Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 00:01
La rétrospective continue...
Lasius niger: la classique fourmi noire des jardins, surement la plus répandue et la plus commune, même si nombre de fourmis identifiées comme des Lasius niger n'en sont surement pas, Lasius comprenant un grand nombre d'espèces très difficiles à différencier entre elles ! Ce n'est pas la plus aimée des jardiniers: en effet elles élèvent de grandes colonies de pucerons pour leur miellat sucré dont elles raffolent, des éleveuses de bétails bien avant que l'homme ne s'y mette. Une histoire un peu compliquée en ce qui me concerne puisque j'avais acquis à l'origine 2 colonies, une en provenance d'Angleterre et une d'Allemagne courant janvier 2008 avec quelques ouvrières chacune. Sauf qu'assez rapidement une des colonies (l'anglaise) perdit sa gyne, cette espèce est monogyne. J'avais procédé à la fusion des deux, histoire de sauver avant tout le couvain et les ouvrières, le résultat obtenu fut mitigé; les ouvrières apparentées à la gyne restante éliminèrent petit à petit leurs colocatrices. Bref, d'une vingtaine d'ouvrières à l'époque je suis passé un an et demi plus tard à 1 500 bestioles et 500 grosses larves. Bien entendu, je leur fais faire une diapause afin de respecter leur rythme biologique. Si l'espèce ne possède pas de castes à strictement dire; toutes les ouvrières sont identiques, il y en a cependant des plus grosses que d'autres, sans que je sache pourquoi. Pour un peu que l'on respecte une bonne humidité dans le nid, elle ne présente aucune difficulté à mon goût, on la conseille souvent aux débutants.
Le nid Sa majesté la reine Couvain Couvain
Messor barbarus: j'ai commencé avec une gyne seule dans son tube à essai le 2 janvier 2008. J'ai longtemps hésité pour leur faire faire une pause hivernale car l'espèce est surtout méditerranéenne mais vue qu'à l'arrivée de l'automne elles ne possédaient plus aucun couvain, elles ont fait un petit séjour sur mon balcon jusqu'à temps que les gros froids arrivent. Aujourd'hui la colonie possèdent environ 250 ouvrières, ce qui n'est pas énorme. J'ai eu des difficultés au début de mon élevage: mon nid était trop humide (erreur de débutant) et j'ai  eu des décès d'ouvrières et peu de couvain. Aujourd'hui mon nid est presque sec avec un abreuvoir dans l'ADF, ce qui leur va beaucoup mieux. Messor est un genre un peu particulier, cette fourmi est avant tout granivore (même si elle peut s'accomoder de quelques insectes, elle peut très bien s'en passer sans souci) et les espèces végétariennes ne sont pas légion, les fourmis étant avant tout omnivores. Les ouvrières décortiquent les graines, imbibent de salive et mâchent son contenu fabriquant ainsi une sorte de pain qu'elles consomment ensuite. Le nourrissage des larves aussi est particulier. Alors que la plupart des fourmis font des trophallaxies (vidant leur jabot social dans l'estomacs des larves) ou déposent des morceaux d'insectes sur les mandibules voraces de ces dernières, Messor allaite en quelque sorte. Messor possède à l'arrière du cerveau des glandes post-pharingiennes ou glandes nourricières (ce sont ces mêmes glandes qui, chez les abeilles, fabriquent la gelée royale) qui sécrète un élément nutritif. Autre particularité, ce genre a des castes: minor, media et major ou plus prosaïquement dit, des ouvrières de toutes les tailles allant de la petite ouvrière à la très grande dont la morphologie est assez proche de celle de la gyne. Les major, bien qu'ils peuvent accomplir un rôle défensif (la petite taille est un avantage plus important en cas de conflit entre deux colonies) servent avant tout à casser les coses dures des graines avec leurs fortes mandibules et sont aussi de super nourrices. Sans compter que leur grande taille leur permet de transporter facilement les larves de sexués.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Grey 09/07/2009 22:26

Si tu pensais que c'étaient des sexués ;)

etii 09/07/2009 22:51


Je n'en sais rien mais ne pense pas...d'après ce que j'ai pu observer, ce sont des major de très grande taille: ils sont mis à part mais font leur nymphose avec le reste du couvain.
Coeurdi@ - Thierry


Grey 09/07/2009 19:34

Moi je tiens ça d'un bouquin Et pour les larves, tu m'as pas répondu

etii 09/07/2009 20:01


Répondu à quoi ? Quelle était la question ????
Coeurdi@ - Thierry


Grey 09/07/2009 11:08

Coucou !Ta gyne Messor est magnifique, le rouge est très marqué autant sur la tête que l'abdomen. Mes 2 gynes Messor (barbarus et minor) ne sont que peu rouges et uniquement sur la tête.Sinon, les Messor ne sont pas vraiment végétariennes, surtout qu'elles apprécient les compléments protéinés comme les insectes :D La tétée que reçoivent les larves, ce sont des stérols, une forme de lipides facilement assimilables (dont 2 sous-classes très connuses : les cholestérols [attention etii :D] et les stéroïdes [en cette période de tour de France ça revient souvent ^^])Pour les larves très blanches d'un de tes photos, celles qui sont dans une salle à part, tu les as depuis combien de temps ? Ca pourrait très bien être une envie de frénésie reproductive ça :sA +

etii 09/07/2009 13:15


Les couleurs sont parfois dues à la lumière, en l'occurrence très forte...car en vérité, elle est très noire. Le rouge est une nuance...
Dans le style abus de langage: les Messor sont végétariennes et non végétaliennes si on ne peut même plus vulgariser
tranquillos dans son coin ;oP Pour le reste, on a dû mater le même reportage scientifique.
Coeurdi@ - Thierry