Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 00:01

Quelques bases, une octave est composée de 7 notes (je vous la fais simple).

  Les suraigus

(le fameux contre-ut = do5)

 

fa5

mi5

ré5

do5

 

 

 

 

*

*

 

 

 

*

*

*

 

fa5

mi5

ré5

do5
 

 Les aigus du ténor baroque

(voix de tête)

  Soprano  

si4

la4

sol4

fa4

mi4

ré4

do4

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*  

si4

la4

sol4

fa4

mi4

ré4

do4
    Ténor
  Mezzo-soprano

si3

la3

sol3

fa3

mi3

ré3

do3

si3

la3

sol3

fa3

mi3

ré3

do3

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

 

si3

la3

sol3

fa3

mi3

ré3

do3
 

si3

la3

sol3

fa3

mi3

ré3

do3
  Baryton
 Contr'alto

si2

la2

sol2

fa2

mi2

ré2

do2

si2

la2

sol2

fa2

mi2

ré2

do

*

*

*

*

*

*

*

 

*

*

*

*

 

 

 

 


si2

la2

sol2

fa2

mi2

ré2

do2

si2

la2

sol2

fa2

mi2

ré2

do2 
  Basse
   

si1

la1

sol1

fa1

mi1

ré1

do1
   

si1

la1

sol1

fa1

mi1

ré1

do1
   

Une voix n'est pas figée, tous les mezzo-soprani ne commencent pas au do2 pour s'arrêter au si3 par exemple, comme tous les soprani ne descendent pas jusqu'au do3. On prend les notes dominantes d'une voix pour définir un registre. La voix n'est pas un instrument et il n'y a pas d'absolu.

Rappel: un chanteur lyrique "normal" utilise 2 octaves, parfois plus quand il est bon/doué/chanceux !

* étendue vocale de Farinelli (soprano castrato ou un divo), du do2 jusqu'au ré5. Il touchait 4 octaves et chantait sur 3 octaves et demi.

* étendue vocale de la Callas (soprano dramatique ou une diva) du fa2 au mi5. Sauf que la partie basse de son registre fait polémique. Pour résumer elle saute des notes entre la deuxième et troisième octave de sa partie grave. Elle touche également 4 octaves mais ne chantait à strictement dire que sur 2 octaves et demi (nombre de note qu'elle était capable de produire).

Ouvrons le match, si tant est que cela a un sens, tant les deux répertoires sont différents (on ne dispose pas non plus d'enregistrement du XVIIIe siècle, il va s'en dire), entre Maria Callas et Carlo Broschi dit Il Farinelli. Pour la première, on va prendre Aïda, cela saute aux oreilles que ses graves (impressionnant pour un soprano) sont quelque peu brutaux (elle saute des notes, tout simplement). Pour le second, on va prendre l'excellent film de Corbiau "Farinelli, il castrato" où le mixage de deux voix (un contre-ténor et un soprano - un exploit technique fait par l'IRCAM) a été effectué; le début de l'air se fait en contr'alto puis on passe tranquillement mais surement au soprano (délirant). Pour la petite histoire, les auteurs se sont également amusé à reproduire ce qui faisait aussi la gloire du chanteur; être capable de vocaliser pendant 1 minute sans reprendre sa respiration (on va dire qu'aujourd'hui 20/30 secondes est un exploit) !!!

Style romantique pour l'une, on "fracasse" les phrases de façon à faire ressortir le pathétique de l'air, la ligne musicale et vocale est dite lisse (largo en terme technique - on pourrait shématiser cela par une ligne droite). Style baroque pour l'un; il ornemente chaque syllabe. La ligne musicale et vocale est soumis au contre-point (on pourrait shématiser cela par une ligne qui oscille).

Le largo romantique: ----------------____------_____------

Le contre-point, pléonasme, baroque: º¤ø,¸¸,ø¤º°`°º¤ø,¸¸,ø¤º°`°º¤øº¤ø,¸¸

Merci de ne pas confondre vibrato et contre-point. La plupart des voix ont un vibrato naturel (plus ou moins prononcé), le son pure n'existe pas, on peut s'en approcher seulement (seuls l'enfant ou le castrat pouvaient avoir une voix dite blanche, sans vibrato audible ou apparent - même l'IRCAM n'y est pas allé dans sa reconstitution). Certains chanteurs accentuent ce vibrato afin de masquer des imperfections vocales, mais c'est une autre histoire...

Partager cet article

Repost0

commentaires