Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:06
Les "laborieuses" d'abord:
Camponotus fellah: j'ai enfin 1 cocon !! Il y aurait presque de quoi sabrer le champagne. Je ne sais pas si c'est l'effet cocon mais le couvain commence à devenir sympathique: j'ai un bon tas d'oeufs (ça, j'ai déjà eu) et quelques larves que je devine à travers le cache rouge. Franchement, on croirait la gyne en cours de fondation, mais qu'importe, je ne suis pas mécontent de me sortir de ce mauvais pas.
Camponotus nicobarensis: j'ai réussi à sortir les ouvrières échappées de la réserve d'eau du nid de mes Temnothorax nylanderi. D'abord une par une en les enquiquinant puis j'ai trouvé une soluce miracle qui les a toutes fait sortir sur le champ: j'ai mis du gaz carbonique, effet garanti !!! Je ne sais pas si c'est une caractéristique propre aux espèces tropicales, mais elles détestent le gaz carbonique, elles fuient dès qu'elles sont en contact avec. Du coup, cela m'a évité de les gazer complétement et de les sortir au pinceau.
Cataglyphis velox: 14 cocons, elles les enchainent à la queueleuleu. Ce sont des espanges, le temps qu'elles trouvent le mode d'emploi, qu'elles se tâtent pour savoir s'il ne fait pas trop chaud pour travailler etc.
-------------------------------------------------------------------------------
Temnothorax unifasciatus: la vie pépère, hormis quelques rares nymphoses, elles ne feront plus rien maintenant. Je leur ai nettoyé leur ADF; j'ai enlevé les mouches (opération délicate et surtout longue car il faut mettre les cadavres de mouches à part et s'assurer qu'aucune ouvrière n'est cachée ou grignotte l'intérieur - j'en ai récupéré 4 ainsi), j'en ai mis de nouvelles et j'ai changé leur galette de miel (une grosse pâtée de miel sur lequel je mets du sable afin qu'elles ne s'engluent pas), l'ancienne étant quasiment séche. Elles vont vivoter jusqu'à la diapause. Je trouve tout de même mes ouvrières grandes, en taille et même si ce n'est pas du tout la même morphologie (le thorax est plus long comme le reste du corps d'ailleurs), elles n'ont rien à envier à des Lasius. Les plus gandes/longues font facilement 5 mm.
Temnothorax nylanderi:je n'ai rien de particulier à en dire au final lol !!! J'ai toujours mon ouvrière parasitée reconnaissable à sa couleur entièrement jaune et la colonie se développe petit à petit. Elles ont tout de même trouvé un peu de temps et d'énergie pour me faire un mâle, je n'en vois pas l'utilité mais si cela leur fait plaisir, pourquoi pas ! Sa mise à mort est programmé: ni il n'essaimera (pas la saison) ni il ne fera la diapause avec la colonie.
Crematogaster scutellaris: dans le genre "je ne me sens plus", elles sont fortiches, elles ont un couvain phénoménale. Le gros hic en ce qui concerne leur élevage (honnêtement, je ne m'en occupe pas vraiment hormis en les nourrissant) est que j'ai une ribambelle d'ouvrières qui ne quittent pas l'ADF et surtout restent scotchées à l'abreuvoir à miellat. Pour nettoyer l'ADF, c'est la croix et la bannière, pareil pour l'abreuvoir. Il faut que je leur fasse une nouvelle air de fourragement, plus vaste et que je condamne l'ancienne comme je l'ai fait pour mes Lasius niger. Sauf que je ne trouve plus de petite boite de rochers Ferr*ro.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires