Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 00:01
On va un peu causer de ma nurserie (la pouponnière dans le billet du 11 juillet 2009) !! Il n'y a rien de plus attendrissant qu'une gyne fourmi prenant soin de ses larves ou de ses premières ouvrières. Vous ne vous rendez pas compte mais c'est sa vie qui est en jeu. Si elle passe cette première étape, les ouvrières iront chasser, la nourriront et elle aura une nombreuse descendance, dans le cas contraire, elle aura épuisé toutes ses réserves (dont la digestion des muscles de ses anciennes ailes qu'elle s'est auto-enlevée) et il ne lui restera plus qu'à mourrir de faim, tout simplement.
Lasius flavus (colonie polygyne): la petite colonie ne progresse guère, c'est presque la stagnation (elles sont vraiment d'une lenteur !!). Pourtant avec deux reines, je devrais avoir un couvain de fou. En même temps, les petites colonies ne sont pas forcément d'une activité à tout rompre non plus. J'ai de nouveau quelques larves mais rien d'extraordinaire. Pour tout dire, je me suis tellement pris de gadins avec cette espèce (je raffole de la couleur or des ouvrières) que je suis sur la défensif. La polygynie (poly = plusieurs, gynie = reine) est assez étrange chez cette espèce et variable. Normalement, Lasius flavus est monogyne; s'il se trouve que plusieurs reines fondent une colonie ensemble soit les ouvrières en tuent pour qu'il n'en reste qu'une (sympa, n'est-il pas ?), généralement les filles les plus nombreuses font un sort à la mère adoptive, soit ce sont les gynes entre elles qui se battent: maman fourmi n'aime pas la concurrence et n'est pas prêteuse de ses ouvrières. Mystère...
Lasius flavus (seule): l'une des mémères dans son module de fondation a bien travaillé (l'autre n'a strictement rien fait). Elle a 4 filles dont une d'un blanc presque translucide, ainsi que des cocons et de nouveaux oeufs et tout cela sur ses simples réserves (jabot social + muscle alaires). La gyne est beaucoup plus volumineuse que celles de ma première colonie, celle polygyne. Je leur ai mis un peu de miellat sur un papier d'aluminium histoire qu'elles s'alimentent. Ce qu'il y a de difficile chez flavus (opinion toute personnelle, j'en conviens) est pour moi le nourrissage. Dans leur milieu naturel elles peuvent quasiment passer inaperçues: elles forment de petits moticules de terre pour protéger leurs colonies de pucerons et vivent quasiment de façon claustrale. Contrairement aux autres Lasius, elles ne s'intéressent guère aux insectes, du moins je ne l'ai jamais constaté.
 Lasius flavus
 Lasius flavus
 Aphaenogaster  Aphaenogaster
Aphaenogaster dulcineae: la petite dulcinée (après tout c'est son vrai nom - il y a vraiment de l'imagination chez les entomologistes, celui qui l'a nommée devait être amoureux) a désormais 3 nymphes, dont une qui a commencé sa coloration, et 3 larves. Le genre Aphaenogaster ne pratique pas de trophallaxies, les ouvrières doivent donc amener les proies directement au nid. Le tube est quasiment sec et cela ne semble pas la traumatiser. Par acquis de conscience (prevenant le gars avec ses élevages de bestioles) j'ai mouillé le coton qui bouche le tube à essai. Ce serait dommage de perdre une colonie alors que le dénouement est si proche. J'adore la première photo (ne plissez pas les yeux, cliquez dessus - les vignettes sont prévues pour cela - ce sera plus simple); non pas qu'elle soit top (je fais ce que je peux aussi) mais on devine dans une sorte d'ombre les mandibules de cette dame, toute en longueur: cela doit dompter un doigt trop curieux m'est avis.
Lasius cf niger: là, c'est la mémère que j'ai choppée à l'espace fumeur de ma boite (à quatre pattes par terre pour courrir après une fourmi et la choper, je vous confirme que le ridicule ne tue pas !!). Je trouvais qu'elle avait une forte physogastrie (gonflement de l'abdomen sous l'effet des ovaires) et en regardant de plus près, elle a une trentaine d'oeufs !!! C'est bien la première fois que je vois une gyne pondre autant. Je vous rassure, elle n'aura pas une trentaine de premières ouvrières. Certains oeufs sont destinés à sa consommation personnelle (une petit encas) et d'autres à alimenter les futures larves. Avec la deuxième photo, vous pourrez vous vanter d'avoir vu le trou du cul d'une fourmi; qu'on se le dise, ce n'est pas donné à tout le monde et est surement d'un chic sans pareil lors d'un diner mondain, j'imagine bien "très chère, avez-vous vu ce magnifique trou du cul de fourmi ?"..
  That's all folks ! 
PS: l'inventaire ne serait pas complet sans un autre gyne Lasius sp, beaucoup plus petite qu'une niger (je serai bien en mal de l'identifier avec précision et j'attends pour cela de voir les premières ouvrières) qui s'était invitée toute seule dans ma cuisine. Son couvain est conséquent (aucun souci de ce côté là) mais son gastre est un peu maigrichon, j'évite donc toute manipulation donc toute prise de vue qui pourrait porter préjudice à sa délicate fondation.

Partager cet article

Repost0

commentaires