Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 16:36
naissancesmessor001.jpg naissancetemnothorax100.jpg naissancetemnothorax101.jpg

Si ce n'est pas du suivi, je ne sais pas ce que c'est ;oP En même temps, il ne se passe pas grand chose d'autre de nouveau parmis mes colonies.

Messor barbarus: arriva ce qui devait arriver, mémère a ses deux premières filles !!! D'autres vont arriver mais en attendant, c'est maman qui fait le bon pain; je l'ai suprise en flagrant délit de mâchouiller une graine pour nourrir les imago. Malheureusement, impossible de mettre en boite une telle image, l'éclairage n'est pas au goût de madame ! Les Messor ont surement plein de "défauts" mais s'il y a une chose qu'on ne peut pas reprocher aux gynes, c'est d'être de mauvaise mère. Difficile de faire plus attentionnée ! Je pensais donner cette fondation mais au fil du temps, je m'y suis attaché et comme j'ai un nid de libre, il se pourrait que je les garde !

-------------------------------------------------------------

Temnothorax unifasciatus: cette gyne aussi a sa première naissance et une autre ne devrait pas tarder à arriver. Une autre chose semble inéluctable dans un futur proche (3 ou 4 semaines), l'assèchement de la réserve d'eau du tube. Fait chier ! La première ouvrière est vraiment petite quand je compare aux grosses qu'a ma colonie de plus de 500 âmes. Le gastre a la même taille que la tête. J'ai également eu une gyne décédée:

  • ce qui porte au nombre de 6 les gynes en cours de fondation (j'exclus celle avec son ouvrière)
  • ce qui m'a fait une provende rêvée pour ma nouvelle colonie

J'ai donc pris la gyne et le couvain de cette malheureuse qui a échoué et je leur ai tout donné. Lavoisier va être fier de moi: rien ne se perd, rien ne se gagne, tout se transforme ! Apparemment, ce n'est même pas dit que le couvain étranger soit dévoré, l'unique ouvrière prend soin de tout rassembler. Mais bon, elle est encore jeune et naïve ;o)) Quant au cadavre de la gyne morte, cela m'arrangerait bien qu'il soit bouffé. Il faudrait (ça c'est quand je me cause à moi-même pour essayer de me convaincre et que j'ai la rame) que je leur confectionne un petit truc histoire que la colonie se développe dans de bonnes conditions.

-----------------------------------------------------------------------

Tetramorium caespitum: FIN de l'aventure, ENFIN !!! Ce n'est pas du "lieto fine" assurément. Pour reprendre un peu la génèse de cette colonie, je tentais de les faire déménager: j'avais racordé un tube avec une réserve d'eau alors que le nid était devenu sec. L'intention avouée était de me débarasser de cette colonie via un don. Si quelques ouvrières avaient bien décidé de s'installer dans ce refuge de fortune, la colonie ne bougeait pas plus que cela. Hier soir, horreur et damnation, en rentrant du boulot, je constate  une évasion massive. Les ouvrières sont petites mais elles ont oublié d'être cons. J'avais deux colonnes d'ouvrières guerrières avec deux cibles proches (géographiquement s'entend):

  • Temnothorax unifasciatus
  • Plagiolepis pygmaea

Il y avait un groupe d'ouvrières qui entouraient les deux nids + l'ADF et un groupe sur les grilles en inox des ADF fermées !!!! Heureusement que les ADF ne sont pas accessibles sinon j'avais deux guerres sur les bras ! les Temnothorax auraient surement pu faire face, elles sont nombreuses et l'accès au nid pourrait vite être fermé le cas échéant (assez longtemps pour faire face le temps que je rentre du boulot) mais les Plagiolepis n'auraient pas résisté à une telle attaque massive. Les confrontations étaient dans les starting block puisque Temnothorax et Plagiolepis étaient aussi massés sur les grilles en inox des ADF, mais heureusement pas du même côté. J'ai pris peur un instant pour ma fondation de Messor minor hesperius mais non, pas l'ombre d'un danger. Finalement, elles ne sont pas si intelligentes que cela ces Tetramorium, elles auraient pu faire la peau des Messor minor (en deux temps, trois mouvements, cela aurait pu être plié) et s'installer dans leur nid. Même s'il aurait fallu franchir la barrière d'huile de paraffine fraichement étalée. Et quand j'y repense, j'ai changé le nid de place il y a peu, avant les (je ne parviens pas à dire "mes") Tetramorium avaient pour voisines mes Camponotus lateralis et mes Camponotus cruentatus, rien que d'y penser j'ai les poils qui se dressent, cela aurait été une boucherie immonde et je m'en serais voulu comme de pas permis.

Bref, déjà que les Tetramorium me sortaient par les trous de nez, je n'ai pas fait dans la délicatesse ni la poésie; j'ai éliminé purement et simplement les évadées. Quant à ce qui restait de la colonie dans le nid, j'ai également fait un génocide. Dans l'évier à grand coup d'eau, au-revoir les choupettes et surtout à la non revoyure !!! J'ai pensé un instant récupérer une partie des ouvrières et la gyne, sauf que nulle trace de la reine. Pas de couvain dans le nid non plus; si cela se trouve, la gyne est morte depuis un moment. Les parois du nid était tellement sales...

S'il y a bien une espèce dont je ne veux plus entendre parler, c'est celle-là ! Pire que des Pheidole. Au final, je récupère un nid; à tout malheur, bonheur est bon et ce sont mes Messor barbarus qui font en hériter.

Terminus !

Partager cet article

Repost0

commentaires