Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 00:01
crematooo001.jpg crematooo002.jpg crematooo003.jpg crematooo004.jpg

Crematogaster scutellaris: on ne peut pas spécialement dire que je les bichonne ! Je veille à ce que leurs deux abreuvoirs (eau et miellat) soient plein, je balance des proies (vers de farine) et elles font leur vie. Et bien figurez-vous que cela leur réussi sans dommage. J'ai fait un comptage (un mixe comptage et estimation pour dire vrai, je ne les compte pas une par une de la première à la dernière) et elles sont 1 000 ouvrières ! Le développement fonctionne par vague: une vague d'oeufs qui donne une vague de larves, puis de nymphes et, je vous le donne en mille (oooopz, le vilain jeu de mots que voilà !), une vague d'imago. Ce qui donne parfois l'impression que la colonie stagne alors qu'il n'en est rien du tout. Certes les différents stades sont longs mais il faut être patient.

Le chemin parcouru est sympathique ! J'ai commencé en mars 2008 avec une gyne seule donnée par Mr Propre, deux ans et demi après, j'ai un beau cheptel. Je ne les chauffe pas et je ne leur fais pas faire de diapause. Elles s'accomodent fort bien de températures somme toute assez basses en comparaison à leur biotope d'origine. D'ailleurs, une colonie a élu domicile dans le jardin de mes parents près de Lyon (sans mon intervention je précise). L'espèce (réchauffement climatique oblige et surtout hivers plus doux) n'a surement pas fini sa conquête de la France.

J'ai trouvé un truc extra pour pouvoir nettoyer leur ADF sans être trop ennuyé (pas une mince affaire - rien de plus tenace et longuement tenace qu'une ouvrière cramponnée aux poils d'un pinceau, essayer et vous verrez): je braque une lampe de bureau sur le nid et je peux, peu ou prou tranquillement, frotter avec un coton humide le sol  de leur ADC et enlever les débris divers. La chaleur leur fait perdre tout sens de la réalité: elles forment des grappes compactes et m'ignorent. Par contre, une fois le ménage fait (j'en ai fait un gros présentement) et la source de chaleur éteinte, elles se dispersent aussitôt et elles ont parcouru en long large et travers cette nouvelle ADF rutilante et brillante et enfin propre; "tiens, où s'est-il qu'on est ?". Même si on doit être loin d'une telle interrogation, les Crematogaster ne laissant pas de traces chimiques au sol.

Un autre fait plutôt amusant et qu'elles snobent la partie du nid qui jouxte la réserve d'eau. J'ai eu utilisé (à tord, j'en conviens) la mousse oasis afin d'humidifier le nid; c'était au début, je psychotais un peu sur le fait de les maintenir dans un nid sec ou alors je n'avais pas le temps de remplir à nouveau l'abreuvoir d'eau. Depuis, elles ont dû identifier cette partie du nid comme potentiellement humide ou soumis à des risques d'humidité. Avec le temps et la démographie galopante de la colonie, cet état de fait devrait changer !

Heureusement que j'ai mes pom pom girls (cheerleaders) du commandant Cousteau à la mauvaise saison (qui commence d'ailleurs, sniff sniff), sinon mon salon serait bien morne et mes activités de myrmécophile bien chétives.

-----------------------------------------------------------------------

PS: pour ceux qui auraient quelques posts de retard (honte à eux) l'ADF est une boite des fameux chocolats Ferrero reliée par le biais d'un tuyau. Easy et diablement efficace !

Partager cet article

Repost0

commentaires