Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 00:01

On distingue deux types de phonation (en fonction des résonnateurs utilisés):

  • la voix de poitrine (voce du peto)
  • la voix de tête (voce di testa)

La voix de poitrine est grave chez l'homme et aigue chez la femme. La voix de tête est aigue chez les deux.

La femme: une chanteuse apprend à lier les deux phonations afin de créer son registre; à ceci près que la voix de tête a un timbre donné pour chaque individu qu'il n'est pas possible de modifier (les contraintes qui pèsent sur les cordes vocales sont trop importantes). L'apprentissage consiste donc à tenter/timbrer la voix de poitrine afin qu'elle s'accorde avec la voix de tête et à travailler le passage entre les deux afin qu'on n'entende pas de différence ou de cassure.

L'homme: (on va la faire simple) seule la voix de poitrine est utilisée pour les registres traditionnels (ténor, baryton et basse), l'écart tête/poitrine est trop important. Comme pour la femme, chaque homme à une voix de tête avec un timbre défini qu'il n'est pas possible de modifier.

Si la voix de tête peut permettre à l'homme d'atteindre les registres féminins, aucune technique ne permet à la femme d'atteindre les registres masculins.

 

Les registres:

Contr'alto: le registre est plutôt rare chez la femme. Il est donc peu usité (on pourrait résumer le registre par une plaisanterie: trop grave pour la femme et trop aigu pour l'homme). Inversement, il est accessible à n'importe quel chanteur masculin, seul le résultat ne sera pas forcément probant; la voix de tête chez l'homme peut avoir des effets  doux et enchanteurs ou complétement caricaturaux !! Ewa était un must, comme Gérard l'était ! Deux grandes voix aux charmes quelque peu différents. L'une est virtuose, puissante avec un vibrato naturel, l'autre est moins virtuose, moins puissante mais le timbre est clair et limpide.

 Ewa Podlès   Gérard Lesne

 

Mezzo-soprano: le registre le plus commun chez la femme puisqu'il correspond à la partie médiane de la voix. C'est aussi le plus expressif puisque la voix est à cheval sur les graves du contralto (souvent en voix dite éteinte malheureusement) et les aigus du soprano. Jusqu'à peu, ce domaine était peu utilisé en voix de tête chez l'homme. A dire vrai, je ne connais que deux chanteurs à s'y être aventurer avec succès; Jochen Kowalski (retraité) et Emanuel Cencic (un chanteur contemporain qui monte, monte...).

Jennifer Larmore  Jochen Kowalski
 Max Emanuel Cencic

Soprano: le registre le plus aigu qui ne se fait quasiment qu'en voix de tête chez la femme. L'homme peut chanter en soprano par le biais de la voix de tête aussi mais le résultat est un son aigre et strident, pour ne pas dire que cela arrache les tympans !!! La problèmatique n'est donc pas technique mais esthétique; ça grince.

Quoi de mieux que les vacolises d'un reine de la nuit chez Mozart pour appréhender ce registre ! Si vous êtes sages et que vous lui demandez gentillement, elle fait aussi micro-ondes LOL !

Patricia Petibon est pas mal aussi, en plus elle est charmante et déconne un max:

http://www.youtube.com/watch?v=Dt-1eWQEg0o


-----------------------------------------------------

Je ne vous mettrais pas les registres masculins vu que je n'écoute quasiment que de la musique baroque et que je n'aime pas les voix masculines "naturelles"... j'aime les aigus :-) Pour ne pas dire que je n'aime que les aigus ! La musique romantique me fait chier à un point difficilement imaginable.

 

Ceci dit, un seul "registre" masculin mélange voix de tête et de poitrine; le ténor dit léger/baroque ou grand ténor à la française, ou haute-contre dans la musique française. Certainement le registre le plus difficile car il faut "créer" avec sa voix des notes intermédiaires entre les deux phonations, ce qu'on appelle travailler le passage. On qualifie ses "notes intermédiaires" de voix mixte ou voix de masque. Il faut plus que du talent pour cela (on passera sur les bouchers vocaux qui passent de l'une à l'autre directement !!!).

Au XVIIe et XVIIIe siècle, les ténors utilisaient la voix de tête pour faire les aigus du registre. On ne savait tout simplement pas faire autrement; du grave à l'aigu, la voix bascule automatiquement en tête. L'apprentissage des ténors consistait donc à travailler le passage, à chanter avec une voix de poitrine plutôt douce que puissance afin d'accorder les deux phonations.

Au XIXe apparaissent les premiers ténors qui chantent entièrement en poitrine (Pavarotti est un exemple contemporain frappant). La voix devient effectivement plus puissante mais la partie aigue du registre devient moins esthétique (on retrouve les inconvénients du fausset avec parfois des notes acides voir stridentes alors que c'est de la voix de poitrine - paradoxe). Cette technique pousse également la voix dans ses extrêmes et la fatigue, elle n'est pas sans danger pour le chanteur.

Deux exemples entre ténor baroque et ténor romantique. L'appréciation que l'on peut avoir de l'un ou l'autre est purement esthétique. Pavarotti me fatigue grandement; il me tue les oreilles, comme au-delà du contre-ut chez le soprano, j'ai du mal à supporter.

 Anders J. Dahlin
 Pavarotti

PS: la voix n'est pas un instrument, chaque individu est unique avec une voix unique.

Partager cet article
Repost0

commentaires