Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 22:59

Crematogaster scutellaris: yep, j'avais fait une estimation de 1 000 ouvrières, je n'étais pas très loin, j'avais sous-estimé la colonie ! Après utilisation du super compteur de bibi675 (si vous le voulez, c'est ici que cela se passe Antscounter), il s'avère qu'il y ait 1 410 ouvrières dans le nid et une centaine dans l'ADF, ce qui porte l'effectif de cette colonie à 1 500 ouvrières. Sacré sous-estimation, n'est-il pas ! Je signale au passage que cette espèce est une des rares, parmi toutes celles que j'ai, à avoir autant de fourrageuses dans l'ADF nourriture ou pas, même s'il y a les abreuvoir qui sont attractifs.

comptageCremato00.jpg comptageCremato01.jpg comptageCremato02.jpg comptageCremato03.jpg comptageCremato04.jpg

Je rapelle que ni je les chauffe, ni je leur fais faire de diapause (mise au froid). Elles sont toute l'année à température ambiante, suivant imperturbablement leur petit bonhomme de chemin. La seule différence est la vitesse de développement, et encore, je trouve qu'elles s'affranchissent pas mal des basses températures (jusqu'à 17°C) en automne et au printemps quand les températures extérieures sont un peu fraiches et qu'il n'y a pas de chauffage dans l'appartement.

Actuellement, elles n'ont plus de nymphes et les larves les plus évoluées sont sur la photo n°3 ! Globalement, les larves sont plutôt comme sur la photo n°5, de petite taille. Toutes les espèces se développent par palliers, au grès des pontes de la gyne, c'est encore plus flagrant chez Crematogaster scutellaris. La reine pond "comme une malade", puis se repose le temps qu'une génération de nymphes se transforment en imago. Comme le développement est plutôt long, elle se repose quand même pas mal !

Sur la photo n°4, c'est de la fausse patafix (marque distributeur - les fameuses MDD pour les spécialistes) qui me sert à maintenir le tuyau de liaison entre l'ADF et le nid. Ce dernier étant légèrement trop petit pour être bien tenu (on est jamais à l'abri d'une erreur de manipulation et d'une petite hémorragie d'ouvrières). C'est impeccable. Je ne pouvais pas mettre de silicone de base sans m'affranchir des émanations toxiques pour les fourmis et je n'ai pas de silicone d'aquairOum. Puis le silicone est pénible à enlever (pas impossible). Là je peux repositionner, changer, bref, je fais ce que je veux.

---------------------------------------------------------------

Messor minor hesperius: contrairement à mes Messor barbarus, je les garde à l'intérieur sans mise au froid. Elles se portent bien, la colonie se développant. Je n'ai qu'un seul media (troisième photo) par contre et elles ne semblent pas sur la voie d'aller au-delà avec des major, pour l'instant du moins. Je verrais pas la suite (autrement dit l'an prochain) si je les mets dehors pour une petite diapause light (probable d'ailleurs).

Messorminor0000001.jpg Messorminor0000002.jpg Messorminor0000003.jpg

Diapause: il a fait chaud samedi/dimanche, et quand je dis chaud c'est 19°C avec un vent du sud à décorner des boeufs, pour un mois de novembre c'est surprenant. Aucune colonie à l'extérieur n'a bronché; elles sont imperturbables dans leur trip diapause !

PS: j'ai chopé une nouvelle tégénaire... c'est énorme et c'est dégueulasse mais ce sera pour un autre billet !

Partager cet article

Repost0

commentaires