Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 11:03

Chose promise, chose due (en même temps, il y a forcément un moment donné où cela le fait) j'ai sorti de diapause Formica lusatica et Temnothorax unifasciatus. Il ne reste donc plus que Lasius flavus dehors.

Formicalusatica001.jpg Temnothoraxunifasciatus001.jpg

C'est tout crado un nid quand cela sort de dehors; merci le film plastique, même si ce n'est pas facile à enlever ! Les Temnothorax sont les plus longues à se réveiller, ce qui m'a laissé à loisir de nettoyer leur ADF (vu qu'elle est vide, autant en profiter). Je n'y suis pas allé par quatre chemins (c'est mon côté bourrin parfois), j'ai viré complétement le sable en renversant l'ADF et j'en ai mis du tout propre (ni chauffé, micro-ondé, stérilisé ou que sais-je encore). Pour l'instant les choupettes prennent le chaud sur les parois du nid. Il leur restera à déboucher l'entrée pour reprendre une activité normale (elles sont ainsi, elles se calfeutrent pour la mauvaise saison). Etant donné que le couvain est monstrueusement important, dès qu'elles iront dans l'ADF, cela va être l'orgie alimentaire. Quant aux Formica, elles ont été plus rapides, dès les premières heures à 22°C (température de mon salon), les premières fourrageuses sont apparues et les premiers asticots ont été consommé. Ce n'est pas encore la folie. A leur décharge, comme mes autres colonies, elles avaient un abreuvoir à miellat à disposition, ce qui leur a donné la possibilité lors des remontés en températures de se nourrir quelque peu.

Lasius niger et emarginatus: elles m'amusent ! Si je donne des proies mortes, elles les snobent un peu mais dès que les dites proies gigotent bien, elles se ruent dessus, les conduisent dans le nid et les consomment ! Je leur donne donc vers de farine et asticots tels quels, sans prendre soin de les écrabouiller un peu. Je m'adapte mais les préférences alimentaires de mes colonies sont parfois déconcertantes. D'un autre côté, même si cela peut paraitre cruel, éveiller leurs instincts de chasseuses et leur comportement de meute est un spectacle sympathique.

------------------------------------------------------------------

PS: plus généralement, les nids aussi beaux soient-il, finissent forcément par devenir sales à l'intérieur. Je dirais que c'est le point noir de l'élevage. Non pas que cela présente un risque pour les colonies mais cela gâche beaucoup l'observation. Le seul nid à rester impeccable est celui de mes Crematogaster; tout simplement parce qu'il n'y a pas d'humidité à l'intérieur, cela aide grandement. Il faudrait trouver la formule magique (un petit air de flûte ?) pour les faire déménager d'un nid sale à un nid propre... bref...

That's all folks !

Partager cet article

Repost0

commentaires