child Is Born: il est né le divin enfant !!!! Très créchatique, à ne pas confondre avec créchiatique ! Tout est joie et wonderful (les emmerdes commencent pour tout dire, mais ils ne le seront que bien plus tard). En fait, c'est d'une candeur assez délicieuse, surtout avec le choeur d'enfants soprani ;o))) Quelques angelots joufflus et on s'y coirait, laissez l'âne dehors, il sent le bouc.

Hallelujah: le seul et l'unique, qui ne connait pas ??!!! "king of king, lord of lord" -> "roi des rois, seigneur des seigneurs". Un vrai tube classique chrétien (c'est à la mode chez tous les grands discaires en ce moment). Même en étant mécréant comme je le suis, je ne peux que succomber à la magie de la partition.

He was despised: ce pauvre chou de Jésus, rejété par les humains. Et en plus pour contre-ténor mais je pense que la correspondance est une analyse apocryphe, non voulue à l'époque. Le registre était très utilisé (même en Angleterre anglicane, contre-ténor et enfant soprano étaient la règle pour le religieux - exist les meufs) et il n'y a que nous autres contemporains pour s'émouvoir qu'un homme puisse chanter avec une voix aiguë, y voyant la manifestation d'une orientation sexuelle (Freud: "tout est sexe") ou un accident au sein (!!) de l'entre-jambes (j'ai une vision espagnole impure - doux Jésus pardonnez-moi - seuls les vicieux comprendront). Air da capo avec variations dans la deuxième partie (opéra es-tu là ?)... j'ai eu du mal à choisir une version plutôt qu'une autre...

Why Do The Nations So Furiosly Rage Together: pour basse (le registre le plus grave chez l'homme - et paradoxalement le seul nom féminin des 6 registres vocaux puisqu'on dit une basse). Les vocalises font très sac de cailloux qu'on agite, je ne me ferai jamais aux registres masculins, affreux... c'est bien parce que c'est du Händel ! Pour ce qui est de savoir why, et bien bicose !

O Thou That Tellest Good Tidings To Zion: avec Andreas Scholl (puisqu'il est allemand, nous dirons qu'il est altstimme - contre-ténor), magnifique voix et excellent chanteur, malheureusement, comme dirait un pote, il a autant de charisme qu'un poisson rouge et dès qu'on sort du répertoire réligieux, il est un rien ennuyeux.

Partager cet article

Repost0

commentaires