Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 00:05
Formica lusatica: il faut user de la ruse des Sioux pour parvenir à les photographier ! Je prends ma lampe torche à LED, je tourne la manivelle (dynamo) comme un malade, j'éclaire (elles ne bronchent pas trop), je fixe avec mon APN et là, presque inévitablement la lumière fléchit...tout ça pour montrer que les gynes ont bien oeuvré et que les oeufs sont nombreux et promettent d'un bon tas de larves aux bouches affamées.
http://i84.servimg.com/u/f84/11/84/72/52/th/formic11.jpg http://i84.servimg.com/u/f84/11/84/72/52/th/formic12.jpg
Camponotus maculatus: naissance d'un major, un de plus, surtout une bouche inutile de plus ! Ce qui doit porter leur nombre à 7 si j'ai bonne mémoire, pour ce qui d'un comptage de la colonie je crois (euphémisme) que je vais abandonner tout espoir. La sortie de cocon est plutôt longue, je ne leur confierai pas mes cadeaux de Nouyel, hormis si j'ai envie d'y rester plusieurs jours. J'ai deux ouvrières, de petite taille, qui arrivent en fin de vie: elles trainent la patte, une a même les antennes légèrement frisées. Les major sont fidéles à eux-mêmes. Quand je les observe dans l'ADF, entourant à distance le tas de cocons, j'ai l'impression de voir les soldats de Dark Vador dans Stars War avec leur oeil lumineux qui bouge de gauche à droite, c'est un peu le même topo: ils restent généralement immobiles et balaye l'air avec leurs antennes. Alors finalement, les major; soldats, vigiles, sentinelles ?? Arme de dissuasion: gros bras mais petits moyens, c'est de la gonflette, ni plus, ni moins lol !!!
--------------------------------------------
En attendant mes futures nouvelles locatrices, j'ai fait quelques recherches sur elles...et j'ai fait une forme de fiche d'élevage, du moins j'ai réuni plusieurs informations afin de pouvoir les élever correctement. J'ai avant tout pioché dans l'ouvrage de F. Bernard Les Fourmis D'Europe Occidentale et Septentrionale, les pages 257 et 258 pour ceux qui, comme moi, on la chance de le posséder (le livre est épuisé depuis quelques temps déjà mais on parvient parfois à le trouver sur Ebay - il faut aussi ne pas trop tenir compte de la monenclature des espèces, il y a eu quelques changements depuis). Donc....
TAPINOMA ERRATICUM
Présentation:
Tapinoma est le genre le plus commun et le plus répandu des Dolichoderinae européen, erraticum n'échappe pas à cette large répartition, on la trouve jusqu'à 1 900 m dans les Alpes et 2 100m des lieux abrités des Pyrénées. Dans les régions méditerranéennes, elle est souvent supplantées par sa concurrente de la même espèce Tapinoma nigerrimum, même si elle ne partage pas du tout les mêmes habitats (sols argileux et humide pour nigerrimum contre sols calcaires et secs pour erraticum).
Description:
Tapinoma erraticum est d'un noir franc, voir luisant, parfois avec des reflets cendrés sur les côtés du thorax et du gastre. Fourmis de petite taille, on peut la confondre avec un Lasius sauf que son gastre possède 4 segments seulement, contre 5 pour Lasius. Elle se distingue aussi par une forte odeur d'esters butyriques (beurre rance) et par des déplacements très rapides.
Les ouvrières mesurent entre 2 et 3,5 mm et les sexués (gyne ou mâle) entre 4 et 5 mm. Aux mœurs polygynes, elles forment cependant de petites colonies qui ne dépasse guère les 2 000 individus dans la nature; d'une part parce que les gynes, de petite taille, sont peu fécondes et d'autre part parce que le couvain nécessite une bonne température pour se développer. Elle affectionne les roches calcaires très ensoleillés et sèches ou les sables perméables, s'installant souvent sous des pierres afin de capter la chaleur généré par l'ensoleillement. La colonie forme des nids de surface, n'hésitant pas à déménager le cas échéant; c'est une espèce nomade. La nymphose, comme toutes les espèces du genre, se fait nu, les larves ne tissant pas de cocon.
Elle entretient de grandes colonies d'Homonoptères (pucerons ou cochenilles) étant friande du miellat qui est l'élément principal de son alimentation. Elle consomme aussi d'autres insectes, voir d'autres fourmis qu'elle n'hésite pas à ajouter à son régime alimentaire.
Quelques caractéristiques:
Tapinoma est un espèce combattive qui vient à bout des assauts d'un genre comme Formica ou Lasius. Elle possède une arme particulière: elle sécrète en effet une substance gluante (qui ne contient quasiment pas d'acide formique) qu'elle n'hésiste pas à déposer sur tout enemi et qui brouille les communications chimiques et olfactives de ce dernier. Tapinoma erraticum pratique des échanges trophallactiques proctodéaux: cette opération consiste à émettre par l'anus une substance blanchâtre et visqueuse qui est soit donnée aux larves, soit donnée à d'autres ouvrières.

Partager cet article

Repost0

commentaires

JEAN-MARIE PAREAUD 02/03/2020 13:49

Super / bien documenté / reste une énigme géographique car certains prétendent que le mont "Le Tapin", tiendrait son nom de la fourmi Tapinoma / ce serait assez curieux d'en trouver sur ce lieux extraordinaire pour sa randonnée sur crêtes avec une vue imprenable / GPS 45°30'55.35"N 6° 2'40.37"E ou N45° 30.926' E6° 02.672' Le Tapin - Sommet montagneux 73800 La Thuile // Merci