Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:12

macuculatuus

Camponotus maculatus : j'ai connu le déboire classique des évasions; bande de graisse mécanique qui vieillit et qui laisse passer quelques curieuses (certaines sont très très téméraires). Rien de bien méssant hein. Juste une trentaine de danseuses qui avaient pris le maquis. J'ai donc rafraichi l'anti-évasion et j'ai récupéré les évadées sur 3 jours. Assez amusant : la journée les fuyardes se cachent sous les meubles et apparaissent la nuit. J'adore les voir gambader en milieu "hostile" ou non familier si vous préférez... J'ai aussi fait mumuse avec l'ADF en rajoutant une moumoute de fausse pelouse. En l'installant, je me suis vite rendu compte que la taille ne correspondait pas vraiment avec la largeur de l'aquariOum. J'eusse pu tailler un peu histoire de plaquer le gazon synthétique (ça coûte un bras cette daube) mais me suis dit qu'il serait intéressant (même si c'était prévisible) de voir ce qu'elles allaient faire. Elles ont donc évacué tout le sable sous la moumoute pour s'aménager une sorte de base avant. Au final, moi qui n'avais aucun goût pour les ADF décorées, je me retrouve avec tout un cafarnaüm de végétaux synthétiques.

Published by etii - dans Camponotus
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:51

Point grand chose de neuf... les violettes sortent, du moins celles endémiques à nos régions (c'est encore trop tôt pour les américaines - le gros de mes troupes quand même). Cette année, je suis parvenu à maintenir mes parmes, ce serait bien que je réitère l'an prochain. Ce ne sont pas tant les fleurs qui sont sympa mais le parfum qui est vraiment particulier, plus délicat qu'une violette à pétales simples... d'une suavité sans égal !

Pour ce qui est des fourmis encore dehors en diapause, au regard des températures, elles y restent encore un peu.

garden01uuu.jpg garden02uuu.jpg garden09.jpg
Published by etii - dans Violettes
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 08:06

20130212_094547.jpg Sal*pe : ARRRGGHHHHHH !! Il y a des matins comme cela où on oscille entre surprise/amusement et horreur et damnation, à s'en faire virer le sacro-saint café noir de la matine (grand-mère a failli avoir une attaque et se sauver en emportant avec elle toutes les capsules Tassimo - que la vieille se mode cassos je veux bien mais elle me laisse mes capsules nom di Diou) ! Il n'y a pas que les fourmis à avoir un odorat très développé et un esprit TRES vicieux (je ne peux pas me cadrer ces 'tain d'araignées, l'animal est fourbe, vilain... répugnant, ci-git mon aversion pour elles). Une séance de squat, je veux bien (rhô l'ôtre éh, elle s'imagine que je vais lui appliquer la législation sur le trève hivernale peut-être ? T'as rêvé ma chérie !), j'ai l'habitude des araignées sans gêne, mais dans une ADF !!!!! Remarquez (même si vous ne pouvez pas, c'est un abus de langage de ma part, comme j'en commets tant et adore le faire), que cette sal*perie n'a pas choisi l'ADF des Camponotus maculatus qui se trouve quelques centimètres plus haut. Elle a sciemment choisi la petite colonie, tant qu'à faire. Bref, la provende était toute trouvée, un bon coup d'éponge sur la zigomarde (zyva mange-toi celle-là, elle n'est pas volée ouala), un écrassage en règle de la teSte avec une pince (ne pas porter atteinte au bon gros gastre nourricier - BEURKASSE) et hop, direction les lateralis bien éveillées. Les cruentatus n'auraient pas été assez rapides (solidarité inter-espèces) et la bonne source de protéines aurait séchée avant qu'elles ne la découvrent (il ne faut pas gâcher, JAMAIS). Et puis les Camponotus adoOoOoOoOoOorent les araignées, sans conteste leur nourriture préférée, peut-être est-ce donc un élément en plus en leur faveur et celle qu'elles trouvent à mes noeils.

----------------------------------------------------------------

Camponotus maculatus : elles ont trouvé un nouveau jeu (c'm'on, GAME TIME) ! L'activité consiste à prendre les grains de sable pour déblayer l'entrée du nid (rien de bien neuf - elles font ça rien que pour m'embêter) et à les déposer dans les petits pots en zinc contenant les plantes en plastoc. Ma parole, je vais leur construire un golf ou les faire travailler comme ramasseuses de balles au prochain open de Lyon ! Dans un sens, cela me rassure, j'avais un peu peur (en tout bien tout honneur, n'exagérons rien, ce n'est pas du tout mon style) qu'elles creusent ses fameux petits pots pour créer des nids annexes. Un autre grand trip Camponotus ! Enfin, je ne devrais pas l'écrire et surtout ne le répétez point, cela pourrait leur donner de mauvaises idées.

ENJOY !

Published by etii - dans Camponotus
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 08:44

J'ai sorti mes Camponotus méditerranéennes d'hivernage/diapause hier soir ! Retour des nids qui étaient dans le cellier au salon, non sans un nettoyage préalable, un remplissage de leurs réserves d'eau et un apport de miellat. Je suis vraiment content de les retrouver, elles m'ont cruellement manqué !!!!

Les Camponotus cruentatus et les lateralis ne se sont pas faites prier, en une heure (le temps que le nid se réchauffe), elles étaient déjà actives avec un soin particulier accordé au couvain. Preum's toutes catégories, les lateralis qui non seulement s'occupaient du couvain mais en plus fourrageaient et buvaient leurs premières gorgées de pseudo-miellat avec trophallaxie à la clef (les rapidos de "faut pas leur en raconter"). Elles devaient commencer à trouver le temps long (cela tombe bien, moi aussi - so welcome).

Pour ce qui est des siciliennes, elles n'ont pas vraiment apprécié les basses températures; 4 ouvrières étaient mortes dans le nid (première génération), 6 autres en pleine possession de leurs moyens (j'adore leur couleur caramel). Là où le bas blesse, c'est pour la gyne. Elle a commencé à être sur le côté (qu'est-ce qu'elle me fait celle-là ?) et au moment où j'écris ces quelques lignes, il semblerait qu'elle soit tout simplement morte. Fait plus que chier !!!!!!!!!!!!!!! La gyne l'élément le plus robuste d'une colonie, makache ouais !!! Je suis inconsolable :'''( .

Campocruentatus.jpg Campolateralis01.jpg Campolateralis03.jpg Camposicile01.jpg Camposicile02.jpg

See ya sOOn !

Published by etii - dans Camponotus
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 09:30

20130207_112035.jpgMessor minor : elles sont fabuleuses, je redécouvre quasiment les Messor après feu ma colonie de barbarus ! Je pensais que la baisse de température dûe au changement de place (finie la douce chaleur de la Freebox) allait ralentir leur activité (il fait tout de même 22°C chez meuhoua) et bien pas du tout. La mise en nid les a stimulées: tout est bien ordonné, chaque chose a sa place (elles se prennent pour des Lasius ma parole !). Elles ont installé des grains de sable là où il fallait, dans les interstices des plaques (pas si bien "collées" que cela finalement), ce qui fait, comme vous pouvez le constater, que la salle la mieux ventilée sert de grenier et la salle la plus humide, celle contre la "réserve d'eau" sert de loge pour la gyne et le couvain (à peu près 13 éléments). Elles sont vraiment très actives, pas une seule glande, rien à voir avec leur attitude en tube où elles bullaient pas mal. Etrange qu'elles aient agrandi le nid de 2 salles de plus. Même leur ADF est devenue leur propriété : j'ai testé une goutte de miellat sur un papier d'aluminium (il faut bien que je teste un liquide sucré moi aussi). Résultat, une ouvrière a immédiatement attaqué l'aluminium, a bien flairé le miellat mais ne s'intéressait qu'à ce bout étranger de métal qui ne lui plaisait pas. Par contre, euphorie à la découverte de paillettes pour poisson. C'est amusant comme une simple trouvaille dans l'ADF peut les rendre toutes joyeuses avec mouvements sacadés, recrutement des soeurs et tout le tintouin !!!

PS: ma mémère, gyne seule, a enfin adpoté ce qui est devenue une larve. Elle la bichonne bien, la garde parfois entre ses mandibules. C'est donc en bonne voie pour cette deuxième sarde. Dès qu'elle aura pondu, elle ira rejoindre d'autres cieux.

Published by etii - dans Messor
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 00:01

maculatus235128.jpgCamponotus maculatus : elles vont bien, très bien même ! Une photo au portable (Galaxy note I) pour montrer comment elles prennent possession y compris de l'ADF. J'en avais déjà parlé (je radote à n'en plus finir, j'en ai conscience - d'où parfois mon manque d'enthousiasme à faire des billets) mais là, elles ont fait fort. Surement par esprit de contadiction, suite à mon action qui consistait à remettre du sable là où elles l'enlevaient (faites pas chier les filles), elles se sont déblayées tout le devant du nid jusqu'à l'abreuvoir à eau (on devine une petite route): c'est leur territoire, pas touche minouche ! C'est juste un peu vilain car cela laisse apparaitre le fond de l'aquariOum et le meuble en dessous. J'eusse du prévoir (jamais trop tard pour bien faire) un cache surement (une image de plage avec sable fin ?). C'est en cela que cela m'amuse (sans méchanceté aucun hein) parfois de voir des éleveurs faire des ADF super décorées, toutes plus jolies les unes que les autres. Avec le temps et l'expérience, on sait que cela devient vite dégueulasse, difficile à nettoyer et qu'en plus, cela peut être détruit pas une colonie. Ceci dit, certains endroits du nid commence à être "sales" aussi (je mets des guillemets car tout est relatif). Dans certains angles, elles accumulent des boulettes provenants de la poche infrabuccale (les fourmis adultes ne sont pas capables d'ingérer des solides, elles aspirent donc les sucs de ces mêmes éléments consommés puis rejettent une sorte de petite boulette) et les agglomèrent entre elles. Ces sortes de "concrétions" seraient intéressantes à étudier (bien au-delà de mes compétences d'amateur) :

  • permettent-elles de conserver des sucres à proximité (réserves) ?
  • permettent-elles en étant humidifiées de créer une certaine hygrométrie au sein du nid (sec je le rappelle) ?

Mystère et boule infrabuccale ! Mais je ne crois pas au dépotoir interne autrement dit  juste à la discipline de groupe qui voudrait que les boulettes (des déchets) soient regroupés au même endroit, encore moins au hasard. Je me trompe peut-être !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bientôt la fin de la diapause pour mes espèces du sud... j'ai hâte de retrouver mes Camponotus cruentatus ou siciliennes. 2013 devrait, sauf erreurs de ma part (c'est sensible ces ch'tites bêtes pas si ch'tites que ça), être une bonne année. Après le réussissage de la fondation, la croissance modeste du début (du Camponotus hein !!) mais certaine, il n'y a pas de raison pour que la démographie ne connaisse pas un bon coup d'accélérateur !!

That's all folks !

Published by etii - dans Camponotus
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 01:44

Messor minor: tout vient à point à qui sait attendre. J'ai donc procédé à la mise en nid de ma p'tite colonie de sardes. Comme à mon habitude, je n'ai pas fait la méthode douce qui aurait consisté à mettre le tube à essai dans l'ADF et patienter jusqu'à temps qu'elles veulent bien changer de place. J'ai tout simplement vidé le contenu du tube dans l'aire de fourragement. Pas comme une brute non plus, je ne suis pas un sauvage. Elles n'ont pas été longues à prendre leur quartier, en 10 minutes c'était plié et cela me va très bien ainsi ! Il fallait les voir frénétiquement chercher avec les antennes fébrillement au sol le précieux convain parmi les graines, qu'elles ont déménagé aussi. Si globalement, je les trouve moins stressées que des Messor barbarus qui paniquent à la moindre vibration (la manipulation du nid ne déclenche point d'affolement), elles détestent la lumière et éclairer pour les photographier les met dans un état de panique hors du commun. J'ai fait quelques clichés, histoire d'illustrer; je n'avais pas remarqué (effet du tube sans doute) que sa sérénissime majesté avait non seulement un débardeur rouge sur le thorax (c'est une Messor rufibarbis) mais également les pattes rougeâtre. Elle est belle, il n'y a rien à redire. Reste à voir leur développement maintenant qu'elles ne sont plus sur la douce chaleur dégagée par ma Freebox...

En ce qui concerne la gyne seule, je lui ai donné une larve en stade de nymphose, qu'elle snobe royalement !! Je pensais qu'au pire des cas, elle en ferait un encas, même pas. Ce n'est pas faute de l'avoir senti sous toutes les coutures avec ses antennes. On verra bien ce qu'il adviendra mais celle-là, c'est de la chieuse !!

minor001001.jpg Messorminor001.jpg Messorminor002.jpg Messorminor003.jpg
Published by etii - dans Messor
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:38

Messor minor: (Sardaigne) comme dit dans un post précédent, je me lance dans l'adoption d'ouvrières pour ma gyne seule. J'ai opté pour la mise en contact des deux tubes. C'est assez choupinet de les regarder faire, avec des aller-retours, des reniflages d'odeurs (avec antennes), des premiers contacts furtifs etc. Tout est gentillet en apparence. Ouais, mais pas fada pour 2 $ou$, je n'ai point arrêté d'être vigilent et bien m'en pris car cela a fini (du moins j'en suis resté là - gros break time) par un minor attaquant la gyne dans son tube en se cramponnant, mandibules à l'appui, à une patte de la gyne. Mémère lui a coupé le gastre (il faisait pas le poids le pauvrinet) et j'ai tenté, en vain, d'enlever ce bout d'ouvrière à la patte. Je suis allé trop vite (temps d'orphelinage pas assez long) ou cela ne va pas le faire. Restera l'option don de couvain genre une larve ou deux car je ne crois pas avoir de nymphe dans le tube de la grosse (grosse est un bien grand mot vu qu'il n'y a qu'une trentaine d'ouvrières) colonie de mes autres sardes...

Published by etii - dans Messor
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:16

nidminor.jpgEt vala un bon recyclage de fait. Comment avec 3 nids de ce type, j'ai réussi (!!! avec 2 mains gauches quand même, j'ai donc des circonstances atténuantes) à en faire 1 ! Avec un peu de chance et peu de talent, je devrais pouvoir en faire un autre (une vitre des 3 a été jeté : plexi de m*rde permettant une visibilité du même niveau). Les nids semblent identiques mais ne le sont qu'en apparence: les vis ne sont pas fixées au même endroit et parfois se niakent, il faut donc sortir sa Dremel, faire un nouveau trou, se rendre compte que ce n'est pas le bon diamètre (@&!!!%$¤# chroumouniou di Diou) et refaire (que du bonheur - il n'y a pas que les mains, le noeil non plus n'est pas branché bricolage). J'ai même pété un coin de plexi : kilékon (à moi-même) !! C'est vraiment du petit bricolage à trois balles six sous (conversion monétaire faite : un demi copec au bas mot). J'ai rajouté une vis vers la réserve d'eau car la plaque n'était pas parfaitement applatie sur le nid : pas trop envie de retrouver des minor à la tête coincée dans les quelques espaces restants (pas assez grands pour des évasions). Du sable afin de réduire la taille du nid a été mis avec mes ch'tits doigts (c'est largement dans mon domaine de compétence !!). Ce nid va acceuillir mes Messor sardes, des minor avec tête et thorax rouges, de pures merveilles de beauté. D'ailleurs, j'ai sorti la gyne seule de diapause (il doit faire plus de 12°C dans mon cellier) et j'ai isolé 3 ouvrières de la colonie avec choupettes afin de procéder à une adoption, histoire d'accèlérer les choses. Je n'ai aucune certitude sur la fondation claustrale dépendante, ne connaissant pas l'espèce exacte. C'eut été du Messor barbarus, je n'aurais pas fait et ce n'est pas à faire mais là... quoi que Raùl Martinez stipule bien que Messor barbarus adopte facilement lors de la fondation, y compris des ouvrières d'une espèce différente.

Si vous êtes sages, je vous ferais des photos une fois la petite colonie installée, vous allez BAVER !

Ci@O !

Published by etii - dans Messor
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 11:40

livreMessor01.jpgLa Fourmi Moissonneuse de Raùl Martinez éditions QVE (vous pouvez le trouver ici : FOURMISHOME). Cela fait un petit moment qu'il est sorti déjà, je suis un brin en retard (un peu chéros pour ce que c'est - tout est relatif). L'ouvrage énonce dès les premières pages sa non ambition, à savoir ne pas être un ouvrage à vocation scientifique (qu'est-ce qu'un ouvrage scientifique ??). Beaucoup de B.A-BA ou de rappels des régles de base (cela ne fait jamais de mal), l'ouvrage est aussi assez court (75 pages) mais sympathique à lire. Cela vaut largement, bien plus même, qu'un certain CD d'un certain site en ligne français sur les Myrmica (d'une indigence intellectuelle rare: l'eau cela mouille hein et s'il n'y avait que cela... !). La partie sur les nids des Messor barbarus, car c'est de cela qu'il s'agit, de cette espèce en particulier, est fort instructive !

Autre élément, l'auteur insiste sur le système d'humidification indispensable pour l'élevage en captivité ! Comme quoi avec nos nids secs avec abreuvoir, nous sommes dans l'erreur. Avec nos observations de néophyte, nous confondons (je ne suis pas le dernier), ce qui relève des capacités d'adaptation de l'espèce et les conditions optimum ! Je modérerai cependant mon propos en ajoutant que l'hygrométrie de notre terre de France est plus haute que celle de la terre ibérique (cela rajoute à la confusion à mon humble avis). La vérité est ailleurs dirait l'autre (mais qui ?)...

Donc ouvrage que je conseille sans souci ! Il est tellement rare de trouver des sources livresques sur une espèce en particulier et endémique à notre pays (même si Messor barbarus est surtout espagnole, question de climat) qu'il serait dommage de ne pas encourager cette démarche !!

See ya sOOn !

Published by etii - dans Messor
commenter cet article