Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 00:01

Purcell (1659-1695) est un compositeur qui ne me déplait pas le moins du monde. Il a composé pas mal de "chansons" (c'est assez inclassable - un peu l'équivalent de la cantate italienne) et quelques "opéras". Sa musique est très sobre, épurée, empreinte d'une pudeur toute nordique. "Sweeter Than Roses", " O Solitude" de pures chef d'oeuvres mélodiques...  L'un des rares compositeurs européens de son temps à avoir beaucoup composé pour la voix de contre-ténor, tradition qui restera fortement ancrée dans ce pays avec le Treble (jeune garçon soprano).

Alfred Deller (1912-1979) a énormément fait pour la redécouverte de son oeuvre et par la même occasion la redécouverte du registre de contre-ténor. Deller n'est pas trop ma tasse de thé pour reprendre une expression typiquement anglaise, chacun ses goûts (trop éthérée comme voix).

Klauss Nomi (1944-1983) !!!  Assez inclassable aussi, jonglant entre modernité et classique avec un univers complétement barré, autant qu'on pouvait l'être à l'époque. Il y a quand même des chansons assez délirantes et bien marrantes "3 wishes", "Total Eclipse" et bien d'autres ! C'est aussi le premier artiste à être mort de ce que les médias appelaient à l'époque la peste/le cancer homosexuel (cela fait honte quand on revoit les reportages de ces temps là) qu'on nommera plus tard SIDA.

Version originale Version "revue et corrigée"  Paroles
What Power art thou,
Who from below,
Hast made me rise,
Unwillingly and slow,
From beds of everlasting snow !

See'st thou not how stiff,
And wondrous old,
Far unfit to bear the bitter cold.

I can scarcely move,
Or draw my breath,

Let me, let me,
Freeze again...
Let me, let me,
Freeze again to death!
                                 

En premier, la version originale écrite par Purcell. Franchement, cela n'a rien de folichon, pour ne pas dire que c'est carrément chiant (certes j'ai un gros a priori sur les voix masculines en lyrisme - les vocalises me feront toujours l'effet d'un sac de cailloux qu'on agite, affreux). Puis la version de Klaus Nomi beaucoup plus chargée émotionnellement parlant avec sa montée dans les aigus (voix de tête) puis sa descente dans les graves (voix de poitrine). C'est vertigineux. La dimension dramatique est plus poussée. C'est tout à fait baroque: que serait le grave sans l'aigu ? L'ombre sans la lumière ? La joie sans la peine ? La résignation sans l'espoir etc.

Pour la petite histoire, "The Cold Song" est la dernière chanson qu'interprétera Klaus Nomi en publique avant de décédé (la vidéo existe sur tutube, c'est insupportable, cela se voit qu'il est shooté "à mort" pour tenir le coup). S'il ne savait pas de quoi il était malade, il avait conscience qu'il allait y passer: testament vocale ?

--------------------------------------------------------------

Pour les "non anglophones": thou art = you are (thou = tu, you = vous, le tutoyement a disparu de la langue anglaise).  Je laisse à votre appréciation les déclinaisons verbales qui ont aussi disparu, presque toutes (quelle chance): hast = have, see'st = see. Un peu de poésie s'en est allée avec la modernité: "thou art full of beauté" -> "you're beautiful" ;o) ou mieux encore "ya beautiful" !

Partager cet article
Repost0

commentaires