Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:36

Cataglyphis velox: j'ai procédé à un petit comptage. Pas évident car, dérangées elles courent vite et dans tous les sens,  elles mordent fermement avec la position du gastre en avant qui va bien. Il y a grosso merdo 70 ouvrières et encore 15 cocons de toutes tailles. Il n'y a plus ni oeuf ni larve; preuve en est que la diapause pour cette espèce est proche. Je leur laisse la lampe de bureau qui les chauffe histoire qu'elles finissent leurs derniers cocons puis une fois le chauffage collectif arrivé (la goutte au nez, je n'en peux plus d'attendre -  un petit 10°C ce matin et j'ai froid à mes fourmis "embalconnisées"), je l'éteindrai tout le temps de leur hivernage. Il ne faut pas que je merde ce passage difficile à négocier qui à chaque fois me fait régresser l'effectif de la colonie et repartir pour ainsi dire à zéro. A leur décharge ou la mienne, je ne sais plus très bien, elles s'étaient prises un déménagement dans les mandibules au printemps, cela ne les a pas aidées. C'est l'observation et l'ajustement permanent avec cette espèce espagnole, pas de la tarte !

cataglyph0001.jpg cataglyph0002.jpg cataglyph0003.jpg

Comme vous pouvez le voir chers lecteurs, elles m'ont un peu mis le wave dans l'ADF avec sortie d'un bon paquet de sable (bande de soloupiotes va) ! Et bien entendu, la colonie avait pris ses quartiers pas encore tout à fait d'hiver, sous cet affreux amas que j'ai enlevé avec mes ch'tits doigts. Cela me gâchait la vue !!!!

cataglyph0004.jpg cataglyph0005.jpg cataglyph0006.jpg cataglyph0007.jpg

Encore des moments non transcendentaux et pas super photogéniques: je ne suis pas aidé par la condensation sur le plexi qui commence également à être plus très propre (appréciez le doux euphémisme). Mais je suis toujours amoureux de leurs longues jambes et de leurs petites barbichettes (palpes labiaux). La gyne reste d'un zen, mais alors d'un zen... toute la colonie s'affolait ou presque (les juvéniles restaient en rang d'oignons sur les bords du nid) et madame ne bougeait pas (Ooooooooops, pardon, une Camponotus maculatus se proméne sur mon bureau... ben d'où que tu sors toué ?? C'est rare mais cela arrive parfois et ce sont des moments épiques à mater; cul en l'air et balayage des antennes -> attrapage -> retour au nid).

Il ne va plus me rester grand chose à me mettre sous les yeux avec toutes ces diapauses programmée...SNIF SNIF ! Je ferais un ch'tit bilan plus tard, quand j'aurais le time ;o))

The end

Partager cet article

Repost0

commentaires