Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 00:01
Manicaaaa103.jpg Manicaaaa100.jpg Manicaaaa101.jpg Manicaaaa102.jpg

Manica rubida: les deux gynes n'ont pas tout à fait le même comportement. Celle sur les photos est celle qui a le couvain le plus avancé avec une nymphe et même une ponte toute fraiche (youpi hourra, doux Jésus marie Joseph merci mon Dieu auquel je ne crois pas). Assez étrangement, elle a abandonné le tube à essai pour crécher directement dans l'ADF (comme elle est fermée et très humide, ce n'est pas vraiment un souci). Sans compter que cela facilite les prises de vues, en théorie seulement car madame, toute vindicative qu'elle soit, a aussi les nerfEs à vif. C'est vraiment la moins timorée; toujours la première à sauter sur les proies mises avec la technique de la tenaille: mieux que le judo, saisie entre les mandibules et coup d'aiguillon (sans pitié - il faudrait que je fasse une photo à l'occasion). La deuxième photo aurait pu être de la tuerie mais madame bouge sans arrêt, donc au moindre mouvement... dommage. Je l'ai gruchée pour la prise d'images: j'ai éteint l'ami Joby, j'ai attendu qu'elle rejoigne sa couvée et hop, APN en main j'ai de nouveau éclairé; un petit jeu du chat et de la souris, niark niark niark, ou quelques petits moments de clic clac pas Kodak (puisque Canon). C'est sûr que quand elle se coince entre le plexi de l'ADF et le tube à essai vide et reste donc immobile les photos sont mieux, du moins autant que peut l'être une pic à travers du plexi (cela relativise - cela a un rien cataracte). Pour ce qui est de l'autre gyne, elle est restée dans le tube à essai et ses larves grossissent doucettement. Pour la nourriture, elles ont du pseudo-miellat à disposition (bof bof, ce n'est pas trop leur truc) et tous les deux jours, une proie vivante; asticot ou vers de farine. J'espère que l'aventure Manica sera plus heureusement que l'aventure Myrmica en son temps (les acariens, merci bien, du moins pour l'une des deux colonies que j'avais, en plus, décidé de garder - c'est ce qu'on appelle un choix à la con ou de merde).

Temnoo100.jpgTemnothorax unifasciatus: elles prennent petit à petit leur quartier dans le nouveau nid (photo de gauche - vous ne pouvez pas vous tromper, il n'y en a qu'une), l'ancien se vidant de leurs occupantes via des portages sociaux fort sympathique à mater. Le nouveau nid est beaucoup moins humide, il devrait mieux leur convenir je pense. Mine de rien, mine de crayon (pas le mien hein), il leur reste pas mal de couvain (pourvu qu'elles se fassent une nouvelle gynette - pitiiiiiiiiiiiiiié pour le pauvre éleveur que je suis). Hormis cela et je leur en suis grès, elles ne font strictement RIEN. Elles sont pour ainsi dire déjà en diapause: très peu de frourragement et attitude de rester groupIR dans le nid typique d'une diapause. Ce sont des habituées, quasi chaque année elles me font le "coup" (une année je les avais sorties trop tôt de diapause et cette année il semblerait que le chaud printemps les a un peu chamboulé). Une fois l'essaimage passé, c'est morte plaine chez les Temno (là, cela a été un lâché de mâles). A ceci près tout de même (il ne faut pas que je sois mauvaise langue non plus), les pontes de la gyne (il n'y en a plus) et le soin protigué au couvain (il y a encore !). And quand je dis soin, ce sont léchouilles mais pas nourrissage, ou très peu. J'attends la fin du déménagement pour calmater correctement la connexion avec le nouveau module; pour l'instant j'ai un peu de patafix et quelques évasions (rien de bien méchant). Il faudra que je me souvienne que l'espèce est plutôt nomade et j'eusse dû comprendre (en les observant plus attentivement) qu'elles souhaitaient changer de lieu de nidification.

That's all folks !

Partager cet article

Repost0

commentaires