Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 13:47

Je me rends compte, non sans effroi (sans déc' ?!) que je n'ai jamais fini, du moins sur le blog:

Fire Ants by Stephen Welton Taber, 2000, Texas A&M University press.

Finir le livre a été un peu une tâche besogneuse, surtout parce que l'auteur répète ce qu'il a déjà énoncé dans le reste de l'ouvrage. Certes, la répétition à une valeur pédagogique mais à ce point... Pour conclure, puisqu'il s'agit bien de cela, l'auteur indique que "la pire" des fourmis de feu demeure la RIFA (Red Imported Fire Ants). Cependant, il semblerait que cette espèce ait atteint ses limites écologiques, les populations sont en décroissance dans les régions infestées il y a longtemps. L'espèce connait trois phases de développement:

  • une phase d'expansion (rapide et importante)
  • une phase de stabilité
  • une phase de décroissance

La dernière phase serait principalement dû à l'épuissement des sources de nourriture. Passé l'effet de surprise, la nature reprend ses droits et régule ;oP

L'auteur conclut de façon philosophique: si beaucoup d'espèces ont disparu du fait de l'action de l'homme, jamais aucun insecte n'a commi un tel acte.

-----------------------------------------------------------------------

Je prends d'assaut un nouveau livre avec petite fiche lecture/résumé pour vous:

Carpenter Ants Of The United States And Canada de Laurel D. Hansen et John H. Klotz

L'ouvrage commence par une préface indiquant le pédigree des auteurs (youpi hourra, je m'en bats les gougnettes), puis vient l'inévitable aknowledgments où l'on remercie les photographes, dessinateurs and co, une bonne séance de léchouilles affectueuses. S'en suivent des généralités.

Il existe 900 espèces de Camponotus dans le monde, dont 50 vivent aux USA et au Canada (l'ouvrage date de 2005, ces chiffres doivent être pris avec prudence, même s'ils ne datent pas de Mathusalem). Componotus medoc et Camponotus vicinus ont les colonies les plus populeuses avec des nids pouvant contenir entre 50 000 et 100 000 ouvrières (ça calme, hein ?). Les Camponotus nord-américaines partagent généralement leur biotope (environnement forestier) avec les Formica et comme elles, jouent un rôle essentiel dans la prédations des nuisibles qui s'attaquent aux arbres (insectes qui consomment leurs feuilles). Elles peuvent même partager une même colonie de pucerons en récoltant à différents moments de la journée (Camponotus pennsylvanicus et Formica subsericea).

  • Relations avec les autres:

Anting: les oiseaux prennent des bains de fourmis; l'acide formique détruirait leurs parasites.

Les Camponotus représentent jusqu'à 97% de la nourriture des piverts !

Les nids des Camponotus hébergent toutes sortes d'arthropodes avec une multitude de comportements différents qui vont de la simple cohabitation (les fourmis offrants le logis, comme pour certains grillons) en passant par le parasitisme (arthropodes qui sollicitent et obtiennent des trophallaxies de la part des ouvrières), jusqu'à une forme de parasitisme plus poussé comme des mouches phorides qui pondent dans la tête des major ou des insectes qui consomment le couvain de la colonie en toute impunité. Il existe aussi des champignons parasites mais ils sont plutôt rares, les fourmis entretenant sur leur chitine des antibiotiques assez efficaces contre leurs attaques.

Je ne m'attarde pas, c'est somme toute assez commun à beaucoup d'espèce de fourmis.

Plus surprenant sont un certain nombre de bactéries que l'on trouve sur les avaires ou dans la poche infra-buccale. Pour ces dernières, on les trouve également dans la terre et elles joueraient un rôle nutritionnel ou digestif. Pour les première, leur fonction est inconnue.

  • La nidification:

Les Camponotus vivent principalement dans les forêts tempérée et jouent un rôle essentiel dans le procéssus de dégradation du bois mort. En le creusant pour nidifier (leurs galeries suivent généralement les nervures du bois), elles facilitent l'installation d'un champignon qui dégradera sa cellulose, permettant ainsi d'enrichir l'humus et donc de nourrir les arbres. Les Camponotus ne consomment pas le bois.

Leurs nids ne se limitent pas au simple bois mort, elles peuvent également creuser le bois vivant, les racines, s'installer au sol. Le lieu du nid dépend de l'espèce, du climat et du biotope.

En résume, leur rôle dans le milieu forestier est essentiel:

  • elles permettent la dégradation du bois mort
  • elles consomment nombres d'insectes nuisibles aux arbres
  • Morphologie:

C'est un must concernant cet ouvrage, les planches à dessins sont très détaillées et les photos, bien que de mauvaise qualité et en noir et blanc, sont assez parlantes. Ceci dit, ce n'est pas forcément passionnant (comme qui dirait qu'il y a de la lecture en diagonale de ma part, pour ne pas dire certains zappages en bonne et due forme). On perd vite pieds !!! Aller, je suis gentil, je vous joins quelques documents:

00bacteries.jpg 00gastre.jpg 00male.jpg 00respiration.jpg 00taille.jpg
00appareilbuccale.jpg 00tete01.jpg 00tete02.jpg 00nidsCamponotus.jpg

PS: le dernier document n'a rien à voir avec l'anatomie de nos chères bestioles à 6 pattes mais est un tableau mettant en parallèle les différentes espèces et les lieux de nidification, cela ne vous aura pas échappé je présume.

PS': bien entendu, pour une meilleure visibilité, les documents sont agrandissables par un simple clic de mulot !

A suivre...

Partager cet article

Repost0

commentaires