Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 10:10

 The Fungus-Growing Ants of North America de William Morton Wheeler, Dover P.

Je vais vous gaver avec mes bouquins mais myrmécologiquement parlant (un ch'tit néologisme au passage), je me fais très chier. C'est même à mourir d'ennui, diapauses obligent.

---------------------------------------------------------------------

A l'origine, c'est une publication de The Bulletin of the American Museum of Natural History de 1907. Ici, l'ouvrage, celui que je possède du moins, date de 1973. C'est écrit en un anglais début du XXe siècle et cela tranche donc avec les textes scientifiques que j'ai pu lire; c'est très littéraire, le style est savoureux et très soigné. Ce n'est pas pour autant plus simple à comprendre parfois, au moins c'est agréable, c'est toujours ça de gagné; c'est loin d'être le cas des publications actuelles avec un style bien lapidaire que la langue anglaise favorise. Ne faites pas un procès en sorcellerie ni à moi, ni à l'auteur, ma fiche lecture a pour but de vous faire partager ce qu'il y a de contenu dans le livre (rappel, nous sommes en 1907), pas de savoir ce qui est faux ou qui mériterait d'être éclairé au vu des connaissances actuelles. Depuis, la myrmécologie a fait des progrès !

---------------------------------------------------------------------

Les fourmis champignonnistes sont présentes uniquement sur le continent américain, du sud de l'Argentine au nord du New Jersey. En partant de l'équateur: du 40°parallèle nord jusqu'au 40° parallèle sud (et un ch'tit chiasme). Elles appartiennent toutes à la sous-famille des Myrmicinés et parmi cette sous-famille, seules les fourmis de la tribu Attini (l'auteur utilise le terme Attii) sont champignionnistes. Autre fait unique, il n'y a que deux autres insectes capables d'élever un champignon:

  • les termites
  • Tomicine scolytidae

Leur étude s'avère complexe car elle rassemble deux disciplines: l'entomologie et la botanique.

Elles vont partie intégrante de la culture amérindienne avec des légendes les concernant (je vous en fais grâce mais l'auteur en mentionne une). Les gynes sont également récoltées et mangées lors des essaimages massifs. Les soldats et leurs fortes mandibules sont utilisés pour suturer les plaies; un soldat est présenté devant une plaie dont il pince les deux bords puis il est décapité.

Les premiers explorateurs les mentionnent dans leurs récits ( Hispogniola -> Haïti) comme détruisant les cultures.

Il existe plusieurs noms vernaculaires:

  • iczau ou icza pour les gynes (indiens)
  • saubas au Brésil

Lincecum fut le premier en 1867 à les étudier (Atta texana). Il mélangea vérité et fiction. Il pensait que les fourmis mangeaient des végétaux et plantaient des graines à proximité du nid afin de se faire de l'ombre (!!).

Norton en 1868 (Atta fevens au Mexique) se borna à observer l'extérieur du nid sans manifester le moindre intérêt pour les jardins internes.

En 1870, Townsend continua dans l'erreur de penser que les fourmis mangeaient la végétation et affirma que le champignon présent dans le nid servait  à chauffer le couvain via un processus de fermentation.

Belt en 1874 (Atta texana) fut le premier à comprendre que les champignionnistes cultivaient un champignon afin de s'en nourrir.

Quelques photos histoire d'agrémenter le billet et de ne pas avoir une longue enfilade de textes brutes. Le livre en contient très peu et ce n'est que du vilain noir et blanc...

Atta00001.jpg Atta00002.jpg Atta00003.jpg Atta00004.jpg

 

A suivre...

Partager cet article
Repost0

commentaires