Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 00:01

pseudoGyne01.jpgFormica lusatica: il est toujours très intéressant de faire leur poubelle, ou leur dépotoir si vous préférez. Je vous présente une pseudo-gyne; mi ouvrière (petit gastre, absence d'ailes et taille d'un major), mi-gyne (thorax et tête développés). Je vous ai mis une princesse en deuxième plan afin de pouvoir comparer. Pas de chance pour ce spécimen, la colonie a décidé de l'éliminer (elles sont vraiment sans pitié et d'une cruauté !!!!). Le polymorphisme chez les Formica est important et assez aléatoire finalement et cela réserve quelques surprises intéressantes, mieux qu'un film de science-fiction.

Pour ce qui est des sexués, les mâles et femelles mis sous cloche n'ont absolument rien donné, pas la moindre "trace" (je ne sais pas si l'expression est très heureuse - je m'en excuse par avance) d'un accouplement. J'ai remis les princesses en tube à essai et je ne sais vraiment pas quoi en faire. Il reste un mâle survivant et j'ai eu quelques décès (y compris des princesses). Je vais donc cesser de prélever les sexués; autant les laisser dans la colonie, peut-être aurais-je une heureuse surprise, les isoler ne servant à rien. Il doit rester encore une vingtaine de princesses dans la colonie et quelques mâles (assez peu; point de parité, plus de femelles que de mâles). A moins que me prenne l'idée de tenter une reproduction "forcée", sauf que je ne vois pas trop comment faire: maintenir une gyne et déposer un mâle sur son dos en mettant en contact les parties génitales ? En théorie, beaucoup de choses sont possible, en pratique, c'est une autre paire de... manches ;o)

-------------------------------------------------------------

Messor barbarus: fin de l'aventure, la gyne est décédée et a été amenée par les ouvrières dans une salle du haut du cyclants. Pour ce qui est d'identifier la cause de la mort de sa sérénissime majesté, mystère et boule de gomme. Je vais laisser les quelques ouvrières et le couvain vivre leur vie. Peut-être y aura-t-il quelques évènements intéressants à observer (positivons) vu qu'il y a un petit couvain !

-------------------------------------------------------------

nicobareensis-copie-5.jpgCamponotus nicobarensis: hi hi ! J'en parle peu, désolé. Donc, elles m'avaient cradé (et quand je dis cradé, je suis aimable, salopé serait plus exacte) le deuxième étage du nid. C'était littéralement immonde; un lit de déchets avec les vers de farine consommés laissés tels quels, des morceaux d'ouvrières et des débris non identifiables. J'ai profité de la vague de froid de la semaine dernière (jusqu'à 13°C la nuit et 16°C dans l'appart') pour ouvrir le nid (c'est vraiment magique ces boites de Ferrero) et tranquillement tout enlever à l'éponge. A 17/18°C, elles ne sont pas d'une grande vivacité et je n'ai pas eu d'évasion. Qui plus est, toute agression se traduit par un regroupement des individus de la colonie en une grappe compacte. La photo a été prise après le nettoyage. J'ai cru un instant que ce lit de déchets divers et variés avait pour fonction de protéger du soleil le couvain mais je ne crois pas. Je persiste et signe dans mon analyse d'une espèce nomade: pourquoi se préoccuper d'avoir un dépotoir quand on change de nid ? Elles ne sortent dans l'ADF aucun élément qui pourrait trahir leur présence à un éventuel prédateur...

Partager cet article

Repost0

commentaires