Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 00:23

La routine du blog: prendre quelques photos et trouver quelques menues histoires à raconter !!! Je ne vous le dis pas mais c'est un sacré métier hein !! LOL. D'autant plus quand il ne se passe pas grand chose, pour ne pas dire RIEN !

------------------------------------------------------------------------

Formica lusatica: mes allemandes ! En bonnes Formica de base, elles attentent la diapause, elles forment des amas compactes au sein du nid; cela ne trompe pas. L'abreuvoir à miellat est un Dieu auquel elles offrent leurs jabots sociaux afin de provisionner avant l'hiver. Elles consomment aussi quelques insectes mais la mandibule n'y est plus; j'ai beaucoup moins d'ouvrières en attente dans l'ADF et les proies ne sucitent pas autant d'enthousiasme qu'avant. Elles sont loin les chevauchées sur un asticot ou un vers de farine et les bestioles sont plus attaquées pour atteinte à leur sureté coloniale (c'est très territorial une ouvrière Formica) que par besoin alimentaire. Ceci dit, si elles stockent un peu de viande, je ne leur en voudrais pas le moins du monde. J'ai toujours mes "commensaux" ailés alias les drosophiles dans le nid (en même temps, cela fait un peu de nettoyage des surplus militaires-alimentaires - elles ne sont pas d'une propreté exemplaire). Si les dites mouches restaient dans le nid, cela m'irait fort bien mais elles ont tendance à se sauver et je les retrouve dans la cuisine (merdum cacadum). Je me demande si elles vont survivre à l'hiver; c'est que je commence à m'y attacher à ces bêtes là... mouais, disons surtout que cette cohabitation m'intrigue. N'empêche que la plupart reste intra-nido; c'est assez amusant à observer, de temps en temps une ouvrière les pourchasse comme un mouvement d'humeur (tu m'agaces toi, dégage de là) mais rien de très convainquant ou persévérant. Vous avez une de leurs amies ailées sur la troisième photo (en haut à gauche). C'est de la petite mouscaille, à moins que les mâles soient plus petits que les femelles.

lusatica12658900.jpg lusatica12658901.jpg lusatica12658902.jpg

Camponotus maculatus: pour elles, bien sur, pas question de diapause. Elles se sont un peu calmées sur la production de mâles. Non pas que cela soit dérangeant, mais cela ne servait pas à grand chose. Le soir, elles partent en chasse et j'ai une horde d'ouvrières qui parcourent les parois de l'aquariOum comme des cinglées (le soleil se couchant dans mon salon, la température ne doit pas être étrangère à ce mouvement "militaire"). Par contre, le matin, "froid" oblige, tout le monde est bien sagement à l'intérieur du nid protecteur. Et c'est là que je me rends compte qu'elles sont vraiment nombreuse et le couvain est toujours aussi conséquent (mamma mia) !!! Elles ont changé de place le dépotoir; il n'est plus à l'arrière du nid donc difficile d'accès mais devant, à quelques centimètres de l'entrée en bas du nid. Bonne idée les filles, ce sera plus facile de faire un brin de ménage ! Pour les pics, trois fois rien... n'empêche, comme la première photo vous le montre, même l'estomac plein, cela ne les empêche pas de se faire des trophallaxies avec mouvements de palpes labiaux ou grosses pelles avec la langue ;o)))

maculatus00012500.jpg maculatus00012501.jpg maculatus00012502.jpg

Cataglyphis velox: les nombreux cocons commencent à me donner de charmants imago à la tête jaune orangé, et en plus, ce sont de beaux major aux longues pattes et fort bien charpentés. Je ne comprends pas trop la logique car j'ai de nouveaux des larves (grandes et petites). Normalement, rythme biologique oblige (elles sont très proches des Formica - de proches parentes qui se sont adaptées aux fortes températures), la gyne aurait dû arrêter de pondre. Vous me direz, je verrais bien ce que cela donne et il sera toujours temps de couper le chauffage quand elles auront décidé qu'il faut faire un p'tit dodo hivernal (à l'intérieur - hors de question de les soumettre aux températures extérieures) mais il me semble que l'an passé, elles avaient arrêté plus tôt leur développement. Peut-être est-ce là la clef de mes galères avec cette colonie; une hivernation trop longue l'an passé (pas assez froide) et donc une forte mortalité des ouvrières... ηὕρηκα (eurêka) peut-être ou peut-être pas. La lampe qui les chauffe fausse la donne il me semble, comme le chauffage de l'appartement en hiver...

velox126585200.jpg velox126585201.jpg velox126585202.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires