Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 22:51
Cataglyphis velox: les larves poursuivent leur développement et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elles sont aussi rapides à grossir que des larves Formica. D'ailleurs, la gyne pond toujours et les ouvrières rajoutent les oeufs à la grappe. J'ai deux larves de bonne taille: elles sont amusantes avec leur long cou flexible et très movible. Les ouvrières utilisent les morceaux de mouches entreposés au sein du nid pour les nourrir, elles tapent dans le garde-manger ! Ce qui leur évite de fourrager (Ouep, des fainéasses !!). Je dirais que leur comportement est plus intéressant que celui des Formica qui, elles, ne font pas de provision au sein du nid, ne s'abreuvent pas le matin (la rosée dans les milieux désertiques), ont besoin d'un nid humide et ont des larves assez amorphes. Sans compter que les Cataglyphis ont une taille fort sympathique pour l'observation. Reste à savoir ce que la colonie va me faire avec ses larves: minor ou major ?? That is the question...si le seul facteur nourriture est à prendre en considération, ce seront des major, si elles font comme les Formica qui décident en fonction de la saison plutôt qu'en fonction des resources, ce sera différent.
Camponotus truncatus: elles m'en ont fait une bonne, si je peux m'exprimer ainsi !!!! Cela faisait un moment que je les observais et que je trouvais qu'elles avaient un sacré apétit. En soulevant le papier d'aluminum qui me sert à disposer du miellat maison afin de le changer, j'ai eu la surprise de voir dessous un bon couvain (un amas jaunâtre). Je ne me suis pas fait prier, j'ai interverti le papier d'alu par un autre. Encore un nid trop humide pour cette espèce et je ne vois pas d'autres explications pour une telle installation dans l'ADF pour cette espèce assez craintive. Il me reste à vider la réserve d'eau et voir comment je peux leur procurer les conditions optimum. Autre fait, j'ai eu deux jours de suite une ouvrière noyée dans le miellat. Cela m'a foutu les glandes avant de comprendre que ces ouvrières étaient tout simplement des cadavres déposés dans le miellat comme les fourmis le font souvent et non des noyées, OUF !!!!! Sinon elles ont vraiment une organisation assez particulière avec plusieurs tas d'ouvrières qui communiquent entre elles mais sembkent indépendant...
Plagiolepsis pygmea: le nid s'assèche (il n'y a quasiment plus d'eau) et les ouvrières commencent enfin à s'activer et surtout à fourrager. Je vais finir par y arriver, mais ce n'est pas simple peu d'infos étant disponibles sur le net ou dans la littérature myrmécologique !!!!!
Ci@o !

Partager cet article

Repost0

commentaires