Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 00:01

The World of the Harvester Ants by Stephen Welton Taber, Texas A&M University Press:

Je continue ma lecture un peu plus laborieuse (prendre des notes en lisant me ralenti) mais tout aussi passionnante et comme je suis zentil tout plein, je vous en fais profiter par la même occasion !! En même temps, je me mords les digitaux d'avoir loupé la fondation de la gyne que j'avais... surement qu'un jour je ferais une nouvelle tentative (crossed fingers).

-------------------------------------------------------------------------------------------

Ce n'est pas toujours évident de le suivre; entre les généralités, les cas particuliers et les hypothèses ou affirmations non vérifiées d'auteurs plus ou moins sérieux (mister Lincecum avant tout). M'enfin...let's go.

The nest: Elles ont pour habitude de fermer les accès au nid, principalement pendant la nuit (quitte à laisser quelques ouvrières dormir dehors) mais également si un danger se présente et, of course, pendant l'hiver. Elles vont jusqu'à le fermer "hermétiquement" (pas un simple ensevelissement ; elles utilisent leur salive pour "cimenter" les entrées. D'ailleurs, cette habitude est si bien ancrée chez elles, qu'elles vont même jusqu'à ensevelir les fourmilions, ce qui, bien entendu, est peine perdue, du moins un temps. Le genre (même si ici il s'agit de deux genres - Pogonomyrmex et Hephebomyrmex) est monogyne, pratiquant parfois la fondation par pléométrose. Les colonies sont généralement petites, selon l'espèce elles vont de 600 à 12 000 ouvrières. Un nid peut parfois comprendre plusieurs espèces, rarement plus de trois et dans ce cas là, on trouve aussi des fourmis parasites (donc sans ouvrières - rien de bien différent par rapport à nos espèces endémiques). Beaucoup d'espèces pratiquent des déménagements; certaines espèces sont presque nomades.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Feeding: elles sont principalement granivores. On peut trouver jusqu'à 54 000 graines d'une centaine de plantes dans un nid !!! Morjoritairement des graminées. Elles sont capables de monter sur une plante, de secouer les feuilles pour faire tomber les graines avant de les fourrager. Il y a tout de même une plante de prédilection, the Three-awn, alias Aristida oligantha qui est appelé le "riz à fourmis". Bien entendu, elles sont également carnivores avec une prédilection pour les termites. Mais elles peuvent se contenter de moins: cadavres ou déjections d'animaux, champignons, pollen (elles peuvent attaquer une ruche à cette fin/faim). Pour ce qui est de la consommation elle-même, c'est un peu plus complexe et variable selon l'espèce. Elles ne pratiquent pas de trophallaxie (cela reste des fourmis assez primitives). Certaines font du pain (à l'image des Messor), nourrissent le couvain avec des oeufs d'ouvrières, ne consomment que les graines contaminées (donc transformées) par un chamignon alors que d'autres rejettent toute graine contaminée par la moindre moisissure. Certaines neutralisent le germe des graines alors que d'autres ne les consomment qu'une fois germées. D'autres fourmis sont également au menu, y compris les bien gras sexués des fourmis de feu. Pour ce qui est des liquides, ne pouvant partager avec leurs congénaires (pas de jabot social), les ouvrières se baignent dans l'eau ou le nectar afin d'en ramener au nid. Le fourragement est solitaire et il n'y a pas de pistes chimiques (pour la plupart des espèces - dès qu'en rentre dans les particularités, il y a forcément des exceptions et cela se complique). L'orientation se fait donc à la vue ou grâce à la polarité de la lumière (le grand classique, rien d'extraordinaire)

-------------------------------------------------------------------------------------------

Enemy: l'auteur donne toute une liste d'ennemis de ces fourmis pour conclure qu'au final, elles en ont assez peu !! Un lézard (du genre Phrynosoma) est particulièrement friands des Pogos et peut en consommer jusqu'à 111 par jour.  Il est immunisé contre le venin. Sinon on retrouve des prédateurs sommes toute assez banals: araignées, grenouilles, oiseaux... deux espèces de Pogo sont parasites de leur propre genre: Pogomyrmex anergismus et P. colei. Un vers est assez commum et s'apparente à la douve européenne (j'espère que ma comparaison n'est pas abusive) : Skrjabinoptera phrynosoma. Le juvénile de ce vers vit dans le corps de la fourmi mais l'adulte pond dans le corps d'un lézard Phrynosoma, la boucle est ainsi bouclée.

harvester001a.jpg harvester001b.jpg

A suivre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Aqua-heal 16/05/2010 00:35



Salut, tu as des infos sur les essaimages ? J'ai de la famille au Amériques (oui oui les 2) et peut-etre je peut avoir des gynes de differentes especes, dont celles de Pogonomyrmex ;0



etii 16/05/2010 10:37



Je n'en suis pas encore là dans ma lecture... plus tard peut-être !!


Coeurdi@ - Thierry