Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 11:25
Lasius emarginatus: elles doivent en profiter que je suis là toute la journée aujourd'hui (home work, suck world) ! J'en suis au huitième asticot sorti du congélateur. D'un autre côté, c'est relativement facile de reconnaitre la "faim" chez une colonie: plus le nombre d'ouvrières qui fourragent est important, plus elles ont faim et plus il faut donner. Depuis qu'elles sont aux mouches, elles apprécient assez peu les nimi-grillons (oui je sais, je les ai mal élevés). Il y a une explication (si tant est qu'il y en ait une) dans le livre Les Fourmis de Nos Régions aux éditions DIRE, que je viens de finir, concernant Formica, je cite:
"...si un insecte connait une démographie galopante, il sera d'autant plus rencontré par ces fourmis. Ces dernières vont alors fixer leur préférence sur l'insecte abondant (on dit que les fourmis se créent une "image de recherche")." CQFD ! C'est bien de lire des bouquins mais avec la pratique, cela fait parfois de gros TILT et la myrmécologie s'apprend toute seul :o)
Formica lusatica: les grosses mouches commencent à être considérée comme un apéro et elles ne sont pas encore assez nombreuses pour des proies plus conséquentes. J'avais déjà testé une nymphe de ténébrion (vers de farine si vous préférez) mais les mouvements de cette dernière et la dureté de la cuticule la rendait inconsommable pour mes Formica (idem pour les vers eux-mêmes). Sans faire attention, j'ai décapité une nymphe et là, BINGO !! Elles conduisent la bestioles dans le nid, non sans mal d'ailleurs. Un bon festin en perspective et surement un explosion démographique pour la colonie.
Et dans la foulée, je me retrouve avec un élevage de ténébrion !

Partager cet article

Repost0

commentaires