Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 00:01

The World of the Harvester Ants by Stephen Welton Taber, Texas A&M University Press:

Let's go on...

Polymorphisme: Il y a de l'ergatogynie, à savoir qu'il y a peu de différences entre la gyne et les ouvrières et que certains major peuvent présenter des caractéristiques de sexués dont des ocelles que l'auteur qualifie de "troisième oeil" (sur les 3 ocelles, un est plus marqué que les deux autres). Il n'y a que deux castes chez les ouvrières: les ouvrières classiques et les major; le rôle de ces derniers n'est d'ailleurs pas bien déterminé (ils fourragent peu). Même si les anomalies (ouvrières ergatogyne) ou les malformations ne sont pas légion, elles sont néanmoins présentes (l'auteur y consacre tout de même un chapitre). Il y a parfois des major ailés ou présentant des embryons d'ailes. L'auteur fait même mention, en exemple/exception, d'un individu mi-mâle (partie droite du corps), mi-femelle (partie gauche).

Biogéographie/généalogie: je vous fait grâce des arguments appuyants (c'est assez complexe et long: il utilise des fossiles, argumente sur le détâchement de l'île d'Haïti de l'amérique centrale et des espèces qui y sont présentes etc) mais il fait un arbre généalogie des espèces et retrace leurs origines.

Les moissonneuses sont originaires du nord de l'amérique latine et ont petit à petit colonisé le nord et le sud. C'est un genre assez primitif: les Pogonomyrmex et Ephebomyrmex ont un ancêtre commun mais se séparent (l'auteur insiste sur une séparation en deux genres du fait de leur différence chromosomique).

Plutôt qu'un grand discours, je vous donne les deux documents faits par l'auteur, c'est plus parlant et plus simple et résume assez bien. Je veux bien vous faire une fiche lecture (vous donnez envie de lire le livre) mais de là à vous traduire tout l'ouvrage... d'autant que des nuances m'échappent surement.

livrePOGO001.jpg livrePOGO002.jpg livrePOGO003.jpg livrePOGO004.jpg

Et voilà comment on saute 16 pages !!! L'auteur fait ensuite une géolocalisation de plusieurs moissonneuses à l'échelle du continent américain (au sens européen du terme: USA + amérique latin + Haïti). Les moissonneuses les plus répandues sont:

  • Pogonomyrmex barbatus (tout le sud des USA)
  • Pogonomyrmex occidentalis (tout le centre nord des USA)
  • Pogonomyrmex rugosus (le sud-ouest des USA)
  • Pogonomyrmex salinus (tout le nord-ouest)

A suivre...

Partager cet article

Repost0

commentaires

DMX 21/05/2010 16:47



Merci pour ces précsions, c'est ce genre de sujet qui m'intéresse, j'essayerais peut-être de l'approndir cette été.


Oui en effet il existe des cas d'hermaphrodisme et speudo-hermaphrodisme chez les humains (juste un problème de chromosome).


Néanmois chez les fourmis, comme tu le sais, contrairement au humain il y a des oeufs fécondés et non fécondés. Si un individu est mi-male et mi-femmelle, c'est que l'ovocyte à été à moitié
fécondé , ou il y a eut fusion entre un oeuf fécondé et un oeuf fécondé. Dommage que je n'ai pas le temps, sinon
j'aurais passé toute ma soirée à bosser dessus ^^.


 


Amicalement, DMX.



etii 21/05/2010 23:12



Il en va ainsi des passions; cela t'embarque à en oublier de dormir !! Finalement, ce n'est pas plus mal parfois de ne pas avoir le temps et de revenir à de plus triviales réalités... sinon on se
fait bouffer tout cru ;o)


Ceci dit, c'est une course sans fin, il y a toujours un "pourquoi/comment" à poursuivre LOL. Cela commence dès que tu peux parler "pourquoi ci ? Pourquoi ça ?" et cela ne s'achève qu'avec le mot
fin, mais quelle palpitante aventure. Et d'ailleurs, toutes les disciplines ne tendent que vers une seule chose, assouvir cette soif du pourquoi/comment: de la philosophie jusqu'aux sciences
(même les réligions).


Philo de bistro du souar, bonsouar... ;oP


Coeurdi@ - Thierry



DMX 21/05/2010 00:38



Vraiment intriguant l'individu mi-mâle/mi-femmelle, j'ai vraiment du mal à comprendre comme c'est possible :s (il explique la cause responsable de ce polymorphisme si particulier ?).


Sinon ce qui est représenté c'est un arbre phylogénétique et non généalogique. Comme tu peux le constater, l'arbre ne permet pas de dire qui descend de qui, mais qui est plus proche de qui ;).


Ptin c'est ce genre d'arbre phylogénétique que je recherches depuis des mois pour nos Messor endémiques, et toujours rien .


 


Nice job !



etii 21/05/2010 01:10



Pour l'espèce de "trans", l'auteur parle de gynandromorph, je te cite: "it had the dark color expected of a male as well as the orange color of a typical female. We observed it
under a microscope and dissected the abdomen. The right side was male but the left side was female and each half was colored accordingly. Because male heads are smaller than females and their
jaws and antennae look quite different, the resulting asymetry gave the head a skewed look. We don't know if the beast functionned as one sex or the other or even if it was fertile".


Cela peut arriver aussi chez les mammifères; il me souvient dans le bouquin "XY de l'identité masculine" d'Elisabeth Badinter (elle n'est pas généticienne ceci dit mais son bouquin est super
intéressant) elle relève que l'on peut être un homme tout en étant génétiquement XX ou une femme en étant XY. Des fois, je me tape un délire tout personnel en imaginant que l'être humain est un
primate trisomique LOL. La frontière entre ce qu'on appelle "anomalie" ou "maladie" et évolution n'est peut-être pas si grande que ça. Et si l'adaptation était à la marge (genre de grande
trilleuse; c'est viable je garde, ce n'est pas viable j'élimine) et que les anomalies (hasard, erreur ?) faisait les nouvelles espèces ??


Il y a tout un chapitre sur les anomalies called "freaks and giants"; le premier mot étant assez péjoratif d'ailleurs, peut-être que dans un usage scientifique il est plus neutre, je ne sais pas.


Oui tu as raison, c'est d'ailleurs inscrit en bas de l'image "phylogeny tree", c'est moi qui est "trop vulgarisé" le truc, qui connait ce terme ?! En tous les cas, je l'ai découvert :o)


Coeurdi@ - Thierry