Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 00:01

Carpenter Ants Of The United States And Canada de Laurel D. Hansen et John H. Klotz

Un vrai régal ce bouquin, d'autant plus pour sa facilité de lecture, même s'il laisse beaucoup de questions en suspend.

  • Life history:

Les colonies matures ont des nids satellites. La diapause se fera dans le nid principal.

  • Nid principal: généralement proche du sol, il est très humide afin de préserver le couvain
  • Nids secondaires: généralement en hauteur, moins humide et plus chaud, ils servent à la maturation des cocons.

Sexués: il faut 6 ans à une colonie avant de produire ses premiers sexués, moins si la colonie est polygyne. Les mâles ont une durée de développement 2 fois plus courte que les ouvrières. Ils peuvent être produits par des major en cas de décès de la gyne chez C. pennsylvanicus, ou par des gynes non fécondées chez C. modoc et C. vicinus. Une gyne fécondée vit entre 7 et 21 ans.

Développement: (j'ai relu 3 fois pour être certain de bien comprendre, la passage est ardu)

Curieusement, la croissance d'une colonie est influencée par la concurrence (autres colonies) et la présence ou pas de prédateurs. Les ouvrières savent s'adapter aux abondances ou carences de nourriture; les larves serviront à stocker la nourriture en cas d'abondance et pourront être cannibalisées en cas de disette. Par contre, elles réduiront le couvain si la concurrence est importante ou les prédateurs nombreux afin de limiter les risques liés au fourragement (comprendre et transposé à nos élevages: stress = faible couvain = faible développement).

Taille des colonies: la taille moyenne de la plupart des colonies de Camponotus est comprise entre 3 000 et 6 000 ouvrières, mais elle peut aller jusqu'à 100 000.

Une colonie de C. herculeanus peut produire:

  • 4 500 mâles
  • 1 800 femelles

Organisation: la règle est la monogynie mais les grandes colonies peuvent pratiquer l'oligogynie; chaque gyne défendant son propre territoire au sein d'un nid (C. herculeanus et C. ligniperdus). Camponotus vicinus est la plus polygyne, on a retrouvé 41 gynes dans un seul nid. Cette polygynie serait la conséquence d'une pléométrose.

Toutes les expériences de polygynies en laboratoire ont échoué; la polygynie durant de quelques jours à 6 mois avec un record de 18 mois se soldant par le conflit des deux gynes restantes et la mort des deux (comprendre, n'essayez même pas !!).

Usurpation: les nids satellites peuvent être pris d'assault par une gyne fraichement fécondée.

  • Fourragement:

Il se fait classiquement via des pistes physiques ou chimiques qui peuvent être permanentes pour des colonies d'arthropodes ou éphémères. Beaucoup d'espèces fourragent de nuit afin d'éviter la prédation des oiseaux. Elles peuvent également construire des tunnels faits de débris ou de terre. Ces tunnels sont "aériens" ou souterrains et ont entre 5 voir 25 cm de profondeur. Quand ils suivent les racines d'un arbre, ils peuvent atteindre 1m20 de profondeur.

Les phéromones de marquage au sol perdurent jusqu'à 2 heures et sont déposées via le gastre.

Chez C. herculeanus et C. pennsylvanicus 10% des ouvrières fourragent à l'extérieur. Ce qui peut permettre d'évaluer la population d'un nid sans le détruire et compter les membres contenus. En laboratoire, les activités de fourragement sont affectés si plus de 100 fourrageuses sont soustraites par mois pendant deux mois.

Entre 10°C et 14°C, la plupart des ouvrières peuvent fourrager, particulièrement dans le nord des USA. Camponotus vicinus aime particulièrement le froid et commence à fourrager aux environs de quelques degrès mais arrête toute activité à partir de 20°C.

Les Camponotus sont omnivores (insectes, carcasses d'animaux, sécrétions végétales, miellat etc), 1% des fourrageuses ramènent des proies entières au nid, la plupart du temps, des morceaux sont ramenés entre les mandibules. Camponotus floridanus est particulièrement friande de termites dont les nids sont dans le même type de bois.

Les particules de 200µm ne peuvent être ingérées par une ouvrière et à 150µm, la particule sera filtrée. Ces minuscules particules sont accumulées et stockées dans la poche infrabuccales pendant plusieurs jours où des enzymes  les dégraderont en partie (présence également de bactéries dans cette poche) et  sont "recrachées" sous forme de boulettes.

That's all folks ! 

Partager cet article

Repost0

commentaires