Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:06
Oui, je sais, les billets sont rares (plus précieux...l'espoir fait vivre lol) mais le gros des troupes est toujours en diapause ! D'ailleurs, les températures ont fortement chuté cette semaine, nous sommes proche du célébrissime zéro au compteur ;o) (je ne vous monterai pas la carte, je n'ai pas de fond vert derrière moi, mais nous avons failli avoir de la neige - Santa Maria de la Cruz, quelle horreur !!!!). Je pensais tenir encore tout décembre (voir un petit bout de janvier) pour mes Messor barbarus et mes Camponotus cruentatus mais je me demande si c'est bien raisonnable...ce sera donc à voir en fonction du termomètre ! Une sortie impromptue n'est nullement exclue.
________________________________________________
dentelle.jpgCamponotus maculatus: au regard des quantités de pseudo-miellat que je leur donne, (d'ailleurs elles apprécient plus un miellat très liquide que pâteux - il faut que je le note quelque part afin de m'en souvenir) je confectionne un abreuvoir simple et jetable avec du papier d'aluminium. Mais mes danseuses (surnom que je leur ai donné à cause de leur démarche quelque peu élancée) sont aussi dentellières à l'occasion. Elles prennent vraiment un malin plaisir à déchiqueté l'abreuvoir et j'ai de minuscules morceaux de papier d'aluminum un peu de partout, surtout dans l'ADF. Une fois vide seulement.
Rien de follichon ou d'extraordinaire à raconter, elles poursuivent leur développement; rythme de croissière dirais-je, ce qui n'est déjà pas peu dire. Je me demande ce que cela va donner cet été avec un gros coup de pouce de la chaleur. Il faudra surement attaché la ceinture ;o) pour mon plus grand bonheur (je ne vais pas bouder mon plaisir).
De temps à autre, un major est trucidé (la tête n'étant pas consommé et de taille, le crime passe difficilement inaperçu). Je peux difficilement mettre un tel comportement sur le dos du manque de nourriture et ce n'est pas un comportement nouveau non plus. J'émets l'hypothèse qu'elles régulent la population de cette caste. Vous me direz qu'elles régulent déjà l'entrée en choisissant de faire soit des major (plus ou moins 5% de la population de la colonie) ou soit des minor, ces crimes doivent donc être des "tirs de correction". Cette action doit tout de même être symptômatique d'un élevage en captivité vu qu'il n'y a pas de décès par prédation lors des fourragements.
Sur l'organisation du nid HLM que je leur ai confectionné, je retourve toujours le même comportement: les ouvrières au gastre plein sont dans les tréfond du nid et les cocons dans la salle la plus proche de la surface. La gyne et donc les oeufs sont dans une salle intermédiaire et les larves un peu de partout.
Camponotus nicobarensis: elles me rappellent fortement mes maculatus à leurs débuts en nid plat de chez fourmis.fr par leur organisation. Tout d'abord elles ont commencé à faire faire la maturation des cocons dans l'ADF (je présume à la recherche de chaleur (il fait 22°C dans mon appartement). L'absence d'humidification du nid ne les gênent pas du tout; elles ont tout de même un abreuvoir à disposition !!! Quand je vois le chiffre de 70% d'hygrométrie nécessaire circuler sur Internet (après tout, si on s'en réfère aux données da la région d'origine, c'est très cohérent), je suis étonné. Certes elles sont arboricoles mais tout de même. J'ai deux théories:
  • soit elles s'adaptent très bien à une faible hygrométrie
  • soit la température somme toute assez basse en comparaison à leur milieu naturel n'implique pas une forte humidité pour leur vie
  • soit elles utilisent les débris (nombreux) contenus dans le nid, qu'elles mouillent via l'abreuvoir, afin de maintenir l'hygrométrie nécessaire
Je n'ai pas la réponse et je n'ai pas vocation à l'avoir (chacun son métier) mais je penche fortement pour la troisième hypothèse et ce n'est pas faire un anthropomorphisme que de penser, qu'à l'image de l'homme, les fourmis (à leur échelle, il va s'en dire) plient leur environnement à leurs besoins. D'ailleurs, n'est-ce pas le propre de l'adaptation. Cela pourrait faire un sujet de philo: l'adaptation consiste-elle à modifier son environnement pour ses besoins ou à s'infliger des modifications afin d'être en conformité avec les contraintes d'un milieu hostile ? Surement que la conjugaison des deux conditionne la sur-vie ;o)
fellah.jpgCamponotus fellah: rien de bien reluisant !! Le loisir myrmécophile est plein d'embuches et j'ai aussi mes échecs. J'ai remis la gyne en tube, je la chauffe désormais, je la nourris, elle pond mais bon...ainsi soit-il !!!


The end
Partager cet article
Repost0

commentaires